Comment la méditation entre dans l’entreprise

Publié le 16 avril 2015 Elodie Buzaud

Méditer en entreprise participe au bien-être, au développement de la créativité et à l’efficacité des salariés. Comment cette pratique se répand-elle dans nos entreprises ? La réponse, chez SAP, Alma Consulting Group et Sodexo.
  1. Des salariés "formateurs mindfulness" chez SAP
  2. Un manager fait entrer la méditation chez Alma Consulting Group
  3. Sodexo fait méditer les cadres du comité exécutif
  4. Des exemples qui devraient faire des émules

Comme Google aux États-Unis, de plus en plus d’entreprises françaises proposent des ateliers méditation à leurs salariés. Le groupe Casino le fait depuis 2011, SAP depuis 2013, Sodexo et Alma Consulting Group, depuis moins d’un an. Une initiative souvent à l’origine des salariés eux-mêmes.

Des salariés "formateurs mindfulness" chez SAP

« Chez SAP, ça a commencé par une initiative locale, raconte Torsten Simon, spécialiste produit et désormais aussi "formateur mindfulness" au sein du groupe informatique. C’est devenu généralisée à partir de 2013. » Aujourd’hui, l’entreprise propose des séances quotidiennes de méditation de 30 minutes. « On commence aussi parfois les réunions par quelques minutes de méditation de pleine conscience, se réjouit Torsten Simon. Ça permet d’être plus créatif. » Mais pas seulement : pour SAP, la méditation, c’est aussi une manière de « faire travailler la résilience et le leadership » à ses troupes. Aujourd’hui, le groupe est relié au Search inside Yourself Program, le réseau de formation créé par Google et qui regroupe une centaine d’entreprise (dont Areva, Ford, Axa, etc.).

Un manager fait entrer la méditation chez Alma Consulting Group

L’initiative peut aussi venir des managers. C’est ce qui s’est passé dans le cabinet de conseil Alma Consulting Group. « Je me suis dit qu’il fallait faire entrer la méditation en entreprise, raconte Emmanuel Mielvaque, country manager du groupe pour l’Espagne et le Portugal. J’ai commencé par organiser un séminaire d’une journée, pour prendre la température. Ça a permis de lever les a priori sur cette pratique. Les membres de mon équipe ne s’offusquaient plus en me voyant méditer à mon bureau, c’était déjà pas mal ! Ensuite, on a mis en place un programme de formation avec la DRH. La deuxième session a été lancée il y a seulement un mois. Elle dure 8 heures. Je pense que je commence à convaincre mes collègues », se réjouit-il.

Sodexo fait méditer les cadres du comité exécutif

Chez Sodexo, l’idée de faire de la méditation émane de la directrice des ressources humaines. Arrivée il y a seulement un an, Bénédicte Lepère a déjà développé des programmes de formation à la méditation de 7 séances, à raison de 3 heures par semaine, sur le temps de travail, de 15h à 18h (avec possibilité de rentrer directement chez soi après) pendant 3 mois, pour les salariés volontaires. « Pour la première session, 12 personnes se sont inscrites, managers et non managers, raconte-t-elle. La deuxième fois, on avait davantage de managers, ce qui nous a poussés à proposer un programme spécial pour le comité exécutif : 5 séances de 2 heures à des heures un peu plus tardives. » « Méditer permet de développer l’empathie, la bienveillance, la justesse dans la prise de décision et l’acceptation », explique Sébastien Henry, formateur chez Sodexo et auteur de "Ces décideurs qui méditent et s’engagent". C’est aussi un facteur de réduction du stress et de bien-être. Avant et après 21 heures de formation à la méditation, 8 salariés de chez Sodexo ont répondu à un questionnaire. Selon les résultats, la méditation a fait grimper leur bien-être de 27 %.

Des exemples qui devraient faire des émules

« Si vous faites entrer la méditation dans votre entreprise, vous engagez une évolution, un changement, vers d’autres modes de fonctionnement », promet Thierry Janssen, ex chirurgien urologue et psychothérapeute. « En transformant et en développant d’autres valeurs, les salariés améliorent leur bien-être », corrobore Lionel Strub, docteur en psychologie et enseignant-chercheur au sein de la chaire Mindfulness, bien-être au travail  et paix économique de Grenoble (unique au monde). Les bénéfices sont importants pour le leadership, l’innovation et la créativité. » Et ça, « c’est bon pour les performances des entreprises », nous promet-on. Pour l’heure, il est trop tôt pour mesurer l’impact économique d’une telle pratique. Mais une chose est sûre : le business de la mindfulness a du potentiel. La première conférence "Mindfulness pour l’entreprise", organisée par la Bulle Open Mind, début avril (150 euros par personne), faisait salle comble.

Pour aller plus loin :

2 exercices de méditation à tester (avec Sébastien Henry) 

Méditez pour mieux manager (avec Christophe André)

Elodie Buzaud
Elodie Buzaud

Le travail et l’écologie sont mes thématiques de prédilection. En tant que journaliste indépendante, je cherche notamment à répondre aux questions que posent ces deux sujets pour mieux comprendre comment le travail, et les travailleurs, peuvent contribuer à la transition écologique.

Vous aimerez aussi :