Entretien avec Xavier Guéry, Directeur opérations RH , Castorama

Cadremploi

Bricolage, décoration, jardinage, tels sont les trois mots-clés qui définissent l'activité de Castorama. L'enseigne, présente dans toutes les grandes villes de France, compte un réseau d'une centaine de magasins qu'elle restructure un à un depuis 2004. En interne, les 13 000 collaborateurs bénéficient aussi d'un accompagnement pour évoluer au sein du réseau. Un accompagnement tant au niveau de la formation qu'au niveau de l'évolution en fonction des compétences. Explications avec Xavier Guéry, directeur des opérations RH.

 

On entre dans la dernière partie de 2007 ; il y a urgence à recruter avant la fin de l'année ?
Xavier Guéry : On ne peut pas parler vraiment d'urgence. Nous sommes toujours en train de recruter. Il s'agit plutôt pour nous aujourd'hui de respecter notre plan de recrutement. Nous sommes d'ailleurs en conformité avec nos prévisions. Pour 2007, nous avions planifié 7 000 recrutements, des CDD et des CDI. A la veille du dernier trimestre de l'année, il reste 2 500 postes à pourvoir, et ce pour l'ensemble de nos 100 magasins en France.

 

 

Quelles sont les raisons qui justifient que vous recrutiez : un turn-over important, de nouveaux projets ?
X. G. : Le turn over chez nous est à un niveau normal. En revanche, nous sommes sur une activité saisonnière, ce qui explique notre niveau de recrutements. Sur les 7 000 embauches prévues en 2007, 5 000 sont des CDD. Les autres sont des CDI pour un effectif total de 13 000 personnes.
Ces recrutements sont effectués en fait dans le cadre de notre politique de mobilité interne. Les gens qui évoluent laissent leur place à d'autres qu'il faut donc aller chercher à l'extérieur.

 

 

Comment gérez-vous cette mobilité ?
X. G. : Nous avons des promotions, des programmes d'évolution, qui permettent à nos conseillers de vente de devenir des chefs de rayon. Eux-mêmes devenant aussi des chefs de secteur puis éventuellement des directeurs de magasins. Nous sommes très attentifs à ce qu'une majorité de ces directeurs soient issus de la mobilité interne. On atteint aujourd'hui une proportion conséquente de 70 %.
Nous privilégions la mobilité interne car l'acquisition des connaissances qui se fait tout au long du parcours chez nous est très importante. D'une part, parce que nos magasins sont complexes à gérer. D'autre part, parce que c'est aussi une question de légitimité vis-à-vis des équipes à diriger. Nous recrutons aussi des directeurs à l'extérieur. Dans ce cas, une expérience en grande distribution est vraiment nécessaire pour maîtriser dès le départ le fonctionnement d'un métier comme le nôtre.

 

 

Pour quelles fonctions recrutez-vous ?
X. G. : Pour ce dernier trimestre 2007, nous recrutons surtout des chefs de rayon et des chefs de secteur. Nous avons besoin aussi de contrôleurs de gestion de magasin. C'est un poste qui présente des fonctions managériales très importantes avec l'encadrement d'une vingtaine de personnes, notamment l'équipe de caisses. Cette fonction bénéficie aussi d'un potentiel d'évolution intéressant vers des postes de chef de secteur et de directeur de magasin.
Pour notre siège, basé en Métropole Lilloise, nous recrutons sur toutes les fonctions support (Finances, Marketing, Finances...). Actuellement, nous sommes plus précisément à la recherche de chefs de produits acheteurs. Ils travaillent, eux, sur la constitution des gammes, l'identification des produits et la définition des collections que l'on renouvelle chaque année.

 

 

L'engouement des Français pour le bricolage et le jardinage vous a-t-il amené à définir de nouveaux métiers ?
X. G. : Des nouveaux métiers, non. De nouvelles façons de travailler, certainement. En particulier pour des domaines émergents comme la décoration et l'aménagement qui nous ont amenés à adapter notre vision. Les clients sont demandeurs de projets. Il fallait donc que l'on soit capable de leur apporter une réponse complète. En terme de profils de recrutement, cela signifie que nous ne recrutons plus des vendeurs en libre service mais réellement des conseillers de ventes « projets ». On est sur une logique transversale qui mêle différents métiers.
Pour assurer cette polyvalence, nous avons mis en place une plateforme de e-learning, un programme de formation à distance, pour que nos équipes puissent être au fait des derniers produits et techniques de poses et de fabrication. Ces programmes sont complétés par des stages destinés à mettre en pratique la connaissance théorique.

 

C'est une nouvelle relation employeur-employé que vous développez...
X. G. : De manière générale, nous avons la volonté de mettre en adéquation l'image de l'entreprise en interne avec son image à l'extérieur. Et ça se voit dans notre communication de recrutement. Castorama place au centre le candidat. C'est avant tout lui qui nous intéresse, pour ses compétences techniques et la dimension de sa personnalité. Ce qui nous importe aujourd'hui, c'est le bon développement de nos ressources. Que les individus qui intègrent nos magasins puissent évoluer au mieux en conciliant à la fois le « Moi et le Je ». 

 

Venez découvrir les ambassadeurs de Castorama sur le site www.emploi.castorama.fr

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :