1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. À quoi ressemblera le bien-être au travail demain ?

À quoi ressemblera le bien-être au travail demain ?

a-quoi-ressemblera-le-bien-etre-au-travail-demain

Quentin Velluet

28/11/2017

Aux nouveaux maux du travail, les grands remèdes des start-up. Elles se multiplient ces dernières années sur la thématique du bien-être pour tenter de rendre le quotidien professionnel plus facile. Mais que proposent-t-elles et quels progrès apportent-t-elles réellement dans les open-space ? Décryptage.

Une nouvelle ère pointe son nez pour les salariés du monde entier. Une ère où venir travailler chaque jour rime avec se faire du bien. C’est la promesse faite par la dizaine de start-up qui se développe depuis quelques années autour de la question du bien-être au travail en France. À travers notamment le label Happytech, elles veulent se structurer pour rayonner au-delà des frontières hexagonales. Mais quels services développent-elles ? Et sont-elles vraiment en train de révolutionner le quotidien du travail et de la vie de bureau ?

Mieux connaître ses collègues

Comme pour tous les autres secteurs, rares sont les start-up qui veulent améliorer le bien-être à ne pas avoir recours au digital pour développer et proposer de nouvelles solutions. Comeet par exemple, se base sur l’intelligence artificielle pour faciliter l’organisation d’activités de tout type entre salariés. La solution a déjà séduit Microsoft, Nexity ou encore Talensoft. Tout comme OuiSpoon qui propose peu ou prou le même service : jeux de société entre collègues, initiation à une passion, formation informelle entre midi et deux, session sportive... Les salariés ont une idée d’activité ? L’appli leur propose un lieu et un horaire qui conviennent à tous les agendas : « Chez Generali, on a vu s’organiser des déjeuners bilingues et une formation informelle à Twitter, illustre Raphaël Maisonnier, cofondateur de OuiSpoon. Chez un autre client, un collaborateur passionné a ramené sa voiture de collection au bureau pour la faire essayer à un de ses collègues qui partage la même passion ».

Les possibilités sont donc multiples. Et les services nombreux, puisqu’aux côtés de Comeet et Ouispoon, sept autres start-up françaises tentent de faciliter les rencontres entre collaborateurs. Mais l’organisation d’événements autour d’intérêts communs pour décloisonner les échanges n’est pas une idée révolutionnaire. L’unique progrès ici, c’est la technologie qui permet à chacun de proposer un événement en contournant le casse-tête des emplois du temps.

>> Lire aussi : 8 outils pour mieux manager au quotidien

Dialoguer avec son entreprise

D’autres start-up exploitent un domaine différent, celui des pulse survey aussi appelé people analytics. En clair, elles analysent toutes sortes de données fournies volontairement par les salariés qui répondent régulièrement à des questions sur leur santé, leur humeur et donnent leur avis sur des projets en cours. Elles s’appellent ZestMeUp, Bloomin, Dialoog ou Jubiwee et et vendent leurs services aux RH qui souhaitent pouvoir mesurer l’engagement des collaborateurs en temps réel et identifier les possibles crises à venir. Problème, ces outils sont souvent choisis par les RH eux-mêmes et donc imposés aux salariés. Rien ne dit alors qu’ils adoptent la solution et s’engagent à répondre à des questions intimes, quand bien même leur anonymat serait garanti.

OurCompany se démarque quelque peu de ses concurrents en développant un TripAdvisor des entreprises à partir des avis de leurs salariés : « N’importe quel employé peut installer notre appli en renseignant son mail professionnel pour identifier son entreprise. Il répond une fois par jour à quelques-unes des 157 questions développées avec des psychologues du travail pour mesurer le bien-être au travail. Elles explorent trois composantes : le sentiment d’appartenance, l’autonomie et l’adhésion au projet », détaille Stéphane Bourbier, fondateur de OurCompany. Parallèlement à l’historique de leurs humeurs, les collaborateurs peuvent comparer l’indice de bien-être de leur entreprise avec d’autres et aussi entrer en contact avec leurs collègues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Priorité aux grandes entreprises

Force est de constater que les principaux bénéficiaires de ces services sont pour le moment les collaborateurs de grands groupes. Outre l’argument financier, plusieurs raisons expliquent ce choix. La plupart des start-up de cet écosystème sont parisiennes et démarchent en premier lieu les entreprises autour d’elles, qui sont bien souvent les ex-employeurs de leurs fondateurs.

La seconde raison est technologique : « On ne négligera pas les petites boîtes, mais il nous faut d’abord une base de grands groupes pour tester notre intelligence artificielle apprenante », explique Nathalie Willart, fondatrice de Coach For Eyes, une start-up spécialisée dans le confort des yeux et l’ergonomie du poste de travail. La technologie a donc besoin de temps pour apprendre et devenir plus pertinente.

Il y a enfin la question de la masse critique d’utilisateurs : « Nous déployons surtout notre solution dans de grandes entreprises afin qu’il y ait un effet de groupe important », concède Vincent Tharreau, co-fondateur de Kiplin, spécialisée dans les challenges sportifs en groupe. Même chose pour OurCompany qui référence pour le moment 278 entreprises mais dont les avis sont loin d’être représentatifs de leurs effectifs. À titre d’exemple, l’entreprise qui compte actuellement le plus d’utilisateur sur OurCompany est la Maif avec 307 collaborateurs inscrits. Un peu léger pour un groupe qui compte près de 7 500 salariés.

13

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

LJPPP

10/07/2018

à 13:33

Le bien être au travail passe, quoi qu'on en dise par un espace physique suffisant (ce qui est de moins en moins le cas avec les open space surchargés), idem pour la nuisance sonore (comment dire à la personne au bureau en face de vous qu'elle hurle dans le téléphone alors que la communication avec la filiale indienne ou égyptienne est mauvaise et l'accent de son interlocuteur aussi mauvais que le nôtre!). Et puis c'est aussi avoir une charge de travail adaptée à son poste, afin de pouvoir délivrer un travail de qualité et non pas une multitude de tâches bâclées.
Et je rajoute respecter un souhait d'équilibre de vie des personnes, comme par exemple ne pas obliger un parent à abandonner son temps partiel (je rappelle qu'en France la majorité des enfants n'ont pas école le mercredi donc un certain nombre de parents souhaitent ne pas travailler ce jour-là pour s'occuper d'eux) pour compenser tous les postes qui sont devenus des stages ou de l'alternance, et cela bien que la survie de l'entreprise ne soit pas en jeu !
En résumé, si on élimine la surcharge de travail, le travail qui n'a plus de sens (= la multiplication du reporting pour le reporting par exemple) et la surpopulation des open space conçus à l'économie (parce que j'ai connu de très bon open space, mais je soupçonne qu'ils coûtaient presque aussi chers que des bureaux fermés), les français seront à nouveau (presque) tous heureux au travail. Et des applis, aussi bien pensées soient-elles, ne compenseront pas ça !
Une quadra qui vous livre son expérience !

> Répondre

Un enthousiaste

29/11/2017

à 12:04

Je trouve certains commentaires bien négatifs !

Ne devrions-nous pas plutôt nous réjouir que la jeune génération s'intéresse au bien-être au travail et tente de faire bouger les lignes comme elle le peut, au lieu de rester les bras croisés ? Je ne sais pas à quel point vous êtes familiés avec le monde des startups, mais il faut du cran pour se lancer, ne plus avoir de salaire, et tenter d'améliorer le monde à sa façon au risque de tout perdre et repartir de zéro quelques années plus tard. C'est un vrai sacrifice, et les entrepreneurs bouclent souvent difficilement les fins de mois.

De plus, pour être un utilisateur d'une de ces solutions, je peux vous dire que les reproches que vous leur faites ne sont en grande majorité pas fondés.
Ces solutions visent JUSTEMENT à recréer du lien humain, et non pas à connecter artificiellement des gens qui deviennent "amis" sur tel ou tel réseau social sans jamais se croiser.
L'objet de ces outils est la RENCONTRE. Et j'ai pu faire de belles découvertes totalement insoupçonnées dans mon entreprise grâce à cela.

En outre, ces outils permettent justement de renforcer l'autonomie de chacun en permettant à tous de créer des activités, d'échanger, d'apprendre, de se montrer bienveillant... Bref, aussi de se libérer d'une hiérarchie trop pesante, car ces solutions ne sont précisément pas contrôlées par la hiérarchie... Et peut-être, peu à peu, de changer les mentalités des managers s'ils se prennent au jeu !

Je mets à la place des jeunes qui ont créé ces solutions, qui doivent y mettre tout leur cœur, et qui lisent ensuite vos commentaires acerbes ou dédaigneux, type "du blabla, du n'importe quoi!". Cela doit être dur pour eux.
Les jeunes, si vous lisez, sachez que je soutiens votre démarche et apprécie ce que vous faites pour nous. Ne lâchez rien, vous êtes dans le vrai ! Foncez, et merci !

Un utilisateur d'une de ces solutions qui sait d'expérience de quoi il parle.

> Répondre

En réponse à Un enthousiaste

Nono972

29/11/2017

à 21:54

Je rejoins votre point de vue.
La critique est facile mais l'action est parfois trop dure pour certaines personnes trop lâches et/ou jalouses de la réussite des autres.
Le changement fait peur car il induit la sortie d'une zone de confort parfois établie depuis de nombreuses années.

> Répondre

Un enthousiaste

29/11/2017

à 11:22

Je trouve certains commentaires bien négatifs !

Ne devrions-nous pas plutôt nous réjouir que la jeune génération s'intéresse au bien-être au travail et tente de faire bouger les lignes comme elle le peut, au lieu de rester les bras croisés ? Je ne sais pas à quel point vous êtes familiés avec le monde des startups, mais il faut du cran pour se lancer, ne plus avoir de salaire, et tenter d'améliorer le monde à sa façon au risque de tout perdre et repartir de zéro quelques années plus tard. C'est un vrai sacrifice, et les entrepreneurs bouclent souvent difficilement les fins de mois.

De plus, pour être un utilisateur d'une de ces solutions, je peux vous dire que les reproches que vous leur faites ne sont en grande majorité pas fondés.
Ces solutions visent JUSTEMENT à recréer du lien humain, et non pas à connecter artificiellement des gens qui deviennent "amis" sur tel ou tel réseau social sans jamais se croiser.
L'objet de ces outils est la RENCONTRE. Et j'ai pu faire de belles découvertes totalement insoupçonnées dans mon entreprise grâce à cela.

En outre, ces outils permettent justement de renforcer l'autonomie de chacun en permettant à tous de créer des activités, d'échanger, d'apprendre, de se montrer bienveillant... Bref, aussi de se libérer d'une hiérarchie trop pesante, car ces solutions ne sont précisément pas contrôlées par la hiérarchie... Et peut-être, peu à peu, de changer les mentalités des managers s'ils se prennent au jeu !

Je mets à la place des jeunes qui ont créé ces solutions, qui doivent y mettre tout leur cœur, et qui lisent ensuite vos commentaires acerbes ou dédaigneux, type "du blabla, du n'importe quoi!". Cela doit être dur pour eux.
Les jeunes, si vous lisez, sachez que je soutiens votre démarche et apprécie ce que vous faites pour nous. Ne lâchez rien, vous êtes dans le vrai ! Foncez, et merci !

Un utilisateur d'une de ces solutions qui sait d'expérience de quoi il parle.

> Répondre

Un enthousiaste

29/11/2017

à 10:52

Je trouve certains commentaires bien négatifs !

Ne devrions-nous pas plutôt nous réjouir que la jeune génération s'intéresse au bien-être au travail et tente de faire bouger les lignes comme elle le peut, au lieu de rester les bras croisés ? Je ne sais pas à quel point vous êtes familiés avec le monde des startups, mais il faut du cran pour se lancer, ne plus avoir de salaire, et tenter d'améliorer le monde à sa façon au risque de tout perdre et repartir de zéro quelques années plus tard. C'est un vrai sacrifice, et les entrepreneurs bouclent souvent difficilement les fins de mois.

De plus, pour être un utilisateur d'une de ces solutions, je peux vous dire que les reproches que vous leur faites ne sont en grande majorité pas fondés.
Ces solutions visent JUSTEMENT à recréer du lien humain, et non pas à connecter artificiellement des gens qui deviennent "amis" sur tel ou tel réseau social sans jamais se croiser.
L'objet de ces outils est la RENCONTRE. Et j'ai pu faire de belles découvertes totalement insoupçonnées dans mon entreprise grâce à cela.

En outre, ces outils permettent justement de renforcer l'autonomie de chacun en permettant à tous de créer des activités, d'échanger, d'apprendre, de se montrer bienveillant... Bref, aussi de se libérer d'une hiérarchie trop pesante, car ces solutions ne sont précisément pas contrôlées par la hiérarchie... Et peut-être, peu à peu, de changer les mentalités des managers s'ils se prennent au jeu !

Je mets à la place des jeunes qui ont créé ces solutions, qui doivent y mettre tout leur cœur, et qui lisent ensuite vos commentaires acerbes ou dédaigneux, type "du blabla, du n'importe quoi!". Cela doit être dur pour eux.
Les jeunes, si vous lisez, sachez que je soutiens votre démarche et apprécie ce que vous faites pour nous. Ne lâchez rien, vous êtes dans le vrai ! Foncez, et merci !

Un utilisateur d'une de ces solutions qui sait d'expérience de quoi il parle.

> Répondre

LetsGetSerious

29/11/2017

à 02:12

De l'art de surfer sur l'air du temps pour (essayer de) faire du business. Et à commercialiser le bien-être au travail, on va se retrouver à faire du reporting sur nos états d'âme...

> Répondre

Fabrice Ardeois

28/11/2017

à 22:52

Une appli aussi parfaite soit elle ne remplacera jamais le rôle majeur du management dans la perception de bien être. Surtout si celui-ci est formé aux basiques du stress au travail :
- vigilance sur la charge des collaborateurs
- don d'autonomie dans les tâches du quotidien
- jouer son rôle de soutien face aux difficultés
- apporter la reconnaissance pour les efforts accomplis
- et enfin se montrer bienveillant au quotidien en veillant à intégrer la santé des collaborateurs dans les décisions managériales...

> Répondre

En réponse à Fabrice Ardeois

Sylvia Di Pasquale, rédactrice en chef Cadremploi

29/11/2017

à 15:11

Bonjour Fabrice, merci pour votre réponse, très pertinente sur le rôle du manager vs ces applis. Concernant le "don d'autonomie" dans les tâches du quotidien, pouvez-vous préciser ? Certains salariés, même cadres, préfèrent être au contraire bien cadrés dans les tâches du quotidien car ils estiment que c'est le rôle du manager. Paradoxe de la demande d'autonomie. Qu'en pensez-vous ? Merci

> Répondre

Angélique Louis

28/11/2017

à 17:12

Du bla bla, du n'importe quoi !

> Répondre

Un peu de bon sens...

28/11/2017

à 15:55

Au secours !

Quand l'être humain va-t-il arrêter de donner réponse à tous les maux et problèmes par des applis et autres outils 'connectés' ?
Connectons l'humain à l'humain, sans gadget électronique interposé, bon sang de bonsoir !

Le bien-être au travail demain ne sera pas différent du bien-être d'hier et d'aujourd'hui :
- le respect des collaborateurs les uns envers les autres, quel que soit leur poste ou leur positionnenement hiérarchique
- un véritable esprit d'équipe, concret, dans les faits, avec soutien, écoute, échange, compromis
- une motivation déclenchée par la hiérarchie, et des résultats récompensés a minima en paroles, et encore mieux en gratifications financières

> Répondre

En réponse à Un peu de bon sens...

LetsGetSerious

29/11/2017

à 02:14

Amen !

> Répondre

En réponse à Un peu de bon sens...

lasegue

28/11/2017

à 18:52

Entièrement d'accord avec vous! Le bien être au travail passe avant tout par l'esprit d'équipe, la solidarité entre collègues et la motivation du travail bien accompli, gratifications financières en bonus. Il est bien évident que le bien être en passe et en passera toujours par là.

> Répondre

En réponse à Un peu de bon sens...

Collet,,penky

28/11/2017

à 16:59

tout a fait d'accord, arrêtons de "déléguer" le manque de communication à des applis, qui nous enverrons des émoticons ...

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte