Entretien avec Chantal Baudron, PDG, Cabinet Chantal Baudron

Publié le 01 août 2006 La rédaction Cadremploi

En 1980, Chantal Baudron lance son propre cabinet de recrutement dans le secteur qui a fait sa réputation : la mode, le luxe et la beauté. Vingt ans plus tard, ses clients lui sont toujours fidèles. L'entreprise s'est imposée comme une référence du marché et opère désormais dans tous les domaines d'activité.

 

Quelles sont les domaines d'expertise de votre cabinet ?
Chantal Baudron - PDG
: Je dis volontiers que nous sommes des généralistes avec des spécialités. Nous réalisons aujourd'hui 50 % de notre chiffre d'affaires dans trois secteurs : la mode, le luxe et la beauté ; les NTIC ; et la communication. Mais les 50 autres % touchent tous les pans de l'économie ! Pour moi l'essentiel a toujours été de connaître les hommes plus que les métiers. Bien entendu parmi les 7 consultants du cabinet plusieurs sont des spécialistes de nos trois domaines phares, mais ce sont surtout des experts de la personnalité. La moitié d'entre eux sont psychologues de formation, comme moi-même. C'est un atout essentiel pour nos clients. Ma longue expérience du métier m'a mille fois confirmé que la première cause de l'échec d'un recrutement était la difficulté d'intégration. Ce sont très rarement les compétences qui posent problème, mais l'inadéquation entre la personnalité du candidat et la culture de l'entreprise.

 

Comment menez-vous vos missions ?
C. B. : Nous sommes organisés en deux entités : « Electre » pour le recrutement des cadres dirigeants, et de dirigeants investisseurs (opération de MBI). Et « Chantal Baudron » pour le middle management. Sur ces deux niveaux de recrutement, nous intervenons dans tous les domaines d'activité en accompagnant nos clients de la définition de leurs besoins, à l'établissement d'un cahier des charges en phase avec les réalités du marché jusqu'à la sélection des candidats. Notre valeur ajoutée repose essentiellement dans notre capacité à évaluer les personnalités. Il n'est d'ailleurs pas rare que nos clients fassent appel à nous pour réaliser des audits de compétences sur les cadres en interne qu'ils souhaitent faire évoluer. Pour moi, le rôle d'un cabinet c'est cela : accompagner les chefs d'entreprise dans le développement de leur structure.

 

Pour vous la dimension conseil est donc indispensable dans un recrutement ?
C. B. : C'est un point crucial. Depuis quelques années, on assiste à une véritable dérive de l'activité des cabinets de recrutement vers une fonction de simple prestataire. La plupart ont presque abandonné leur rôle de conseil pour se consacrer à la seule prospection de candidatures. Certains poussent même la logique jusqu'à proposer à leur client une rémunération sous forme de success fee : ils sont payé quand le candidat est recruté ! En fait ils se considèrent comme des rabatteurs et laissent à leur client la totale responsabilité du choix du candidat. Je m'insurge totalement contre cette réduction du rôle d'un cabinet de recrutement. Sans la dimension cruciale du conseil et de l'accompagnement, notre métier n'a pas de véritable valeur ajoutée.

 

Quelques mots sur Chantal Baudron
Chantal Baudron, diplôme de l'Ecole de Psychologues Praticiens, doctorat de Psychologie. 12 ans chez Bernard Krief dont 4 ans comme directeur général. Création de Chantal Baudron SA en 1980.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :