Entretien avec Stéphane Martinod, Directeur du département anticipation, Nemrod

Cadremploi

Stéphane Martinod - NEMROD Ressources Humaines

Nemrod est un cabinet de recrutement et conseil en ressources humaines créé par Denis RICHARD, son actuel Président, en 1993 à Lyon et présent à Paris. Cabinet de recrutement par approche directe généraliste, les métiers de l'industrie et de l'innovation sont néanmoins une de ses spécialités, que ce soit pour des postes en France ou à l'étranger. Comme beaucoup de professionnels sur le marché de l'emploi, Nemrod a connu une bonne année 2008, même si le dernier trimestre est marqué par un certain ralentissement de l'activité pour la profession. Cependant, la crise économique ne doit pas forcément induire de l'attentisme pour les candidats en quête de changement. Comme l'explique Stéphane Martinod, Directeur du Département Anticipation chez Nemrod.

Quel premier bilan faites-vous de cette année 2008
?

L'année 2008 est une bonne année. On est même toujours en situation de plein emploi pour ce qui est des cadres. En revanche, ce que l'on peut observer depuis octobre, c'est un infléchissement du marché du recrutement qui se poursuivra jusqu'à la fin de l'année au moins. Il traduit une inquiétude en termes d'investissements en ressources d'une part, et d'autre part, la difficulté pour les entreprises d'établir des budgets pour 2009 sachant  que les besoins existent. Nos interlocuteurs le disent d'ailleurs très clairement : « on tire sur la corde car malgré tout nous avons des besoins ». Ce qui prédomine finalement pour cette fin d'année, c'est avant tout l'incertitude.

Comment vous êtes-vous adaptés à cette situation ?

Fin 2007, nous avons lancé un nouveau département : le Département Anticipation, qui repose sur un besoin identifié déjà au moment de sa création, mais qui va d'autant plus se justifier en 2009. Ce service est en relation directe avec la GPEC. La gestion prévisionnelle des emplois et compétences, renforcée en mai 2004 dans le cadre de la loi Borloo, elle oblige toute entreprise de plus de 300 salariés à gérer l'évolution de ses emplois et de ses salariés pour garantir le niveau d'emploi et prévoir les nouveaux métiers. Dans ce contexte, nous observons que l'on ne pourra pas faire l'économie du remplacement de nombreux emplois. Les départs à la retraite restent importants et doivent être anticipés, auxquels il faut ajouter des secteurs dont le fort développement ne se dément pas : l'énergie, l'environnement, l'ingénierie ou encore de la santé parmi d'autres exemples.

Notre Département Anticipation permet d'analyser avec nos clients les besoins de 12 à 18 mois. Ce qui nous permet, via ce département et ses méthodes innovantes, de rechercher et d'identifier des profils sur une plus longue période.

Du côté des candidats, ils ont intérêt à se mettre en quête de nouvelles opportunités. Ils ont certaines inquiétudes aujourd'hui, mais ils doivent se demander dès maintenant s'il vaut mieux « se replier sur leur poste » ou chercher à évoluer. Et  ceux qui le font se sécurisent parce qu'ils restent maître de leur carrière alors qu'à contrario, ils ne maîtrisent pas ce qui peut arriver dans leur environnement professionnel.

Quels meilleurs conseils donnez-vous alors aux candidats pour aborder la crise ?

C'est de bien évaluer l'évolution de l'environnement dans lequel ils sont en se posant les bonnes questions : Est-ce que je suis en progression ? Qu'est ce que je représente à moyen terme pour mon entreprise ? Est-ce que je suis des formations ? etc.

En fait, chaque candidat ne doit pas dépendre d'une situation économique mais être acteur de son propre changement. Si on fait le parallèle avec la bourse, c'est le moment d'être à l'écoute des nombreuses opportunités créées par la situation actuelle. Il faut se préparer, surveiller et être capable de rebondir en 2009.

Agir dès maintenant dans un contexte difficile, c'est même un très bon exercice pour la recherche et un excellent moyen d'affiner sa stratégie. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une situation de Stop-and-Go. Aujourd'hui, on est dans la phase du Stop. Mais quand le marché va repartir, cela risque d'être très important compte tenu des besoins non pourvus actuellement en stand-by, et mieux vaut être prêt le plus tôt possible.

Vers quels secteurs faut-il se tourner ?

Il y a de nombreux exemples. Dans le domaine de la santé notamment, il y a des demandes dans les cliniques pour la gestion. Il y a des besoins aussi pour les services aux patients et les services aux seniors.
Tout ce qui est lié à la maîtrise technique, à la sécurité et à l'énergie - en particulier le nucléaire - constitue une bonne source d'emploi. Ce sont des secteurs qui ont pris leur envol.
Dans d'autres domaines, les experts comptables ont des besoins importants. Même chose dans le juridique avec une demande de spécialistes du droit public.
Les besoins sont vraiment variés. A chacun d'être suffisamment observateur pour déceler les opportunités.

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :