Entretien avec Ping-Ki Houang, Directeur ressources humaines, Fotovista

Publié le 18 septembre 2006 La rédaction Cadremploi

Il y a 36 ans deux frères imaginaient une toute autre façon de gérer les développements photo pour les particuliers et lançaient le premier service de développement à distance : Press Labo service. La géniale intuition est devenue un groupe leader sur le marché de la photo numérique et, aujourd'hui avec Pixmania, l'un des principaux distributeurs online de produits high tech.

 

Fotovista, Pixmania, vous considérez-vous comme une start-up ou comme une entreprise familiale ?
Ping-Ki Houang - DRH :
Un peu des deux. Fotovista a été créé en 1970 par Pierre et Jean-Claude Rosenblum et le groupe a été repris en 2001 par Steve et Jean-Émile Rosenblum, fils de Jean-Claude. Entre temps, Steve et Jean-Émile avaient lancé la société de vente en ligne Pixmania. Très vite, la start-up est devenue une référence sur le marché des travaux photo et de la vente de matériel photo/vidéo sur le web. Le groupe FOTOVISTA opère aujourd'hui sur trois marchés : un pôle Loisirs numériques avec la vente de produits high-tech, jeux vidéos, DVD, magazines, et aussi des sites communautaires et des sites de contenu ; un pôle Enfants qui perpétue l'une des activités historiques de Fotovista, la photo scolaire et la photo de maternité ; enfin un pôle professionnel avec des offres de services à destination du marché B to B (prestation de service, vente en gros). L'entité dans son ensemble réalise un chiffre d'affaires de 481 millions d'euros, compte près de 1 500 salariés et des implantations dans 26 pays.

 

Une réussite impressionnante ! Comment gérez-vous un développement si rapide ?
P.-K. H.
: Très peu par croissance externe. Nous recrutons de nouveaux collaborateurs, 200 à 300 personnes chaque année. En ce moment, nous avons 65 recrutements en cours sur des postes de middle et top management. Une grande partie de nos recrutements sont assurés par le réseau. Nos collaborateurs cooptent des amis ou des relations. Pour le reste de nos effectifs, nous procédons à un recrutement classique avec en général sélection sur CV et entretien collectif sur les profils informatique et chef de projet. Il faut savoir qu'en moyenne nous gardons 3 candidats sur 10 à la suite des tests que nous faisons passer. Notre niveau d'exigence est très élevé, mais les perspectives dans le groupe sont à la hauteur. Pour ceux qui le souhaitent, il est possible d'évoluer à la vitesse de progression du groupe. C'est-à-dire très vite !

 

Vous offrez sans doute la plupart de vos opportunités à l'international ?
P.-K. H. : Détrompez-vous. En dehors de nos partenaires logistiques, nous avons très peu d'équipes locales. La plupart de nos effectifs sont centralisés à Paris dans nos locaux, avenue de la Grande Armée. Nous avons en quelque sorte reconstituée l'Europe chez nous avec des collaborateurs de 22 nationalités et 17 langues parlées. Nos équipes sont jeunes (28 ans d'age moyen) et passionnées par ce qu'elles font. Le e-commerce ne nécessite pas réellement de présence locale, même si nous sommes aujourd'hui lié au groupe britannique DSG, le 3ᵉ distributeur mondial d'électroménager avec 1 400 magasins en Europe. Le groupe Fotovista innove en permanence tout en ayant des bases solides et en conservant les activités qui ont fait son succès. Notre prochain chantier : le lancement de la vente en ligne du gros électroménager.

 

Quelques mots sur Ping-Ki Houang
Licencié en sciences économiques et en gestion, Ping-Ki Houang commence sa carrière chez Euro CD en 1994 comme commercial pour développer la vente des CD auprès des centrales d'achats. Il entre en 1994 à la FNAC en tant que responsable adjoint software. Après un cours passage d'un an chez DDB & CO au poste de chef de projet auprès de la grande distribution, il réintègre en 1997 la direction commerciale de la FNAC comme responsable des opérations multimédia. Tenté par la révolution internet, Ping-Ki Houang rejoint la toute jeune société Pixmania en août 2000 pour occuper les fonctions de responsable communication et des partenariats. Filiale du groupe Fotovista, il en devient deux ans plus tard directeur de la communication et aujourd'hui Directeur des Ressources Humaines et de la Communication à 32 ans.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :