Entretien avec Stéphane Morvillez, Responsable secteur Assurance, Aedian SI

Publié le 02 janvier 2006 La rédaction Cadremploi

Depuis sa création en 1984, le groupe AEDIAN (anciennement Sys-com) offre des services de conseil et d'ingénierie aux grands comptes du tertiaire financier et du secteur public. La SSII, forte de sa position de spécialiste sur son marché, affiche une belle santé avec 420 collaborateurs et un prévisionnel de chiffre d'affaires de 45 M€ pour l'exercice 2005-2006.

Quels sont les métiers exacts du groupe AEDIAN ?
Stéphane Morvillez - responsable secteur assurance : Nous avons deux grandes branches d'expertise : le conseil en management et pilotage de projets dont se charge AEDIAN Consulting et le conseil et l'ingénierie en Système d'Information dont nous nous occupons à AEDIAN SI. Nos domaines de prédilections sont le secteur bancaire, l'Assurance et, plus récemment, le secteur public. L'assurance représente à elle seule 60 % de nos interventions chez AEDIAN SI. Nous sommes bien entendu des fournisseurs d'assistance technique, mais, surtout, des fournisseurs de projet clé en main. Sur ce type d'activité, il y a très peu d'acteurs et plutôt de très grosses entreprises. Les barrières à l'entrée sont importantes : nous devons certifier la réalisation des projets que nous assumons, aussi bien en terme d'achèvement que de qualité. Et c'est là que notre position de spécialiste est un véritable plus. Nous sommes devenu un acteur de référence sur notre niche, les clients connaissent notre réputation de sérieux et d'apport de valeur ajoutée. Le marché sur lequel nous intervenons est trop restreint pour que nous puissions nous permettre le moindre laisser-aller : c'est notre meilleure garantie !

 

Etre une PME face aux géants bien connus de ce secteur, n'est donc pas un handicap ?
S. M. : Nous avons atteint dans le tertiaire financier une taille critique qui nous permet d'être crédible face à n'importe quel concurrent. Notre structure à taille humaine serait d'ailleurs plutôt un plus : chez nous les collaborateurs ne sont pas anonymes, chaque projet est important. Nous sommes en outre dans une politique de croissance externe accélérée, notre objectif est de conclure un nouveau rapprochement de taille significative de sorte à atteindre rapidement les 100 millions d'euros de CA et les 1 000 collaborateurs tout en conservant la « même écologie commerciale » : une politique du zéro défaut. Je dirais que paradoxalement nous pâtissons dans les ressources humaines de notre excellente réputation : nos collaborateurs sont sans arrêt chassés par nos concurrents et nos clients ! L'intérêt de nos missions et notre vigilance sur les rémunérations, nous permet de conserver un turn-over conforme au marché mais supérieur à ce qu'il devrait être en toute logique.

 

Quels types de profil recherchez-vous ?
S. M. : A AEDIAN SI, nous envisageons environ 70 recrutements pour l'exercice 2005-2006, dont un tiers de débutants. Nous recherchons des managers de projets, des consultants en maîtrise d'ouvrage ou en SI, des experts pointus dans les domaines de l'architecture des SI, des analystes, des ingénieurs d'études, sans oublier des spécialistes en fiabilité du logiciel, un domaine où notre savoir-faire est à la pointe. Au-delà de leurs compétences techniques, nous attendons qu'ils connaissent en partie l'univers dans lequel nous évoluons. L'objectif est de renforcer nos équipes avec des profils très vite opérationnels. Notre croissance est rapide, nous sommes donc à même de proposer des carrières dynamiques sur des missions de qualité. Chez nous, le recrutement est un acte lourd de gestion : nous nous impliquons réellement sur le moyen terme. Il n'est pas question de « boucher » les trous à la va-vite, mais de sélectionner nos futurs managers et nos futurs experts. C'est un engagement que nous prenons aussi bien au niveau des candidats que de nos propres clients !

 

Quelques mots sur Stéphane Morvillez
Ingénieur de l'Ecole supérieure d'électricité (SUPELEC), Stéphane Morvillez débute sa carrière chez Accenture et mène de nombreuses missions de conseil en organisation dans les secteurs de la banque et de la finance. Entré chez AEDIAN comme responsable département Banque et Services en 1996, il devient directeur du marché Banque et Services en 1998 puis président d'AEDIAN SI en 2002. Membre du directoire, il est à ce titre responsable du secteur Assurance pour le groupe.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :