Compte épargne temps et épargne salariale : 2 moyens méconnus d’augmenter vos revenus en cas de chômage partiel

Publié le 9 avril 2020 Sylvie Laidet

Près de 25% des salariés sont désormais au chômage partiel en France. Si c’est votre cas et que votre employeur ne maintient pas 100 % de votre rémunération, c’est peut-être le moment de débloquer votre épargne salariale et votre compte épargne temps. Explications avec Benjamin Sanson du cabinet Mercer France.
Compte épargne temps et épargne salariale : 2 moyens méconnus d’augmenter vos revenus en cas de chômage partiel
  1. Le chômage partiel permet-il le déblocage anticipé de mon épargne salariale ?
  2. Le compte épargne temps (CET) peut-il être utilisé pour compenser la baisse de mes revenus ?

Vous êtes en activité partielle, et votre employeur ne maintient pas 100% de votre salaire ?  Vous n’avez pas la possibilité de trouver un deuxième job pour compenser cette baisse de revenu ? C’est peut-être le moment de débloquer votre épargne salariale et votre compte épargne temps

 

Le chômage partiel permet-il le déblocage anticipé de mon épargne salariale ?

  • Eh non, le chômage partiel, ne fait pas partie de la liste des cas de déblocage anticipé de votre épargne salariale (Voir principe et fonctionnement de l'épargne salariale)
  • Mais oui, si votre épargne salariale est bloquée sur un plan d’épargne entreprise depuis au moins 5 ans. Vous pouvez tout à fait débloquer ces sommes pour compenser la perte de revenus du mois de mars et des suivants. Les gains et plus-value sont exonérés d’impôt sur le revenu.

Le compte épargne temps (CET) peut-il être utilisé pour compenser la baisse de mes revenus ?

Oui, tout à fait. « Ce compte alimenté par les collaborateurs en jours de congé non pris peut effectivement être monétisé. En contrepartie de ces jours placés sur le CET, les salariés peuvent donc être rémunérés. Pour cela, il faut que l’accord ou la convention régissant le CET prévoit et encadre cette monétisation. Par exemple en fixant un plafond au nombre de jours monétisables. Si cet accord ou la convention ne prévoient pas cette condition de sortie, les entreprises peuvent tout à fait signer un avenant proposant cette option jusqu’à fin 2020 par exemple », précise Benjamin Sanson, responsable épargne salariale et épargne retraite au sein du cabinet Mercer France.

 

 

 

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :