Entretien avec Eric Vennin, Directeur, Cabinet Aktis Conseil

Publié le 05 octobre 2005 La rédaction Cadremploi

Créé en 1992, le cabinet Aktis Conseils s'affirme comme un spécialiste de l'univers des hautes technologies. Du conseil en emploi au recrutement stricto sensu, Aktis intervient sur l'ensemble des postes de ses entreprises clientes, pour la plupart des groupes d'origine américaine.

 

En somme, vous êtes un généraliste spécialisé ?
Eric VENNIN - Dirigeant
: En quelque sorte ! Nous connaissons parfaitement l'état d'esprit et les besoins de nos clients et c'est notre force. Il y a dans les entreprises anglo-saxonnes un fonctionnement très particulier : des exigences en terme de reporting, d'approche des personnes et, surtout de réactivité très spécifiques. Nous sommes en parfaite adéquation avec les valeurs de nos clients, c'est ce qui nous permet de leur garantir des candidats parfaitement en concordance avec leurs attentes. Même si aujourd'hui le management à l'américaine a tendance à se généraliser, j'en prendrai pour preuve le succès du livre de Jack WELSH (le célèbre dirigeant de Général Electric), il persiste des différences notables entre les entreprises françaises et les groupes anglo-saxons. Il est important de savoir les appréhender.

 

Le recrutement serait donc essentiellement une affaire de valeurs ?
E. V.
: C'est le fameux savoir être dont on parle tant dans les médias. Je prendrai l'exemple des commerciaux. En France, c'est hélas une tradition, les fonctions commerciales sont très dévalorisées : les écoles de commerce forment surtout des financiers et des marketeurs. Personne ne veut vendre, question de statut ! Aujourd'hui, et c'est paradoxal, on trouve plus facilement de bons commerciaux issus de filières d'ingénieurs ! Pour les jeunes professionnels au profil plus international, ce genre d'a priori n'a plus de sens. Ils se sont frottés à d'autres logiques : ils ont une meilleure employabilité et voient leurs carrières d'une façon plus pragmatique. Les Français qui se sont expatriés ont une approche de l'entreprise et une façon de gérer leur temps très différentes de ceux qui n'ont pas bougé. Leur vision du monde du travail s'est profondément transformée. Fort heureusement, les choses commencent à changer : toutes les grandes écoles envoient désormais leurs étudiants réaliser une partie de leur cursus à l'étranger. Pour être efficace, nous devons comprendre comment pensent les candidats et nous assurer qu'ils seront en phase avec nos clients.

 

Votre métier se modifie-t-il lui aussi ?
E. V.
: Inévitablement. Nous sommes déjà dans une position intermédiaire entre le recrutement et le conseil. Depuis plusieurs années, j'exerce une activité de coach en plus de celle de conseil en recrutement. Il nous est difficile de nous arrêter à la porte de l'entreprise une fois la sélection d'un candidat effectuée. L'accompagnement est devenu un aspect essentiel de notre métier. J'irais même plus loin. Je pense que peu à peu les entreprises n'auront recours à nos services pour trouver des candidats que pour des profils très spécifiques ou pour des « chasses » chez leurs concurrents. Les réseaux divers et la cooptation pourvoiront parfaitement leurs besoins en recrutement. Ce dont elles auront besoin de façon pressante, c'est d'un avis externe et neutre sur l'adéquation entre les candidatures spontanées et leurs organisations. Nous serons alors devenus des professionnels du « casting » et non des « rabatteurs » !

 

Quelques mots sur Eric VENNIN
Ingénieur + IAE, après des postes de dirigeants dans l'industrie et la distribution, il devient consultant à partir de 1991. Coach certifié de l'école de coaching HEC, il est membre de la Société Française de Coaching.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :