Entretien avec M. Dessarthe et J.-L. Erneux, Directeur communication et ressources humaines, Cegelec

Publié le 12 février 2007 La rédaction Cadremploi

Implanté dans plus de 30 pays, le groupe de services technologiques CEGELEC pilote aujourd'hui l'ensemble du cycle de service au client, de la conception au sein de ses bureaux d'études jusqu'à l'installation des équipements et des infrastructures et leur maintenance. L'entreprise compte 26 000 collaborateurs pour un chiffre d'affaires annuel de l'ordre de trois milliards d'euros.

Quels sont les domaines d'activité de CEGELEC?
Jean-Louis Erneux - Directeur de la communication : On nous connaît peut-être d'abord pour notre expertise dans le secteur de l'électricité et de l'énergie. Mais nous sommes également présents dans les domaines des automatismes, de l'instrumentation et du contrôle, des technologies de l'information et de la communication, du génie climatique, de la mécanique, ainsi que dans les services et l'ensemble des opérations de maintenance. Pour simplifier, je dirais que CEGELEC est un groupe mondial intégré de services technologiques aux entreprises et aux collectivités. Nous réalisons 24,4 % de notre chiffre d'affaires dans l'industrie, 27,7 % dans les infrastructures, 17 % dans le tertiaire et 30,9 % dans la maintenance. Et nous sommes un groupe indépendant !

 

Cette indépendance est-elle déterminante pour l'entreprise ?
J.-L. E. : Très certainement, mais également pour nos clients ! Nous nous sommes constitués en société indépendante à la suite du rachat, en juillet 2001, du secteur Contracting d'Alstom au travers d'un LMBO (Leverage Management Buy-Out). Et nous avons réalisé un deuxième LMBO en mars 2006. Aujourd'hui, le management et environ un tiers des salariés détiennent plus de 10 % de CEGELEC. Cela signifie qu'ils se sentent très concernés par le destin de leur entreprise. Mais je dirais que CEGELEC se démarque surtout par sa culture d'entrepreneur, une tradition transmise depuis sa création.

 

Ce qui signifie une grande autonomie de décision au sein de l'entreprise?
Michel Dessarthe - Directeur des Ressources Humaines : Nous aimons les défis et nos collaborateurs partagent un même goût d'entreprendre. Nous avons cultivé un esprit d'entreprise qui a modelé notre organisation interne. Le cœur de notre dispositif est le chargé d'affaires. Il centralise des responsabilités managériales, financières et techniques, cherche ses propres contrats et les gère. Cette multidisciplinarité est une clé de notre réussite et, sans doute, une des motivations les plus importantes de nos équipes. Pour cela, nous nous sommes dotés de notre propre université qui forme et développe à l'échelle internationale nos cadres aux différentes approches du métier. Et cette formation est l'une des marques d'excellence reconnue dans nos secteurs d'activité.

 

collaborateurs sont donc fréquemment débauchés ?
M. D. : Nous recrutons beaucoup de jeunes diplômés ; certains, parfois, cèdent en cours de carrière aux sirènes de la concurrence. On peut les comprendre, ils ont envie d'explorer d'autres horizons, de se frotter à d'autres structures... mais ils reviennent ! La liberté d'action que nous leur offrons est unique. Nous avons à la fois un management proche de ses équipes et soucieux de leur laisser un espace d'expression. Chez Cegelec, on respire et c'est le plus fort des arguments de fidélisation.

 

Quelques mots sur Michel DESSARTHE
Après des études supérieures de droit et de lettres, Michel Dessarthe intègre le groupe Alcatel où il occupe successivement des postes à responsabilités dans des fonctions opérationnelles et de ressources humaines, en France et à l'étranger. DRH France du Groupe Alstom pendant plusieurs années, il prend la Direction des ressources humaines du groupe Cegelec en juillet 1998.

 

Quelques mots sur Jean-Louis ERNEUX
Après une licence en journalisme et communication, Jean-Louis Erneux mène tout d'abord une carrière de journaliste avant d'exercer différentes fonctions de communication au sein de groupes audiovisuels, dont Canal+. Il rejoint Cegelec en mai 2004.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :