Confinement : un manager sur cinq dans un état de détresse psychologique élevée

Publié le 21 avril 2020 Sylvie Laidet

C’est une étude qui jette un froid : 20 % des managers vont visiblement plus mal que les autres salariés confinés en télétravail ou en chômage partiel. Un sondage Opinion Way pour le cabinet Empreinte humaine révèle qu’ils vivent une détresse psychologique élevée*. Explications de deux psychologues du travail, Christophe Nguyen et Jean-Pierre Brun.
Confinement : un manager sur cinq dans un état de détresse psychologique élevée
  1. 20% des managers en grande détresse psychologique
  2. Des managers pris de court par le confinement
  3. Des managers qui se « rendent malades » pour leurs équipes

  4. Détresse psychologique : de quoi parle-t-on ?

20% des managers en grande détresse psychologique

Selon le récent sondage* Opinion Way pour le cabinet Empreinte humaine, un manager sur cinq vit une détresse psychologique élevée depuis le début du confinement. Soit 2 % de plus que l’ensemble des salariés. « C’est préoccupant car ce sont eux qui sont censés être en vigilance sur le sujet par rapport à leurs équipes », souligne Christophe Nguyen, psychologue du travail et président du cabinet Empreinte Humaine à l’origine de cette étude. Charge mentale alourdie et cumul des rôles obligent, les femmes sont plus impactées par le confinement puisqu’elles sont 22 % à être en détresse élevée contre 14% pour les hommes

 

Des managers pris de court par le confinement

« Les managers ont été sur le pont très rapidement pour mettre en place une organisation du travail dégradé. De 8 heures à 20 heures chaque jour, y compris le week-end, ils ont enchaîné les réunions à distance et ont donc été bombardé d’informations pour assurer la continuité de l’activité. Bref, ils ont été surchargés de travail », note Jean-Pierre Brun, co-fondateur du cabinet. Une surcharge cognitive associée au travail mais aussi à la famille. En effet, contrairement à une idée reçue, les personnes confinées en couple (20%) ou avec un enfant (22%) vivent une détresse élevée plus importante que les autres (18%). Ceux-là doivent jongler (et c’est un art), entre leur boulot, les devoirs des enfants, les tâches domestiques… le tout dans un espace parfois exigu.

Lire aussi >> Les top managers aussi doivent éviter les sur-sollications dûes au confinement

 

Des managers qui se « rendent malades » pour leurs équipes

« Beaucoup de managers se questionnent sur la détresse psychologique de leurs équipes. Ils estiment que le bien-être de leurs collaborateurs est un problème qui relève des ressources humaines. Sauf qu’à distance ou pas, ils restent managers et c’est donc à eux de trouver des moyens et des solutions pour veiller à la bonne santé mentale de chacun », souligne Jean-Pierre Brun.

Peu préparés à ça, certains managers s’épuisent à appeler (trop) régulièrement leur équipe, à organiser des e-cafés, des e-séances de sport collective… pour veiller à leur bien-être. « Comme les autres salariés, les managers ont besoin d’être épaulés dans la gestion de cette crise. Il faut par exemple leur allouer du temps d’écoute mais aussi les bons éléments de langage pour échanger sur le sujet avec leur équipe », illustre Christophe Nguyen.

Sauf que toutes les directions n’ont pas pris ce problème à bras le corps et ont laissé leurs managers gérés seuls cet accompagnement psychologique des équipes. Une mission qui laisse donc des traces sur la santé mentale des managers.

 

Lire aussi >> Près de la moitié des salariés en détresse psychologique après trois semaines (Le Figaro)


Détresse psychologique : de quoi parle-t-on ?

La détresse psychologique chevauche à la fois des symptômes de dépression et d’épuisement professionnel. Lorsqu’elle n’est pas traitée, elle risque d’entrainer des problèmes de santé plus graves, tels que diverses maladies psychosomatiques, l’hypertension artérielle, la dépression sévère et l’alcoolisme. Dans la dernière phase de détérioration de la santé mentale, des atteintes irréversibles apparaissent telles que des incapacités permanentes, la mortalité́ prématurée, le suicide ou encore des maladies cardiovasculaires et neuropsychiatriques. Source : Empreinte Humaine

 

* Méthodologie : Le Baromètre « Impact de la crise sanitaire sur la santé psychologique des salariés » Opinion Way pour Empreinte Humaine, a été réalisé en ligne. Les interviews ont été faites du 31 mars au 8 avril 2020 auprès d’un échantillon de 2003 salariés représentatif et constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de secteurs d’activités, de nature d’employeur et de taille d’entreprises.

 

 

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :