Entretien avec David Marquet, Associé, Adeis RH

Cadremploi

Le Grand Ouest, c'est le terrain de chasse du cabinet Adeis RH. Créé en 2004 par deux associés, il est implanté aujourd'hui à Nantes, Rennes et Brest. La garantie d'une couverture géographique dont les limites poussent même jusqu'au Mans. Adeis RH œuvre essentiellement sur 5 secteurs : le commerce et marketing ; la finance, RH, l'administratif et le juridique ; le BTP et l'ingénierie du bâtiment ; la production ; l'électronique et les nouvelles technologies. Autant de secteurs qui répondent à des spécificités locales propres. Explications avec l'un des associés, David Marquet.

Pourquoi avoir choisi de vous implanter dans les trois grandes villes bretonnes ?
David Marquet : Notre implantation à Rennes, Nantes, et Brest est un maillage triangulaire permettant de répondre à notre volonté d'être un partenaire local et régional. Nous souhaitons et devons être plus proches de nos clients et de nos candidats. Le marché de l'emploi a fortement évolué ces dernières années. Ce maillage répond donc à une nécessité, celle de la proximité. Il s'agit d'une proximité géographique, économique et culturelle ; on ne recrute pas à Rennes comme on recrute à Nantes ou à Brest.
D'autre part, nos trois implantations répondent à une autre nécessité, celle de la réactivité. A l'image du BTP, nous assistons à une pénurie de compétences dans de nombreux secteurs d'activité. Les bons candidats restent très peu de temps sur le marché ; à nous d'être plus réactifs quand le bon candidat se présente.
A ce titre, le métier de Consultant en recrutement a fortement évolué. Outre notre rôle initial d'évaluateur, nous devons désormais être force de proposition auprès de nos clients et faire preuve de créativité pour identifier les bons candidats.

 

Quel est l'état de santé de la région Grand Ouest aujourd'hui ?
D. M. : Le marché est plutôt bon. On bénéficie en fait du début de l'effet papy-boom, cette vague de départs à la retraite à laquelle les entreprises sont confrontées et d'une conjoncture économique plus favorable depuis 1 an ½. Même si nous devions subir une période économique un peu moins faste, les sociétés devront quand même renouveler leurs équipes et seront donc toujours en phase de recrutement.
Côté candidat, nous bénéficions aussi de ce que nous appelons l'effet Côte Ouest, à savoir, un engouement de cadres qui souhaitent s'installer dans la région pour la qualité de vie et des motivations familiales. Une réelle recherche d'un équilibre entre vie professionnelle et vie privée qu'offre l'Ouest de la France
Mais attention, cela ne veut pas dire que trouver le bon candidat est chose facile. Nous sommes passés du marché de l'emploi au marché de la compétence. Nous observons une différence entre les compétences des candidats et les compétences recherchées par nos clients. L'équation est donc souvent complexe à résoudre. Charge à nous de nous adapter et trouver de nouvelles solutions pour répondre aux besoins de nos clients. Soyons également plus attentifs aux attentes des candidats qui révèlent souvent des compétences cachées.

 

La région est portée par quels secteurs en particulier ?
D. M. : Les secteurs dynamiques sont les secteurs du BTP et du commerce. Les grandes métropoles sont en plein développement, entraînant une vraie dynamique pour la construction. On recrute par exemple pour des postes techniques en bureaux d'études ou sur les chantiers. Les entreprises cherchent aussi à renforcer leurs équipes de vente, quel que soit le secteur d'activité. On manque de bons profils, autrement dit des gens qui savent développer les portefeuilles. L'industrie reste une valeur sûre dans certains domaines.
Pour ce qui est de la répartition des secteurs en fonction de nos implantations, Brest est plutôt sur l'industrie liée à la situation portuaire et à l'Agro Alimentaire. Le tissu économique est composé de très belles PME. A Rennes, ce sont  surtout les nouvelles technologies et le BTP. Les SSII repartent et sont en plein développement. Pour Nantes, on est sur les mêmes secteurs, mais avec une connotation encore plus tertiaire.

 

Vos candidats sont-ils déjà installés dans la région pour une grande majorité ?
D. M. : Non, ce sont surtout des candidats mobiles. Plus de 65 % des candidats ne viennent pas de l'ouest, mais plutôt de l'Ile de France ou du Nord. Leur motivation : revenir dans leur région d'origine et/ou trouver une qualité de vie meilleure. Ce qui est d'ailleurs pour nous une motivation très saine. En effet, cette mobilité s'accompagne d'un projet de vie qui est signe de stabilité.

 

 

 

Zoom sur David Marquet
Ce Breton trentenaire connaît son métier et sa région. Etudiant à Rennes, Nantes, et Brest, il termine son cursus avec une Maîtrise de communication interne et sociale et se laisse séduire par la communication de recrutement. A la fin de ses études, il fait un passage dans un cabinet en tant que chargé de recherche. L'émergence des sites d'emploi l'amène à plonger dans l'aventure du site : Ouest Job en tant que commercial, avant de prendre en main le développement de Sud Ouest Job. C'est en septembre 2003 qu'il pose les bases d'Adeis avec son associé, avant de créer réellement le cabinet en avril 2004.

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :