Management vocal : ces entreprises qui adoptent la voix

Publié le 30 juillet 2019 Sylvie Laidet

[Tendances] Groupes WhatsApp, podcasts corporate, posts vocaux… Bienvenue dans l’ère du voice management où les équipes sont encouragées à vocaliser leurs échanges. Pourquoi ? Sous quelle forme ? Explications écrites d’une tendance orale.
Management vocal : ces entreprises qui adoptent la voix

Le vocal plus performant que l’écrit

Près de 90 millions de podcasts sont téléchargés chaque mois en France, selon l’Institut Médiamétrie. Et plus de 70 % sont écoutés dans la semaine suivante. Aux côtés, des nombreuses productions des radios traditionnelles, on trouve des milliers de podcasts natifs (dont ceux de Cadremploi). Ce sont des contenus originaux diffusés exclusivement en ligne et réalisés par des medias, mais aussi des marques, des agences, des influenceurs…. Bref, par qui a envie de raconter ou d’expliquer des choses.

70 mots/minute à l'écrit contre 200 à l'oral.

« Sous l’impulsion des Gafam qui souhaitent accélérer le rythme des échanges, notamment du e-commerce, le web se vocalise. Et pour cause, en faisant une requête par la voix, on prononce 200 mots à la minute. Sur un clavier, on est à 100 mots minutes. Et sur papier à 70 mots », explique Anne-Marie de Couvreur, fondatrice et présidente de Mediameeting. Désormais, en plus de demander à son enceinte de nous aider à trouver un job ou de lui dicter sa liste de courses, on peut se former, s’informer, s’améliorer dans son boulot en écoutant des podcasts.

Le podcast, meilleur ami du manager

« Le nouveau média pour un manager, c’est son smartphone. Après l’ère des vidéos visant à valoriser des collaborateurs, l’oral, considéré comme l’anti-fake news, reprend le dessus, observe Anne-Marie de Couvreur. Il n’y a qu’à voir le succès de la radio. La voix redonne de la crédibilité à l’émetteur du message. Contrairement à l’écrit, elle véhicule un dynamisme et un enthousiasme inégalables. Sans parler des émotions. »

Au point que de plus en plus d’entreprises créent des groupes WhatsApp par métier, par projet… et communiquent sur le réseau via des messages vocaux. Les participants y expliquent le gain d’un nouveau contrat, une info de la concurrence, une bonne pratique… et pour les destinataires, c’est plus facilement consultable qu’un message écrit.

Avec le son, l’auditeur-collaborateur choisit son moment opportun.

Même avantage mobilité pour les podcasts corporate/formation qui peuvent être écoutés durant un trajet, pendant une pause, ou le soir… L’auditeur-collaborateur choisit son moment opportun pour en prendre plein les oreilles. Il est donc plus réceptif.

 

Des podcast internes au service des managers

C’est simple, les podcasts sont en train de remplacer les traditionnelles newsletters et autre formation un peu « plan-plan ».

  • Le laboratoire Arkopharma se sert par exemple d’un podcast interne (Arkoradio) pour informer ses commerciaux sur les nouveautés produits mais aussi sur des bonnes pratiques de vente. Pour cela, le podcast laisse la parole à des collaborateurs qui donnent des conseils concrets. Un podcast de formation en somme.
  • Le groupement Intermarché a également lancé une série de podcasts, réalisés par Mediameeting, réservée à ses adhérents. « Un podcast quotidien de connaissance de 3 -4 minutes dispense l’actualité du retail et de la concurrence dans les dernières 24 heures et un partage d’expérience de l’un des adhérents ou d’un expert », détaille Anne-Marie de Couvreur. Et puis, une fois par mois, le groupement diffuse un podcast table ronde (30-40 minutes) qui zoome sur l’un des piliers stratégiques de l’enseigne. Pour coller au plus près de l’actu, il y a même des éditions spéciales façon breaking news.
Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :