Entretien avec Robert Chevillotte , Président, Integra-RH

Cadremploi

Créé au 1er janvier 1998, le cabinet de recrutement Integra-RH a su rester modeste pour devenir plus efficace. Si en dix ans, la petite entreprise s'est diversifiée dans le coaching et la formation, avec 150 missions par an, elle conserve la majorité de son énergie pour le développement des ressources humaines. Implanté sur la métropole lilloise, Integra-RH représente l'un des rares cabinets indépendants de la région Nord. Un atout pour son président fondateur, Robert Chevillotte, 60 ans, qui souhaite maintenir l'humain au cœur de la recherche d'emploi. Il nous explique sa démarche.

De quels domaines Integra-Rh s'est il fait une spécialité ?
Nous sommes un cabinet généraliste travaillant dans le recrutement des cadres et des dirigeants. A cet effet, nous travaillons avec tous les secteurs fortement implantés dans la région : la grande distribution, l'industrie agro-alimentaire, l'industrie automobile, le tertiaire et les PME-PMI. Nous nous adaptons aux besoins, en quelques sortes.

Quel est la force de votre cabinet de recrutement ?
Nous cherchons avant tout à mettre en place une démarche de qualité dans nos services. Internet a complètement bouleversé la recherche d'emploi. Aujourd'hui, tout va plus vite : les cv s'échangent à grande vitesse dès qu'une offre est postée sur le web. Mais pas question pour nous d'être des marchands de cv. Nous croyons d'abord en l'humain et dans le respect de l'autre. Chez nous, tous les candidats ont une réponse, même ceux dont on ne retient pas la candidature : nous leur en expliquons les raisons dans les huit jours. Pour les autres, nous leurs proposons un rendez-vous d'au moins une heure et demie pour mieux les connaître. Une fois dans l'entreprise, nous effectuons un suivi régulier pour vérifier leur bonne intégration. En cas de problème, nous offrons une garantie d'un an pour leur retrouver un autre poste.

Comment ce travail sur l'humain est-il possible ?
Le fait d'être une petite structure facilite les choses. A la différence des cabinets nationaux, nous connaissons vraiment bien le tissu local et la culture d'entreprise de la région. A Lille, je travaille avec sept consultants seniors. Leurs formations sont très diverses, allant de l'ingénierie en arts et métiers au diplôme d'école de commerce, en passant par une maîtrise en droit. Mais tous ont eu une première expérience en entreprise. Ils savent exactement de quoi ils parlent et connaissent parfaitement leur secteur.

Quels sont vos projets pour l'avenir
?
Je réfléchis à développer notre expertise pour le recrutement dans les services publics et para-publics. Un milieu encore assez difficile à pénétrer. Nous venons également d'ouvrir un second cabinet généraliste à Lyon. L'objectif est désormais de parvenir à nous implanter sur Paris un jour ou l'autre. Disons dans les deux ans.

J'ai déjà pensé à la pérennité de l'entreprise, Matthieu Tezenas du Montcel, Ingénieur Arts et Métiers, est maintenant associé depuis bientôt 3 ans et est appelé à me remplacer lors de mon futur départ en retraite.



Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :