Des nounous (presque) gratuites pour les intérimaires

Michel Holtz

Ce n'est pas encore le top service de conciergerie destiné aux intérimaires, mais on s'en approche. Le Fastt (fonds d'action social du travail temporaire) vient d'éditer un petit guide pratique sur la garde d'enfants, diffusé dans toutes les agences françaises.

En parallèle, l'organisme propose un service SOS Garde d'enfants. L'idée ? Permettre à tous les intérimaires de faire garder leur progéniture en cas de difficulté momentanée. Chacun disposant d'un crédit de 50 heures par an. Un service qui ne coûte qu'un euro symbolique de l'heure, le restant (95%) étant financé par le Fastt.

Pourquoi tant de sollicitude et de générosité de la part de cet organisme, géré par les syndicats et les professionnels de l'intérim ? Parce que ces derniers ont enquêté et ce sont aperçu que 19% des travailleurs temporaires avaient, une ou plusieurs fois, annulé des missions qu'on leur avait confiées, parce qu'ils rencontraient des problèmes impromptus de gardes d'enfants.

Pas loin de 140 000 empêchements qui ont, forcément, posés des soucis de gestion aux responsables d'agence. Sans compter la mauvaise image que l'enseigne donnait d'elle-même à ses clients en attente de renfort. Le Prisme (professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi), syndicat qui réunit la plupart des entreprises du secteur, a donc mis la main à la poche pour financer une opération ou chacun semble gagnant. Il permet en outre de motiver les intérimaires les moins bien rémunérés... lesquels, avant l'instauration de ce service, pouvaient refuser certaines missions pour ne pas avoir à payer la-dite nounou.

Michel Holtz © Cadremploi.fr

Michel Holtz
Michel Holtz

Vous aimerez aussi :