1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Macron-Le Pen : leurs mesures pour changer la vie des cadres

Macron-Le Pen : leurs mesures pour changer la vie des cadres

macron-le-pen--leurs-mesures-pour-changer-la-vie-des-cadres

Sylvia Di Pasquale, Quentin Velluet

24/04/2017

En vue du second tour de la présidentielle, et afin que vous ayez toutes les cartes en main, la rédaction de Cadremploi vous propose un récapitulatif des propositions d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen qui impacteraient la carrière des cadres. Entre augmentation du salaire net ou suppression du RSI pour le candidat d'En Marche !, et le rejet du travail dominical ou la retraite à 60 ans pour la candidate du Front National, cette check-list fait le point sur les promesses emploi et formation des deux finalistes à l’élection présidentielle 2017.

 Retrouvez les propositions d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen dans les huit thèmes ci-dessous. 

 

Les propositions des deux candidats sur les salaires des cadres

Marine Le Pen

La défiscalisation et majoration des heures supplémentaires

Un récent tract distribué fin mars 2017 par la candidate du FN est allé plus loin que son programme en proposant de majorer les heures supplémentaires « à 25 % ou 50 % », de les défiscaliser et d’en baisser les cotisations salariales. Les cadres au forfait jour ne sont pas concernés par cette proposition. Pour les autres en revanche, cela signifierait le retour du système mis en place durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy : exonération de cotisations salariales et défiscalisation totale de ces heures travaillées en plus.

Égalité salariale entre les femmes et les hommes

Sans plus de détail, Marine Le Pen indique dans son programme son souhaite de « mettre en place un plan national pour l’égalité salariale entre les femmes et les hommes ».

Emmanuel Macron

Augmenter les salaires nets

Le patron d’En Marche !  veut réduire l’écart entre le brut et le net de toutes les feuilles de paie. Pour y parvenir, il compte supprimer les cotisations chômage et maladie des salariés (-3,15 points) qu’il compenserait par une hausse de la CSG (+1,7 points) sur tous les revenus, hors retraites modestes et indemnités chômage. Quel impact sur le salaire net des cadres ? Mécaniquement, comme pour tous les salariés, il augmenterait d’environ 1,48 point. Un cadre touchant 5 000 euros bruts/mois gagnerait donc 800 euros de plus par an. En revanche, les très gros salaires seraient moins gagnants. À partir de 13 076 euros par mois – correspondant à 4 fois le plafond de la Sécurité sociale – le cadre serait même perdant : les cotisations chômage ne sont en effet prélevées que jusqu'à ce niveau de rémunération brute ; et la CSG est prélevée sur 100 % du salaire au-delà de ce plafond.

Des parlementaires payés « comme des cadres sup »

Emmanuel Macron souhaite attirer à la vie politique des entrepreneurs et des cadres du privé. Pour devenir parlementaires, ils devront mettre leur carrière ou la gestion de leur entreprise entre parenthèses pendant 5 ans pour éviter tout conflit d’intérêt, estime le candidat. Pour compenser ce probable manque à gagner, il propose une rémunération « entre 7 et 9 000 euros », a-t-il déclaré lors d’une interview. Si l’on considère qu’il s’agit d’une rémunération brute, les députés y sont déjà : depuis le 1er février 2017, le salaire mensuel brut d'un député est de 7 185,60 euros brut (soit autour de 5 000 euros net par mois) auquel s’ajoute une indemnité de frais d’un montant de 5 840 euros bruts mensuels. Les deux indemnités cumulées représentent donc 13 025,60 € bruts.

Suppression du RSI

Emmanuel Macron souhaite supprimer le Régime spécial des Indépendants (RSI) pour les rattacher au régime général de la Sécurité sociale. Les exonérations et les réductions de cotisations actuellement en vigueur seraient préservées. Mais les indépendants auraient la possibilité de cotiser davantage pour avoir la même couverture que les salariés. Cette mesure concerne les cadres qui envisagent de quitter le salariat afin de devenir indépendants, ou ceux qui l’ont fait sous la contrainte, faute de retrouver un contrat salarié. Le financement de cette mesure n’a pas été évalué.

 

Leurs propositions sur le temps de travail des cadres

Marine Le Pen

Rejet du travail dominical

Pas de proposition dans son programme. La candidate du FN s’était néanmoins exprimée contre, fin 2014 lors d’un entretien vidéo au Figaro où elle déclarait que « chaque jour de la vie d’un homme ne doit pas être réservé à la consommation ou à la production. Le dimanche est aussi une tradition française qui permet de s’attacher à sa famille, de se garder un peu de temps pour soi ». Elle était alors en faveur d’une autorisation d’ouverture pour les petits commerces.

La retraite à 60 ans

Si l’on suit le raisonnement de la candidate du Front National en ce qui concerne les retraites, on se prépare à partir plus tôt tout en ayant travaillé moins longtemps. La candidate souhaite abaisser l’âge du départ à la retraite à 60 ans. Marine Le Pen inclut également dans cette proposition, une baisse de la durée de cotisation qui passerait de 41 ans à 40 ans pour percevoir une retraite pleine, le tout, financé « par le plein emploi » comme elle l’a expliqué dans plusieurs médias. Un argument que conteste Jacques Bichot, un économiste proche du parti Les Républicains : « Il n'y a aucune corrélation entre l'âge de départ et le chômage ; la Suède par exemple à un taux de chômage inférieur à 5 % et pourtant dans ce pays la moitié de la population est encore au travail à 70 ans... », explique-t-il à BFM Business. Le programme ne fait par ailleurs aucune mention de l’évolution des pensions de retraite, qui pourraient être dans ce cas revues à la baisse.

Emmanuel Macron

Les RTT seront-elles remises en cause ?

Emmanuel Macron ne veut pas toucher à la durée légale du travail de 35 heures. Mais il laisse la possibilité à chaque branche professionnelle de négocier des « accords majoritaires » ou de faire un référendum d’entreprise de façon à assouplir cette durée uniforme. Dans les entreprises concernées, les RTT des cadres au forfait jour devraient mécaniquement diminuer ou augmenter. Mais Emmanuel Macron ne détaille pas cet effet. Ces jours de repos supplémentaires, que les cadres au forfait peuvent prendre en plus des cinq semaines de congés payés, compensent le fait de travailler plus de 35 heures. Selon la toute dernière étude de la Dares, les cadres à temps complet ont déclaré en moyenne la durée hebdomadaire la plus longue (42,2 heures).

Permettre progressivement de choisir son âge de départ en retraite

Avec Emmanuel Macron, l’âge légal du départ en retraite restera à 62 ans durant tout son quinquennat. Mais il compte mener une réforme profonde d’ici 2022 afin d’instaurer progressivement un régime de cotisation par point avec les mêmes droits par euro cotisé, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé. Les droits seront donc calculés à partir du 1er euro cotisé et non plus sur les 25 années de référence ou les 6 derniers mois. Le système par répartition où les actifs financent les retraités est préservé mais il veut fusionner les 37 régimes et faire disparaître les régimes spéciaux. Qui perd, qui gagne ? Cela dépend des situations : ceux qui étaient dans un régime spécial seront perdants ; ceux qui touchent un fixe faible avec des primes seront gagnants. Globalement, ce système permettrait aux cadres ayant une carrière accidentée d’être moins désavantagés que dans le système actuel. Ainsi, un changement de statut (indépendant, entrepreneur, commerçant, etc) en cours de carrière ne ferait pas perdre ses droits à la retraite. De plus, chacun pourra choisir son âge de départ en retraite en fonction de la pension qu’il souhaite toucher. Une application et un site Web permettront de connaître ses droits à tout moment.

Leurs proposition sur l'accès au chômage

Emmanuel Macron

Élargissement des droits au chômage aux non-salariés

Emmanuel Macron souhaite garantir une sécurité professionnelle pour tous, quel que soit son statut. L’assurance-chômage universelle couvrirait donc tous les actifs, quels que soient leur statut  – salariés, artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales ou  agriculteurs.  Ce nouveau fonctionnement pourrait tout particulièrement intéresser les cadres qui quittent le salariat pour se lancer dans une activité d’indépendant ou de création d’entreprise. Il leur faciliterait la transition d’un statut à un autre en les protégeant contre la perte d’emploi. L’Institut COE-Rexecode (proche des organisations patronales) chiffre à 1 milliard le coût de cette mesure.

Les démissionnaires aussi pourront toucher le chômage

Avec Emmanuel Macron, même les démissionnaires auront le droit de percevoir des indemnités chômage. Ce droit ne sera utilisable qu’une fois tous les cinq ans. Les cadres souhaitant changer d’activité ou se lancer dans la création d’entreprise n’auront plus à passer par une rupture conventionnelle. Selon lui, « ceci incitera les entreprises à investir pour améliorer la qualité de vie au travail afin de conserver leurs salariés. » Le candidat évalue cette mesure à 1,44 milliard d’euros, tandis que les instituts Montaigne (à tendance libérale) et COE Rexecode (proche des organisations patronales), évaluent chacun le coût annuel de cette extension aux salariés démissionnaires entre 2,7 et 2,8 milliards d’euros.

Possibilité de refuser un emploi mais pas deux

En cas de refus de deux offres d’emplois « décents », c’est à dire n’impliquant pas de baisse de salaire supérieure à 20 %, le candidat d’En Marche ! compte suspendre les allocations chômage. « Les périodes d’inactivité doivent devenir des périodes de rebond », explique-t-il à la revue Wedemain. L’Institut COE-Rexecode, (proche des organisations patronales) estime que cette mesure permettrait de diminuer progressivement le nombre d’emplois vacants de 150 000 postes.

Plafonner les indemnités prud’homales pour les hauts salaires

C’est une vieille idée d’Emmanuel Macron qu’il n’a jamais réussi à faire passer du temps où il était ministre, les juges et les syndicats s’y opposant. Elle consiste à plafonner les indemnités supralégales auxquelles a droit un salarié qui gagne face à son employeur aux prud'hommes. Elle figure dans son programme mais sans plus de précision sur les modalités de mise en place.

Leurs propositions sur la formation des cadres

Emmanuel Macron

Priorité aux formations pour changer de qualification

Emmanuel Macron prévoit une grande réforme du système de formation professionnelle afin que le système bénéficie prioritairement à ceux qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire les travailleurs au chômage et les moins qualifiés. Jusqu’à présent, le système bénéficiait surtout aux cadres : 68 % d’entre eux ont suivi une formation contre 37 % des ouvriers selon l’Insee. Le candidat veut donner plus de droits à ceux « qui doivent apprendre de nouveaux métiers » car c’est la « clé de la réduction du chômage ». Il souhaite accompagner les travailleurs des anciens secteurs aux nouveaux. Pour ce faire, il compte investir 15 milliards pour le volet « compétence » sur 5 ans. Si les entreprises jouent le jeu, seuls les cadres dont les métiers sont menacés de disparaître devraient continuer à bénéficier de formations.

Accès direct aux organismes de formation sans intermédiaires

À terme, dans le cadre de sa réforme de la formation professionnelle, le candidat d’En Marche ! veut permettre à chacun de choisir sa formation directement auprès des prestataires de formation, selon ses besoins. Cette mesure sera précédée d’une labellisation obligatoire de chaque organisme par l’État. « Plus personne ne s’engagera dans une formation sans savoir à quoi elle mène ni quelle est sa qualité. Le système sera transparent », promet Emmanuel Macron.

Leurs propositions sur le contrat de travail des cadres

Emmanuel Macron

Bonus malus afin de favoriser les CDI

Afin de favoriser les entreprises embauchant en CDI plutôt qu’en CDD, Emmanuel Macron prévoit un système de bonus-malus sur les cotisations salariales des entreprises. Celles abusant des contrats courts paieront davantage de charges et celles créant des emplois stables en paieront moins. Les embauches de cadres devraient atteindre les barres de 212 000 en 2017 et 222 000 en 2018 selon l’Apec. Une minorité de contrats concernerait les CDD de plus d’un an. Les catégories de cadres les plus fragiles (jeunes diplômés et seniors) devraient néanmoins décrocher plus facilement un contrat long si cette mesure était appliquée.

 

Leurs propositions sur l'accès au premier emploi pour les jeunes dip'

Marine Le Pen

Un dispositif premier emploi

L’idée est d’exonérer totalement de charges les entreprises lors de la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans pour une durée de deux ans maximum.

Une idée qui n’est pas neuve. Le think tank l’Institut de l’entreprise pointe le fait que cette proposition n’a en réalité rien de nouveau : « Il peut être considéré que la proposition est d’ores et déjà mise en œuvre au travers de dispositifs existants auprès de la grande majorité des jeunes de moins de 21 ans embauchés pour la première fois. Ces dispositifs correspondent aux allègements généraux de charge au niveau du SMIC ou à son voisinage ainsi qu’aux dispositifs ciblés d’exonérations de charge réservés aux apprentis, aux stagiaires ou aux personnes ayant signés un contrat de professionnalisation. »

 

Leurs propositions pour créer de l'emploi

Marine Le Pen

La préférence nationale

Dans son objectif de créer 1,7 million d’emplois en 3 ans, Marine Le Pen ne  précise pas ses mesures concernant les emplois qualifiés. Mais rappelons qu’un des arguments forts de son programme est d’inscrire la préférence nationale dans la Constitution. Sur le volet emploi, la candidate d’extrême droite souhaite donc mettre en place une taxe additionnelle aux entreprises en cas d’embauche de salariés étrangers. En réalité, cette taxe d’un montant de 70 à 300 euros existe déjà pour les profils non européens ayant signé un contrat de 3 à 12 mois. Marine Le Pen veut l’étendre aux employés de l’Union Européenne.

 

 

39

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Moi

26/04/2017

à 18:58

Je dirais qu'il nous reste deux choix
- Le suppôt de satan
- Le suppôt des banques

A vos urnes prêt fuyez !!!!

> Répondre

En réponse à Moi

Assia

28/04/2017

à 03:12

En effet et Ca fait peur !

> Répondre

En réponse à Moi

La sorcière bien aimée

27/04/2017

à 11:49

Je m'étonne de cette croyance "Macron candidtas des lobbies bancaires" ... D'où ça sort ? Parcequ'il a été banquier ? Moi j'ai été pharmacienne alors demain si je me lance en politique je serai forcément la "candidat du lobby pharmaceutique" ?
C'est le marketing du FN et de François Fillon qui vous fait croire ça ?
De toutes façons, les politiques n'ont plus les pleins pouvoirs.:il y a de nombreux contre pouvoirs, dont la finance, les grands groupes, le GAFA, l'Europe, les a utresgrandes puissances (le monde quoi).
Mais aussi les syndicats, cles confédérations professionnelles, des fondations privées et certaines organisations intrenationales et non gouvernementales (FNSEA, CGT, CFDT, Avaaz, Geenpeace, Emmaus, WWF, Unicef, Conseil de l'Europe pour ne citer qu'elles) qui savent elle aussi peser sur les garndes et petites orientations politiques.
C'est notre responsabilité de donner aux contre pouvoirs qui protègent tous les ciotyens du lobbyig des groupes qui ne veuelent que protéger les acquis des puissants les moyens d'agir. Faites des chèques et donnez un peu de notre temps.Cela fera changer le monde plus sûrement que toutes nos élucubrations sur Marine ou Macron.
Et puis nous avons le choix, nous sommes encore en démocratie. c'est pas un acquis pour l'avenir si nous n'allons pas voter ou mettons le mauvais bulletin dans l'urne on pourrait bientôt être de purs figurants (demander à nos amis tunisiens qui "votaient" pour leur tyen à 90 % et plus ...).
Demandez aussi à vos parents alsaciens ou lorrains comment c'était de vivre dans le IIIème Reich ! Ils semblerait qu'ils aient la mémoire un peu courte ! Ou
Allons aux réunion d'en Marche (celles du FN je les laisse à qui a vraiment beaucoup de temps à perdre...), syndiquons nous, investissons nous dans les grandes causes qui nous tiennent à coeur et dans la socité civile, attelons nous à l'immense tâche de faire en sorte que la France et les français aillent bien et que nous y soyons pour quelque chose !

Soyons positifs et pro actifs plutôt que d'accepter par fatalisme de devenir des moutons (noirs ou blancs d'ailleurs) !

> Répondre

beowulf

26/04/2017

à 18:11

La sécurité professionnelle pour tous, d'accord, à condition que tous participent au financement.
On ne va quand meme pas faire supporter ce financement uniquement sur le privé !!!!
quand à l'augmentation de la CSG pour financer, c'est du bla bla.
croyez vous que Macron le financier va avoir l'autorisation du lobbie bancaire pour taxer les plus value ???????

MACRON EST UN ILLUSIONISTE, ET LE TOUR DE MAGIE VA TOURNER COURT !!!!!!

> Répondre

En réponse à beowulf

Snp

26/04/2017

à 22:45

Dans ce cas au point où nous en sommes tentons la nouveauté!

> Répondre

La sorcière bien aimée

26/04/2017

à 16:30

Il me semble étrange qu'on attende des chiffres et des mesures extensivement décrites dans les programmes des candidats.
MLP est très à l'aise avec cet aspect "chiffre" puisque son programme c'est du NIMP(ortequoi). EM l'est un peu moins : des gens sérieux qui s'interrogent et connaissent le doute, ce qui est à mon sens un signe d'intelligence, le conseillent !
Je peux moi aussi déclarer que je vais réduire le nombre de chômeurs de 1,7 millions d'un coup de ma baguette magique ou en fronçant mon nez...
Plus sérieusement, il me semble important de rappeler que ce sont les députés et le sénat qui arbitreront le travail du futur gouvernement de la France et feront le travail législatif.
Il faudrait donc juger les valeurs et les orientations de politique générale données par les deux mouvements et éviter de se polariser sur les détails ( le fameux arbre qui cache la forêt…).
Les valeurs tout d'abord: républicaines d'un côté, pour une prise en main autoritaire de l'autre (un petit relent de monarchie, transmission du sceptre entre père et fille, ça ne gêne pas ?). Pour l'intégration versus l'exclusion. Etcetera ...
Orientations politiques ensuite: sans être exhaustive, je rappelle qu'En marche souhaite faire entrer massivement des représentants de la société civile dans la politique en proposant à autant de femmes que d'hommes d'ailleurs de devenir députés pour cinq ans et ce pour qu'ils donnent une impulsion pragmatique à la politique française.
Coté FN, qui sont les candidats ? J'imagine que quelques braves gens pas assez méfiants se sont égarés de ce côté-là, mais d'autres qui sont des « historiques » disposent de pedigrees qui donnent à réfléchir. Et les représentants politiques étiquetés FN en poste actuellement ne s'illustrent pas par la qualité et la quantité de leurs travaux au sein du Parlement (c'est vrai aussi en ce qui concerne le travail parlementaire européen, ou en dehors d'invectives envers les uns et les autres, la « famille » ne produit pas grand-chose).
Et en ce qui concerne les promesses qui n’engagent que ceux qui veulent bien y croire, moi je ne crois pas qu'on puisse reculer l'âge du départ à la retraite et améliorer les revenus des retraités en même temps dans un pays ou la pyramide des âges s'élargit dangereusement au niveau des classes les plus âgées... Sauf à autoriser comme nos voisins allemands l'arrivée massive de millions de jeunes réfugiés syriens ou autres (je ne crois pas que cela figure dans aucun programme) ! Pas plus qu’on puisse sortir de l’euro, de l’Europe et voir notre souveraineté nationale et notre économie s’en porter mieux. Qui va acheter notre champagne, notre Cognac, nos voitures, nos robes haute couture et nos produits de luxe quand nous aurons promu le protectionnisme et la préférence pour le made in France comme référence suprême ? Quant au chômage, il va falloir au moins autant de temps pour améliorer les choses qu’il en a fallu pour les dégrader et cela ne se fera pas sans entrepreneurs, sans idées, sans innovations, sans fonds et sans banquiers … Il va falloir serrer les dents et se remontre les manches, se dépasser, pas se contenter de trouver des boucs émissaires à nos soi-disant « malheurs » (les riches, les vieux, les étrangers, les assistés, les chômeurs, les pauvres, les politiques, les banques,le CAC40, mon patron et qui sais-je encore ? ).
Le FN est un vieux parti qui recycle à l'infini les mêmes idées, qui rase gratis, et promet tout et son contraire à tous et veut donner l’illusion de la bienséance. Le populisme n’a hélas jamais apporté le bonheur au peuple : tout ou plus à une oligarchie tout puissante qui confisque les pouvoirs et les libertés à son profit et maintient le peuple sous tutelle.
En Marche est un mouvement neuf, qui permettra peut-être à chacun de nous de contribuer au renouveau de la vie politique si nous le souhaitons.
Donnons-nous une chance de rajeunir Marianne !

> Répondre

E Lorente

26/04/2017

à 14:25

Pensez-vous réellement que cela vaut la peine de rentrer à discuter sur les propositions de l'extrême droite? Leurs commentaires/propositions sont remplis de démagogies et risquent en plus, je ne l'espère pas, en cas de victoire, de voler en éclat. Ne soyons pas si naïfs de continuer de croire les propos des personnes qui se classent sans scrupules dans l'extrême droite et qui essayent de nous faire croire qu'ils vont penser réellement au peuple français (et j'inclus là-dedans tous les étranger qui aimons la France pour laquelle nous travaillons/nous investissons autant que les français de nationalité; personnes professant n'importe quelle religion et appartenant à n'importe quelle ethnie ). N'oublions jamais les leçons que l'histoire nous a données!

> Répondre

En réponse à E Lorente

hache

26/04/2017

à 17:53

ton propos est totalement hors contexte...
Il faut bien evidemment échanger sur cela et pas faire d´amalgame, on en fait bien trop facilement.
A chacun sa chance, en tout cas super article, merci à vous.

> Répondre

En réponse à E Lorente

nico

26/04/2017

à 17:50

J´ai envie de dire chacun son avis, et svp sans amalgame

> Répondre

Guillot helene

26/04/2017

à 12:06

Et toujours rien concernant l embauche des seniors!!!!! Des pénalisations plus importantes lorsque les entreprises licencient pour soit disant des raisons économiques, les seniors!!!!
Formation pour les jeunes sans diplômes, mais que faites vous des seniors avec diplômes qui ne sont pas prioritaires pour des formations de reconversion ?

> Répondre

En réponse à Guillot helene

Snp

26/04/2017

à 22:43

Un Cadre seniors est bien plus à même de se positionner sur un emploi bien plus facilement qu'un jeune ou un non Cadre. Il existe de nombreuses ressources de support pour les cadres en recherche avec des initiatives publiques et privées, gratuites! Un Cadre a plus de facilité à faire marche son réseau qu'un jeune ou un personne non qualifiée. De plus il me semble que les formations et la prise en charge des cadres seniors est de bien meilleure qualité et niveau (notamment au niveau des intervenants). C'est mon avis!

> Répondre

En réponse à Snp

serge

29/04/2017

à 11:32

Très chère Hélène. J'ai un Master Hse les certifications IPRP. Formateur PRAP et risque chimique. Suis un ancien Responsable HSE sur un site pharma et cosmeto. Je suis en recherche depuis février 2015. J'en suis à près de 250 candidatures (soit une dizaine par mois tous secteurs géographiques ) En effet j'ai beneficié de formations (non sans mal). Je confirme qu'à 53 ans il serait bon d'avoir quelques mesures pour inciter les entreprises à privilégier quelque peu l'expérience et accepter que celle ci se paye au juste prix et pas à 2000 brut comme on me l'a parfois proposé. Le réseau c'est bien pour un entretien mais cela ne change pas la volonté patronale de ne pas payer ''trop cher ''

> Répondre

En réponse à Guillot helene

Alain P

26/04/2017

à 13:08

Tout à fait d'accord avec vous! Les actifs seniors sont oubliés dans tous les débats...
Je viens d'voir 61 ans, bac+5, au chômage depuis 1 an, j'ai eu quelques approches directes de cabinets de recrutement mais rien n'abouti...
Je pense aussi que cet article est quelque peu dirigé "pro-Macron"!

> Répondre

Charles

26/04/2017

à 11:52

Bonjour, la pauvreté des propositions faites par les deux candidats dans les domaines économiques et sociaux (sans parler de leur financement) traduit une profonde méconnaissance du monde de l'Entreprise dans sa grande diversité!Mais les Entreprises sont ,en autre, responsables de cette situation car elles ont abandonné la "gestion de la cité" et l'ont confiée à des apparatchiks!Il est temps que la vraie Société Civile reprenne les choses en main.Les elections législatives sont une occasion pour les Cadres et l'encadrement de manifester leur présence!

> Répondre

Etienne ROGER

26/04/2017

à 10:53

Le seul choix au deuxième tour est entre Marine le Pen et Emmanuel Macron.
Pour moi le plus important serait de réussir à faire baisser le chômage et la fracture sociale.
Emmanuel Macron vise une augmentation du nombre d'emplois tandis que Marine Le Pen me semble aller dans l'autre sens et surtout priver la France des compétences des salariés étrangers.
Mais les lois seront discutées et votées à l'assemblée nationale.
J'espère que les excès seront gommées.
L'augmentation des rémunérations des parlementaires me parait par exemple mal venue. L'idéal serait que le profil des parlementaires ressemble à celui de leurs électeurs, ils ne doivent pas être une caste politique mais des personnes qui ont l'expérience du vécu de leurs électeurs avec bon sens. Ils ne doivent pas être en recherche d'un revenu élevé mais être au service de la France. Une rémunération de deux fois le revenu moyen des français me semblerait un bien meilleur choix. Les entrepreneurs et cadres du privé prendraient conscience de la réalité vécue par leurs concitoyens.

> Répondre

En réponse à Etienne ROGER

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 11:34

Bon objectif MARINE LEPEN + 1,7 millions d'emplois ET MACRON ???? Avec lui c'est vise envisage a l'horizon et pour memoire l'horizon Ligne imaginaire non atteignable circulaire dont l'observateur est le centre ou le ciel et la terre semblent se confondre. DONC EN MARCHE vers l'HORIZON

> Répondre

En réponse à BARADEL FRANCIS

Etienne ROGER

26/04/2017

à 13:35

Les 1,7 millions d'emplois ne paraissent pas réalistes s'il n'y a pas de mesures crédibles originales pour y arriver.
Marine Le Pen a comme particularités le protectionnisme, l'augmentation de TVA et la préférence nationale.
La France exporte 1/3 de son PIB, a beaucoup de travailleurs à l'étranger, le protectionnisme aura comme conséquence de diminuer ses échanges internationaux et donc la part de son PIB à l'export.
L'augmentation de TVA va diminuer le pouvoir d'achat et donc le PIB. La préférence nationale ne créée pas d'emplois mais fait baisser le niveau global de compétence des entreprises ou augmente le coût de production.
Et encore je n'aborde pas le séisme économique de sa politique qui, au mieux, entraînerait une dévaluation et donc une perte de pouvoir d'achat et de patrimoine. Au pire on subirait la tutelle de l'Europe et on serait mangé à la sauce grecque.

> Répondre

En réponse à Etienne ROGER

Etienne ROGER

26/04/2017

à 11:05

Ce qui concerne le travail fera nécessairement l'objet de négociations collectives sinon le pays sera à feu et à sang.

> Répondre

Bruno

26/04/2017

à 10:51

Il est déjà possible de ne plus être obligé de payer le RSI en optant pour un statu société SAS ou SASU.

> Répondre

En réponse à Bruno

Sabine

26/04/2017

à 12:53

Oui Bruno mais le choix d'un statut d'entreprise ou libéral se fait au regard du projet de la personne, du domaine d'activité visé et de la situation personnelle de la personne. Et non pas sur des questions de taux ou de mode de cotisation. Ce qui signifie qu'une personne ayant intérêt à adopter un statut qui la rattache au Rsi doit pouvoir le faire sans que ce rattachement lui nuise. Il ne faut pas qu'elle choisisse un statut parce qu'il ne la rattache pas au Rsi parce qu'elle prend alors le risque d'avoir un statut inadapté à son projet ou sa situation personnelle.

> Répondre

En réponse à Bruno

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 11:45

Mais pas pas les charges quasi les plus hautes D'Europe et ce n'est pas en augmentant la CSG comme MACRON que cela ira mieux !

> Répondre

Eric chielens

26/04/2017

à 10:45

Pour déjà maintenir l'emploi l'emploi et créer de l'emploi en entreprise il faut d'abord des carnets de commande constant et permettre à l'entreprise de fidéliser ses clients et d'en conquérir de nouveau. La seule solution c'est la baisse des charges , pour permettre de retrouver de la compétitivité, des points de marge pour investir dans la recherche de nouveaux produits et intéresser plus de clients en France et à l'étranger avec nos produits.
La réussite d'une entreprise est sa capacité à fédérer et s'appuyer sur les personnes aux idées et identités culturelles différentes. Ensemble , on va plus loin lorsque l'on peut considérer l'autre comme une source de progrès pour soi-même.

> Répondre

En réponse à Eric chielens

Dumas André

26/04/2017

à 20:32

Ces échanges prouvent que les solutions existent et sont là sous nos yeux.
Ce n'est pas une découverte pour moi qui a vécu assez longtemps hors de nos frontières comme beaucoup de mes concitoyennes et concitoyens.
La France est une entreprise en situation de dépôt de bilan voire de liquidation judiciaire.
Et que devrai t’il se passer à ce moment là? = une grande lessive !!!
On y va?

> Répondre

Philippe Favre

26/04/2017

à 08:39

l'un de mes plaisirs de travailler a été celui de travailler avec des étrangers. C'est un vrai choc interculturel qui vous enrichit beaucoup. L'expatriation dans un grand groupe est un moyen de faire grandir les gens et de créer des conditions de compréhension et d'efficacité. Combien de franco-francais imbéciles ont coulé leur boîte à l'étranger faute de connaissances interculturelles ?
Madame le Pen ne peut pas le comprendre elle n'a jamais travaillé.
Peut-être que quelques étrangers au FN lui feraient comprendre que la France n'est pas une Île...

> Répondre

En réponse à Philippe Favre

Aura

26/04/2017

à 10:11

Les franco-français qui ont coulé leurs boîtes à l'étranger l'ont fait par arrogance estimant que ce qui est valable en France est forcément le meilleur pour tout le monde; rien à voir avec l'emploi des étrangers en France pour mieux les exploiter et faire baisser les salaires. Une personne d'origine étrangère au FN

> Répondre

En réponse à Aura

Philippe Favre

26/04/2017

à 14:13

Bonjour Aura, vous avez raison aussi car on ne parle pas de la même chose.
On ne peut faire du dumping social en France car il y a des lois qui créent des minima salariaux, même si hélas femmes et étrangers (vous êtes les deux semble-t-il) sont souvent moins bien payés. Le seul point critique c'est les travailleurs détachés où là ce que vous dites est possible. Cette directive doit être revue: elle est utile mais il faut stopper les abus.
Les échanges internationaux sont source de richesse, ils permettent aux pays pauvres de se développer (Chine, Pologne, Slovaquie ...), ils nous ouvrent les yeux, nous aident à mieux comprendre les autres et ne pas haïr l'étranger.
C'est tellement facile de remuer la misère. Aujourd'hui madame le Pen fait des selfies à Amiens, cela ne fera pas manger les gens. Si Whirlpool veut partir il le fera. La France c'est 3% de ses activités donc ils s'en fichent. Ils peuvent décider de tout fermer et madame le Pen ne pourra rien. Il faut donc négocier, comprendre, trouver des contreparties. Venez rejoindre ceux qui veulent faire, pas ceux qui pleurent avec les victimes en hurlant.

> Répondre

Bilel

26/04/2017

à 07:10

Le parti pris de cet article est hallucinant...

> Répondre

En réponse à Bilel

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 10:23

comme toute la presse PAR CONTRE HIER SOIR une question a été posée au representant de je marche dans le mur ..... Ou faites vous vos 65 milliards d'économies ???? Réponse hallucinante UN PEU LA et un peu là EN GRATTANT un peu là ......les retraites les chomeurs et la secu pour 1/3 chacun !
De plus le MACRON en terme de securite est vide et mensonger IL RECRUTE 10 000 ou 15 000 policiers ???? SUR 5 ANS .... Sans ponderer les chiffres avec les départs en retraite et tout est comme celà quant au insttuts type MONTAIGNE et think tank on connait les actionnaires sont les 3/4 CHEZ macron ! VIVE LA DEMOCRATIE

> Répondre

En réponse à Bilel

lion

26/04/2017

à 10:09

C'est surtout la tournure de cette campagne présidentielle qui est n'importe quoi...!!

Depuis des mois , les médiats jouent et influencent l'opinion en faveur de Mr MACRON

Forcément, il est en Finale (...)....

> Répondre

marie

26/04/2017

à 00:11

La majorité des cadres fonctionne au forfait donc pas d'horaire. On tourne entre 42-45 heures par semaine mais c'est le nombre de jour travaillés qui compte. Environ 238 jours de travail/an,(tout des dépend des contrats au forfait) avec des RTT en compensation dont sont déduits les jours fériés ci ceux-ci tombent un jour travaillé. Le nombre de jour de RTT varient donc d'année en année.
Certains salariés statut non cadre font de de plus de 35h, et on des RTT aussi en compensation. 37h.5/semaine leur donne droit à 12RTT /an.

> Répondre

Wtf

25/04/2017

à 13:32

"La défiscalisation et majoration des heures supplémentaires"

Il est globalement connu que les cadres fonctionnent aux heures sup'......

> Répondre

En réponse à Wtf

thierrygz

26/04/2017

à 08:51

Sauf que les cadres n'ont pas d'heures supp.

> Répondre

En réponse à thierrygz

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 11:52

Et sauf que l'on ne parle pas des cadres !

> Répondre

Philippe Hiliou

25/04/2017

à 09:08

Comment peut ont garantir les emplois a l etrager des francais lorsque le statut de travailleur detaché sera remis en cause par mme le pen?

> Répondre

En réponse à Philippe Hiliou

Bonjour

27/04/2017

à 08:10

T inquiéte à cause de l art.63 de l UE elle ne pourra rien faire
Pour changer une virgule des traités européens faut que les 27 pays soient ok puis les 27 états sous référendum!

ou à défaut l' UE lui mettra des amendes !

> Répondre

En réponse à Philippe Hiliou

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 10:24

Aucun rapport

> Répondre

En réponse à Philippe Hiliou

Bonjour

26/04/2017

à 08:31

T inquiéte à cause de l art.63 de l UE elle ne pourra rien faire
Pour changer une virgule des traités européens faut que les 27 pays soient ok puis les 27 états sous référendum!

ou à défaut l' UE lui mettra des amendes !

> Répondre

En réponse à Bonjour

BARADEL FRANCIS

26/04/2017

à 10:25

Merci comme quoi il faut renegocier UE !

> Répondre

Gaëlle

24/04/2017

à 22:42

Merci Cadremploi pour cet article bien construit, il permet de se projeter avec chacun des candidats !

> Répondre

+