Entretien avec Yannick Soots, Directeur ressources humaines, Laboratoire Genévrier

Publié le 29 avril 2003 La rédaction Cadremploi

Premier pays producteur de médicaments en Europe, la France compte quelques 300 entreprises spécialisées dans le secteur (Source LEEM). Parmi elles, le laboratoire Génévrier.
Créée en 1920, la société connaît depuis sa reprise et son implantation à Sophia Antipolis en 1987 une progression constante. De 1,5 millions d'euros, son chiffre d'affaires atteint les 69 millions d'euros. Le laboratoire Génévrier est un laboratoire indépendant qui fait partie des 8 premiers laboratoires français.
C'est d'abord en Rhumatologie que le Laboratoire Génévrier a acquis sa notoriété.
En 1997, la firme a ouvert un centre de thérapie cellulaire unique en Europe. Le site de Sophia Antipolis dispose d'une structure de biotechnologie où sont traitées toutes les demandes pour les grands brûlés et les patients atteints de plaies chroniques. A partir d'une biopsie de quelques centimètres carrés prélevés sur la peau saine du patient, il peut être réalisé jusqu'à dix mille centimètres carrés d'épiderme autologue en 21 jours. En 2000, l'entreprise a lancé une gamme de produits en dermatologie indiquée dans le traitement des plaies chroniques.
En 2003, le laboratoire entre dans le domaine de la Fécondation In Vitro.
Détails avec Yannick Soots, DRH des Laboratoires Genévrier.

Qu'est-ce qui selon vous caractérise le mieux l'activité de vos laboratoires ?
Yannick Soots : Le point essentiel est que le laboratoire s'inscrit dans une dynamique d'innovation thérapeutique prenant en compte la qualité de vie des patients, l'observance des prescriptions et le coût social des maladies. Depuis 1987, le laboratoire met au point un nouveau produit tous les 18 mois environ.
Ayant obtenu en 1995, le Prix du Médicament de l'année pour la Recherche Européenne, avec Chondrosulf 400, le laboratoire s'appuie sur une politique d'investissements croissants pour développer et produire des formulations originales.
En 1996, le laboratoire recevait l'Oscar de l'Innovation Galénique avec Flector Tissugel.
En 2000, la firme recevait le Prix de l'Information Thérapeutique et en 2001, celui de la Santé Publique.
L'entreprise a également un rayonnement international.
L'autre exigence importante pour nous, concerne les relations avec nos collaborateurs. En tout premier lieu, afin de maintenir un niveau de compétences élevé au sein de notre société, nous effectuons des sélections rigoureuses. On exige des postulants des connaissances techniques particulières bien sûr, mais on favorise aussi les personnes sachant travailler en autonomie tout en cultivant l'esprit d'équipe. Contribuant aussi à cette volonté de qualité, un programme de formation au siège social a été instauré, notamment pour les visiteurs médicaux.

Quels moyens avez-vous pour maintenir la cohésion et la fidélité de vos équipes ?
Y. S. : Le laboratoire compte 250 collaborateurs en France.
La dynamique de collaboration des équipes est fondée sur l'autonomie, l'évolution et la reconnaissance.
D'autre part, la politique de formation et d'encadrement permet à chacun de progresser avec une prise de responsabilités croissante en fonction des capacités et des souhaits d'évolution des collaborateurs.
Le partage des compétences, mot d'ordre dans l'entreprise, contribue aux échanges d'idées, véritable richesse de l'entreprise.

 

Y a-t-il une grande diversité de métiers au sein de votre entreprise ?
Y. S. : Tous les métiers sont représentés au sein de l'entreprise.
Un des métiers les plus représentatifs est celui de visiteur médical ; Le laboratoire compte deux réseaux visitant à la fois des médecins généralistes et des médecins spécialistes. Ils sont les ambassadeurs de l'entreprise auprès du corps médical. Un réseau de visiteurs médicaux spécialistes en gynécologie a été créé dernièrement par promotions internes.
Les visiteurs médicaux sont encadrés par des Animateurs Régionaux postes essentiellement pourvus par promotions internes.
L'entreprise propose également des postes de Responsables de l'Information Médicale. Médecins, pharmaciens ou scientifiques de haut niveau, ils apportent aux visiteurs médicaux le support scientifique dont ils peuvent avoir besoin pour travailler.

 

 

Quel est le secteur pour lequel vous avez le plus de besoins ?
Y. S. : Nous recrutons actuellement des visiteurs médicaux, des visiteurs médicaux spécialistes, des animateurs régionaux et des responsables de l'information médicale.
Dans le cadre de notre croissance, des postes sont à pourvoir sur toute la France.

Quelles sont les conditions pour être visiteur médical
?
Y. S. : La voie classique pour obtenir un poste de visite médicale est d'en posséder le diplôme national.
L'entreprise peut également recruter des candidats ayant acquis un niveau d'étude au moins équivalent à bac + 1 validé. Dans ce cas, l'entreprise fera dispenser la formation de visiteur médical à ces candidats afin de les présenter au diplôme national. Il faut ajouter qu'une formation scientifique n'est pas forcément nécessaire. Dans le cadre d'un bac + 1 validé, l'entreprise peut embaucher une personne plutôt orientée par exemple en force de vente et faire ensuite assurer sa formation de visiteur médical.
D'autre part, certains diplômes des Sciences de la Vie permettent de ne présenter que la partie orale du diplôme national de visiteur médical.
Enfin certains diplômes de professions médicales et para médicales permettent d'obtenir une équivalence totale avec le diplôme national.
Lorsque l'entreprise recrute ses équipes, elle se charge de les former et de les présenter au diplôme national de la visite médicale, dans le but d' intégrer ces candidats à l'entreprise dans le cadre d'un contrat à durée indéterminée. On n'entre pas chez Genévrier pour suivre une formation et ensuite partir ailleurs. La relation entre la société et le salarié est une relation de confiance qui s'inscrit dans le long terme. D'ailleurs, l'entreprise n'a pratiquement pas de « turn over », et se donne les moyens de ne pas en avoir. C'est la raison pour laquelle la sélection à l'embauche est très rigoureuse.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :