Entretien avec Nicole Fabiani, Directrice Développement ressources humaines, Amec Spie

Publié le 07 février 2006 La rédaction Cadremploi

Amec Spie, autrefois Spie Batignolles puis Spie, est aujourd'hui, une entreprise spécialiste de génie électrique, mécanique et climatique, de l'énergie, des réseaux de communications, et des infrastructures ferroviaires,. Avec ses 22 000 collaborateurs, un chiffre d'affaires de 2,5 milliards d'euros, et un savoir-faire reconnu en France comme à l'étranger, le groupe connaît une activité soutenue et régulière. Et même si un changement d'actionnaire est à prévoir dans les prochaines semaines, les besoins en recrutement restent une priorité pour l'avenir du groupe en 2006. Explication de Nicole Fabiani, Directrice du Développement des Ressources Humaines.

Quels sont les gros chantiers d'Amec Spie pour cette année 2006 ?
Nicole Fabiani : C'est extrêmement varié. Nous avons en commande des centaines de petites affaires portant sur l'éclairage public, la signalisation routière, etc. Et nous avons bien entendu de grosses réalisations. Par exemple, en aéronautique, nous sommes engagés depuis des mois déjà sur le projet Aeroconstellation, construction de l'usine d'assemblage de l'Airbus A380. Dans le domaine du nucléaire, nous sommes impliqués dans le démantèlement de la salle des machines de la centrale de Creys-Malville. Nous intervenons aussi pour la refonte des réseaux téléphoniques d'Auchan, de Rodhia, de Michelin. A l'étranger, au Yémen par exemple, nous sommes mandatés par Total pour l'exploitation et la maintenance de trois unités de production et de traitement du brut. Tout ceci ne représente qu'une faible partie de nos activités. C'est en tout cas révélateur du bon état de santé d'Amec Spie.

 

La cession prochaine d'Amec Spie ne va-t-elle pas pourtant donner lieu à une période d'incertitude ?
N. F. : Les choses pourraient effectivement être perçues de cette façon par les candidats à l'embauche. Or, nous sommes plutôt dans une situation confortable. Notre actionnaire exclusif, Amec, est en pleine restructuration. Il a besoin de liquidités, et parce que l'activité d'Amec Spie tourne à plein régime et que l'entreprise a donc une vraie valeur, il estime que c'est le bon moment de se désengager. Que le repreneur soit un investisseur ou un grand groupe industriel, l'activité de l'entreprise a toutes les raisons d'être maintenue. Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes un des acteurs majeurs dans notre activité, et que pour le rester, et que pour honorer nos commandes pour les prochains mois et les prochaines années, il sera nécessaire pour nous d'embaucher cadres et techniciens.

 

Quelles sont vos prévisions de recrutement ?
N. F. : Pour la seule année 2005, nous avons recruté 450 cadres et 600 techniciens. Pour 2006, nous allons rester à peu près sur le même rythme. Nous avons beaucoup d'affaires en cours ou programmées, par conséquent, nous allons vraiment avoir besoin de personnels, notamment de membres d'encadrement de chantier au sens le plus large. La logique est simple : si nous manquons de collaborateurs, nous risquons de perdre des affaires, et ce ne sera pas dans l'intérêt du nouvel actionnaire. Ainsi, nous allons avoir besoin par exemple de responsables d'affaires, sur l'ensemble du territoire français. De manière générale, nous cherchons des entrepreneurs dans l'âme, qui vont savoir réaliser le projet technique du client en animant leur équipe.

 

Quelle est la carte séduction jouée par Amec Spie pour recruter sur un secteur plutôt concurrentiel ?
N. F. : L'évolution au sein même de nos différentes filiales, mais aussi de façon transversale au sein du groupe Amec Spie. C'est notre objectif. C'est là l'un des avantages de notre multi-activités, c'est la possibilité d'évoluer, soit à l'intérieur d'une même filiale en passant d'un métier à un autre, soit dans le même métier, en passant d'une filiale à une autre. Nous sommes très attentif à l'individu ; ça se manifeste dans les relations au quotidien, mais aussi dans notre politique de mobilité interne, dans notre programme de formation professionnelle interne. Et puis, il y a l'image d'Amec Spie. Nos clients ont une belle image de l'entreprise ; c'est aussi un facteur important quand on entre dans une société de savoir qu'à l'extérieur, elle jouit d'une bonne réputation.

 

 

Zoom sur Nicole Fabiani
De formation juridique, Nicole Fabiani a débuté sa carrière dans les années 70 dans un centre d'information féminin. Elle y restera 8 ans, avant de suivre un cycle à l'IFG qui lui permettra d'occuper un poste de Directrice des Ressources Humaines, à l'OPAC du Val-de-Marne. C'est en 1984 qu'elle intègre Amec Spie. Elle y effectuera diverses missions de ressources humaines, avant d'occuper des fonctions plus transverses et de devenir Directrice du Développement des Ressources Humaines en 2002.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :