1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Cet été, 77 % des cadres français sont restés accros à leurs mails pros

Cet été, 77 % des cadres français sont restés accros à leurs mails pros

cet-ete-77--des-cadres-franais-sont-restes-accros-a-leurs-mails-pros

Quentin Velluet

11/08/2016

Une large majorité de cadres Français reste connectée à sa boîte mail pendant les vacances. Une hyperconnexion qui n’est pas sans dangers. Explications.

Au rayon addiction, il y a la cigarette, l’alcool, la drogue… et maintenant les mails pros. Selon une récente étude menée par l'Ifop, en France, 77 % des cadres déclarent consulter leurs mails, SMS ou appels professionnels pendant leurs vacances*. Parmi eux, près d’un tiers le font régulièrement. Mais cela n’a rien d’anodin. Car le stress chronique entraîné par cette surconsommation des outils numériques peut avoir des conséquences lourdes sur la santé physique et mentale des salariés.

Les raisons d’une addiction

Plus d’un Français sur deux est actuellement équipé d’un smartphone**. Entre l’Internet du bureau, la 4G dans la rue et le wifi domestique, c’est dire si les Français sont des hyperconnectés en puissance. Ainsi stressés par de nombreuses sollicitations technologiques et l’instantanéité des communications, plus de la moitié des cadres qui déclarent continuer de consulter leurs messages professionnels en vacances le font principalement pour s’assurer que tout se passe bien en leur absence – ah ce fameux besoin de sentir indispensable. Et 31 % dans le but d’éviter d’être débordés à leur retour, mais l’étude ne dit pas si la pratique est efficace.

Quand bien même ils consulteraient leur smartphone pour autre chose que le travail, une étude parue en 2013*** a conclu que nous consultions nos petits écrans 150 fois par jours en moyenne. Partant d’un tel constat, un mail pro ou un sms de collègue peut difficilement passer à la trappe…

>> À lire aussi : Pourquoi vous n’arrivez pas à déconnecter de votre travail

Conscience des dangers psychiques

Comme sous l’emprise d’une véritable addiction, les cadres ont donc du mal à décrocher de leurs communications professionnelles. Ils sont néanmoins bien conscients que cette pratique leur est néfaste : 82 % concèdent que c’est une source de stress pour eux et d’agacement pour leurs proches.

Le problème c’est qu’un stress qui perdure est un stress chronique qui, à terme, peut s’exprimer physiquement, psychologiquement et même intellectuellement. Les conséquences sont connues et définies par les études de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) : maladies cardiovasculaires, hypertension, cholestérol, troubles musculosquelettiques ou encore dépression… Chacun réagit à sa manière. Certains choisissent l’évitement et demandent un changement de poste ou partent en arrêt maladie. D’autres expriment leurs émotions sans retenue : colère, crises de larmes ou agressivité. Les derniers réagissent mieux et cherchent des solutions par eux-mêmes ou en sollicitant leurs collègues.

Un droit à la déconnexion qui prend tout son sens

C’est peu de dire que le droit à la déconnexion inscrit récemment dans la loi travail est donc le bienvenu. Il oblige les entreprises à négocier en interne des accords organisant la déconnexion des salariés sur leur temps de repos et pendant leurs congés. Les employeurs sont incités au minimum à promouvoir les bonnes pratiques en matière d’utilisation des outils numériques hors contexte professionnel et au mieux à installer un système coupant l’accès aux mails et autres communications après les heures de travail, comme le fait Volkswagen depuis 2011. Un bon début pour la prévention des risques humains de l’hyperconnexion. Mais du côté des salariés, rien dans la loi n’impose vraiment aux accros de décrocher.

Et vous, vous sentez-vous obligé de consulter vos mails pros en vacances ? Votre employeur vous incite-t-il à la déconnexion ? Racontez-nous en commentaire !

 

*Enquête Ifop pour Securex, menée en ligne du 11 au 13 mai 2016 auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population cadres âgée de 18 ans et plus.

**Enquête Crédoc 2015 pour l’Arcep sur la diffusion des Techniques de l’information et de communication (TIC) en France.

***Kleiner Perkins Caufield & Byers annual Internet Trends report, 2013

10

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

David Lajarge

22/08/2016

à 09:00

Le problème sera toujours là tant que des règles du jeu ne seront pas posées et respectées. C'est dommage de croire que prendre du recul, déconnecter est forcément signe de désengagement...

> Répondre

crucket

14/08/2016

à 10:53

Pas grave y feront un burn out , toute façon depuis qui a le portable et l'ordi les gens deviennent accros, vous mettez les jeunes sans portables et sans ordi et ben y sont bon a rien

> Répondre

En réponse à crucket

Prax

23/08/2016

à 18:03

Cher Crucket, je suis jeune et pour la première fois je reviens de congés assez fière de moi, ayant complètement désynchronisé ma boîte pro de mon téléphone. Ça fait un bien fout mais je dois reconnaître avoir la chance de travailler dans une entreprise qui respecte ses salariés. D'autres amis, avec lesquels j'étais et qui répondaient à leurs mails, travaillent dans le luxe et n'ont pas le choix : leurs supérieurs leur ont clairement dit qu'ils n'étaient pas irremplaçables à leur poste et que cinquante personnes attendaient derrière la porte. Couper ses mails : un vrai choix mais dans un contexte de possibilités à nuancer.

> Répondre

Mulhouse

14/08/2016

à 08:38

Cet été ! Nous sommes seulement le 14 août !
C'est ce que l'on appelle une enquête par anticipation
Et je dirais même plus puisqu'a la fin on découvre que cette enquête date de 2013 et 2015
La période de vacances est sous le signe de la légèreté mais tout même à ce point c'est se moquer du monde

> Répondre

Pierre

14/08/2016

à 07:49

Oui,je consulte mes ma ils tous les jours....à raison de 35/jour,il me serait impossible de me mettre à jour rapidement .certes cela peut être stressant mais avons-nous le choix quand nos supérieurs nous écrivent.?

> Répondre

En réponse à Pierre

allesandra

23/08/2016

à 21:59

Vous les avez habitué à répondre. C'est de votre faute. Coupez. Dites que vous n'êtes pas joignable

> Répondre

En réponse à Pierre

Paris14

22/08/2016

à 09:35

Il y a un moyen. J'ai plus de 60 emails/jour (dont 15/20 utiles...). Je vous conseille la méthode GTD (recherche Google), super efficace. Ça m'évite de relire plein de fois le même email et de le traiter rapidement. C'est l'idée de "inbox zero".

> Répondre

En réponse à Pierre

patrickg

14/08/2016

à 16:02

en vacances, pas de supérieurs !!!

> Répondre

Christophe

13/08/2016

à 20:02

Impossible pour moi de couper.

Mais je me limite à une heure par jour pour les mails urgents (peu nombreux) aux heures out office.
Sans faire le ménage de temps en temps, la 1ere matinée de reprise est uniquement consacré à cheker les mails.

> Répondre

parayre, loic, 22

13/08/2016

à 10:54

en tant qu'expat, je ne passe pas beaucoup de temps avec ma famille, donc lorsque je suis avec eux je decroche completement. Jamais je n'ai travailler pendant mes periodes Off, je pense que cela ne m'arrivera pas mais nous ne savons jamais ?!

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte