Entretien avec Jean-Michel Rémy, Directeur des ressources humaines, Bombardier Transport France

Publié le 25 juin 2007 La rédaction Cadremploi

Bombardier... Vous connaissez c'est évident... Ce nom vous est familier... Tout a commencé au Québec, dans les années 40, avec l'invention de l'auto-neige. Puis la motoneige, le "ski-doo", a fait son succès. Engagée dès les années 70 dans la voie de la diversification, cette société familiale est devenue un groupe international. La logique du groupe Bombardier Inc. aujourd'hui, est d'être présent sur le secteur du transport en général. Avec ses deux principales filiales, le groupe est aujourd'hui leader mondial, aussi bien dans les avions d'affaires, avec Bombardier Aéronautique, que dans le transport ferroviaire, avec Bombardier Transport. En France, l'activité est concentrée sur la construction ferroviaire, à Crespin, dans le Nord, près de Valenciennes. Jean-Michel Rémy, Directeur des Ressources Humaines nous en dit plus...

 

Quelle est la place du site de Crespin au sein du groupe Bombardier et quelles sont vos activités ?
Jean-Michel Rémy : Notre site fait partie de Bombardier Transport. Bombardier Transport est présent dans plus de 60 pays dans le monde et offre une vaste gamme de produits dans le domaine du ferroviaire.
A Crespin, nous employons déjà un peu plus de 1 600 personnes. Nous travaillons en ce moment sur des projets de grande ampleur, comme le TER 2N NG (2 Niveaux, Nouvelle Génération), le TGV Duplex, le MF 2000 (métro parisien), l'Autorail Grande Capacité (AGC), le nouveau train pour la région Ile de France. Nous avons aussi une forte activité bogies. AGC, TER, TGV, MF 2000, ESW ou encore les bogies pour la Chine, Taïpei ou Mexico sont quelques exemples des derniers contrats réalisés ou en cours.

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces commandes ?
J.-M. R. : Avec le contrat AGC, remporté en 2001, auprès de la SNCF et des régions françaises, nous avons développé notre capacité industrielle pour réaliser les 500 trains demandés. Le succès des premiers véhicules a poussé d'autres régions à commander elles aussi des véhicules, d'où une commande de 200 trains supplémentaires. Pour pouvoir assurer les délais de livraisons, il a fallu augmenter les cadences de productions. Aujourd'hui, nous avons aussi les nouveaux trains pour l'Ile de France : une commande de 372 véhicules. Même si le chaudron du premier véhicule est à peine réalisé, nos salariés ont été mobilisés dès l'annonce de l'attribution de ce contrat à Bombardier, depuis novembre 2006. Car il y a aussi tout le travail en amont et en aval de la production à organiser : les Etudes, les Méthodes, les Achats, les Essais...

 

Quel est votre plan de recrutement pour les mois à venir?
J.-M. R. : D'ici à mi-2008, nos effectifs passeront à 2 000 salariés. Nous allons donc créer progressivement 400 postes environ sur 16 mois, répartis en 100 emplois de cadres et techniciens et 300 postes d'ouvriers en production. Plus d'un tiers de ces derniers sera créé en CDI.

 

Quels sont les profils des postes que vous recherchez ?
J.-M. R. : Les postes de cadres concernent principalement des ingénieurs d'Etudes, des chefs de projets, des acheteurs, des ingénieurs des méthodes et des ingénieurs pour les opérations (production, logistique, qualité, amélioration continue), mais aussi des cadres pour les fonctions support (RH, contrôle de gestion...).

 

Diriez-vous qu'il s'agit d'une entreprise où il fait bon vivre ?
J.-M. R. : L'entreprise propose des perspectives d'évolution et de formation. Cela sans compter les objectifs de qualité et de sécurité, qui concourent à améliorer sans cesse les conditions de travail. Nous avons également une forte implication concernant le travail des handicapés, autant dans le cadre de l'embauche, que dans l'accompagnement des salariés qui se retrouvent en situation de handicap. (Nous avons d'ailleurs très récemment signé un accord relatif au travail des handicapés). Il y a aussi une dimension humaine. Les salariés de Crespin sont comme une grande famille. Cette synergie se retrouve dans l'organisation du travail. Ici, nous travaillons par projet. Or un projet n'est pas cloisonné. Et même si les décisions finales sont prises par les managers, une large place est laissée au dialogue, à l'esprit d'innovation et à la créativité. Nous avons la chance de développer un esprit d'équipe qui crée une très bonne ambiance de travail.
C'est pourquoi je dirais que oui il fait bon vivre dans une entreprise qui a de l'avenir et qui se souci du vôtre.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :