1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. En pleine croissance, Lego s'ouvre aux cadres étrangers

En pleine croissance, Lego s'ouvre aux cadres étrangers

en-pleine-croissance-lego-souvre-aux-cadres-etrangers

Nathalie Alonso

28/02/2014

Le numéro deux mondial du jouet, Lego, va embaucher des cadres étrangers pour conforter son insolente croissance de 2013, quitte à laisser un peu de côté de ses racines danoises.

Le célèbre fabricant des briques à assembler a vu son chiffre d’affaires bondir de 10% à 25,38 milliards de couronnes (3,4 milliards d’euros) en 2013. C'est quatre fois plus qu'il y a dix ans, de quoi faire des envieux du côté des deux autres géants du jouet, les Américains Mattel (Barbie, Hot Wheels, etc.) et Hasbro (Monopoly, Play-Doh, etc.), qui eux ont fait du sur-place l’an dernier.

Dans les mois qui viennent, le groupe danois compte consolider sa croissance à l’international, en particulier sur des marchés où il a encore une marge de progression, comme l’Asie. Jeudi, il a donc annoncé lors d’une conférence de presse l’implantation de « grands sites régionaux », à Londres, Singapour, Shanghai et Enfield (nord-est des Etats-Unis), où il a déjà une usine.

Chacun de ces sites aura «une présence de cadres de direction importante», a expliqué le groupe. Car «pour emmener les briques dans le monde entier, nous avons besoin d’un nouveau type d’organisation. Il nous faut une structure qui soit beaucoup plus diverse, plus internationale qu’aujourd’hui», a estimé son directeur général Jørgen Vig Knudstorp.

Une deuxième aventure internationale pour Lego

L’international, Lego s’y était déjà frotté au début des années 2000… mais l’aventure s’est soldée par un échec retentissant. L’entreprise a notamment mal anticipé l’émergence d’enseignes comme Toys R Us. Depuis, le groupe familial s’est replié dans son berceau de Billund, avec une organisation très danoise et centralisée.

Pragmatique, Lego entend rester ancré dans son berceau de Billund, tout en misant sur l'ouverture à des cadres étrangers. «Ce serait arrogant de penser que simplement parce qu’on est Danois on [sait] ce qu’il faut pour réussir dans des pays du monde entier», philosophe le patron du spécialiste de la brique en plastique.

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte