Entretien avec Jérôme Verdiell, directeur associé, Caméléon Conseil

Cadremploi

L'humain, c'est véritablement le moteur de Caméléon conseil. A plusieurs niveaux. De par la taille : 5 collaborateurs constituent la force vive de ce cabinet. De par l'essence même de son activité bien sûr, tournée vers le recrutement et l'évaluation. De par le conseil et le suivi des candidats aussi. Mais également, de par son engagement en faveur de la diversité. Quel que soit le secteur pour lequel il recrute - services, distribution et médical pour l'essentiel -, quel que soit le métier concerné - commercial, marketing et fonctions supports -, Caméléon Conseil s'attache à guider clients et candidats avec pragmatisme et éthique en toutes circonstances. Même en période de crise. Explications de Jérôme Verdiell, directeur associé du cabinet de recrutement et d'évaluation Caméléon Conseil.

Quel regard portez-vous sur la conjoncture et les difficultés déjà observées
sur le marché de l'emploi ?

Aujourd'hui, certains secteurs sont beaucoup plus touchés que d'autres. On le voit avec l'automobile notamment, l'immobilier et la banque d'investissement. Mais d'autres sont aussi relativement épargnés. C'est le cas en particulier de la distribution, secteur sur lequel nous intervenons, l'énergie, et la banque de détail. D'un point de vue plus général, il y a un fait à prendre en compte : le taux de chômage des cadres est historiquement bas, de l'ordre de 3,6% environ. Et lorsque l'on rapproche la courbe de recrutement des cadres, on s'aperçoit qu'elle n'épouse pas forcément celle de la croissance. Elle se situe au dessus de la croissance, et c'est ce que l'on va probablement vivre encore en 2009. Autrement dit, pour moi, l'économie va continuer à générer de l'emploi cadre dans les prochains mois. Il n'y a donc pas matière à affoler les cols blancs.

Malgré tout, il y a quand même deux bémols à cette situation. D'une part, on s'oriente plus vers un recrutement de remplacement que de créations nettes. Ce qui signifie que l'on ne va pas renforcer les équipes, mais plutôt pallier notamment les départs en retraite dus au papy boom. D'autre part, l'insertion des jeunes diplômés cadres sera certainement plus précaire en 2009. En partie, parce que les entreprises recherchent des collaborateurs de plus en plus qualifiés et opérationnels rapidement.

Quelle approche vous avez dans ce contexte ?

Que ce soit dans le contexte actuel ou dans un climat plus serein, nous intervenons de deux façons. Il y a l'approche directe bien entendu où là nous contactons des profils en poste actuellement. Si on n'a pas vraiment de difficultés à les identifier et à la contacter, en revanche, il est un peu plus difficile aujourd'hui de les faire bouger. Les candidats potentiels sont un peu plus fébriles, un peu plus réfractaires au changement. Ce qui n'est pas forcément la bonne stratégie. Une de nos règles d'or, c'est qu'il n'est jamais bon d'être pessimiste, quel que soit le climat économique. Il faut rester actif dans sa carrière, tester et évaluer ses compétences, son niveau de salaire, et travailler son employabilité. Ca, c'est vraiment très important.

Notre autre méthode d'intervention - et c'est ce qui nous différencie sur le marché du recrutement - c'est une méthodologie innovante dans son contenu, basée sur l'entretien collectif. Ce que l'on appelle aussi l'Assesment Center. La méthode, parfaitement adaptée aux fonctions commerciales, consiste à mettre plusieurs candidats en conditions de vente, en situation réelle. C'est à la fois stimulant et bon pour la créativité des candidats. Et la aussi, ça permet au candidat de travailler son employabilité et d'apprendre des autres.

Actualité oblige, on parle de plus en plus de la diversité ; quelle est votre action dans ce domaine ?

Nos actions sont multiples en fait. Par exemple, le cabinet a signé la charte de la diversité, et nous avons mis en place de bonnes pratiques pour éviter au maximum les discriminations afin de garantir l'égalité de traitement des candidatures. Les sélections sont basées uniquement sur les compétences et rien d'autre.

Par ailleurs, Caméléon conseil va prochainement devenir membre de l'association "A compétences égales". Je gère également la question de la diversité au sein du CJD, le Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise.

Au niveau des clients, nous les mettons en garde contre certaines demandes qui pourraient être discriminatoires. Notre cabinet a une éthique, et nous attachons d'abord à œuvrer en faveur de la diversité dans le cadre de leur demande. Rappelons-le, notre métier, c'est avant tout d'évaluer et de trouver les bonnes compétences, en laissant de côté les préjugés.


www.cameleon-conseil.com

Jérôme Verdiell : 38 ans - INSEEC Bordeaux - carrière commerciale au sein de Sagem Communications jusqu'au poste de Directeur des ventes France avant de rejoindre le cabinet RST Conseil en tant qu'associé puis de fonder Caméléon conseil, cabinet de recrutement et d'évaluation. Membre du CJD (centre des jeunes dirigeants) et des DCF (dirigeants commerciaux de France)

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :