1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Etes-vous l'un de ces atypiques qui peut révolutionner l’entreprise ?

Etes-vous l'un de ces atypiques qui peut révolutionner l’entreprise ?

etes-vous-lun-de-ces-atypiques-qui-peut-revolutionner-lentreprise-

Céline Husétowski

11/06/2018

X

On les appelle les zèbres, les multipotentiels ou encore les atypiques. Ces personnalités créatives et hypersensibles pourraient changer le monde de l’entreprise selon Myriam Ogier, qui vient de leur consacrer un livre.

Myriam Ogier ne croit pas au hasard. Lorsqu’elle était journaliste économique, on lui propose d’écrire un article sur le coaching et c’est le coup de foudre pour celle qui s’intéressait déjà aux RH. Coach depuis 20 ans, elle vient de publier « Un cerveau droit au pays des cerveaux gauches »* pour ces profils atypiques qui s’ignorent mais aussi pour ceux qui côtoient ces talents parfois ignorés.

L’incroyable cerveau des atypiques

Saviez-vous que votre cerveau était divisé en 2 hémisphères ? Le gauche détermine votre capacité à réfléchir et analyser et le droit est relié à votre créativité et votre intuition. Certains utilisent le gauche ou seulement le droit et d’autres les deux. C’est en 1972 que R.H Frederickon appelle pour la première fois les neurodroitiers, les multipotentiels.

« Si vous avez une vision globale, vos pensées fonctionnent en arborescence et provoquent un foisonnement d’idées, vous adorez apprendre des choses qui ont du sens, alors vous sollicitez plus votre hémisphère droit », explique Myriam Ogier qui pense qu’on peut muscler une partie ou l’autre de son cerveau. Mais la liste de leur qualité ne s’arrête pas là.

En entreprise ces atypiques dérangent car ils voient des évidences là où les autres n’en voient pas. « Ils visualisent des tendances avant tout le monde et sont un peu visionnaires », analyse la coach. La plupart du temps ils sont incapables d’expliquer à leurs collègues comment cette intuition leur vient et ils se heurtent à de la jalousie ou du rejet au sein de leur l’entreprise ».

Myriam Ogier voit souvent des atypiques déprimés dans son cabinet. « Ils ont du succès mais souffrent de leur décalage et finissent par s’enterrer dans des boulots qui ne leur conviennent pas », regrette-t-elle. Leur hypersensibilité peut aussi les conduire à la dépression, un peu comme Churchill, grand atypique et multipotentiel qui avait par moment des pulsions suicidaires qu’il appelait son « black dog ».

Pour se faire mieux accepter en entreprise Myriam Ogier conseille de développer ses compétences diplomatiques et communicatives : « il faut savoir expliquer ces évidences qui paraissent évidentes avec des mots ». Autre conseil « s’aimer comme on est et ce n’est pas toujours une évidence pour ces intuitifs ».

Leur faire une place en entreprise

Que peuvent apporter ces atypiques à une société ? Pour Myriam Ogier, ils sont utiles pour leurs compétences humaines et innovantes. Selon un rapport du Forum économique de Davos, d’ici 2020, l’intelligence artificielle réalisera les tâches auparavant faites par les humains. Les employés devront développer des compétences qui leur donneront une avancée sur les robots comme la créativité, l’esprit d’équipe et la résolution de problèmes complexes. Les atypiques possèdent déjà ces qualités et même bien d’autres.

Perfectionnistes, critiques, en quête de sens, ils ont aussi un vrai souci de l’intérêt général et de l’entreprise. Ils cherchent d’abord l’harmonie dans une équipe mais peuvent rencontrer des différences de fonctionnement avec les cerveaux gauches comme Sophie. Cette directrice

d’agence événementielle avait monté en un temps record un événement mondial alors que sa collaboratrice Laurence freinait le projet. Sophie pensait que Laurence ne l’aimait pas. Alors qu’elle avait juste besoin de plus de temps qu’elle pour faire les choses.

C’est qu’ils sont plus rapides que les autres les neurodroitiers et pour qu’ils déploient leur talent, il faut les aider. « Pour s’épanouir, ils ont besoin d’autonomie, de liberté d’expression, de challenges et surtout d’être protégés des personnes toxiques sinon ils se referment », met en garde la spécialiste dans son ouvrage. « Mais ils peuvent aussi être Dr Jekyll quand ils sont pleins de bons sentiments et Mr Hyde quand ils ont basculé dans la perversion  , précise la spécialiste.

Comment attirer ces talents qui s’ignorent dans l’entreprise ? Pour Myriam Ogier, « ils se cachent partout et sont parfois en échecs professionnels. Elle conseille pour les trouver d’ouvrir les recrutements et de ne pas se focaliser sur l’âge ou le diplôme car beaucoup de ces profils ne sont jamais entrés dans le moule de l'école ou de la formation ». 

L’avis de la rédaction

Pour ceux qui voulaient garder le secret de leur talent, c’est un peu trop tard. Myriam Ogier va dans son bouquin à la source de la kryptonite de ces supermen de bureaux.  Eux qui sont généralement si discrets vont se sentir à poil à la lecture de cet ouvrage. A la manière d’une scientifique, elle analyse leurs comportements pour faire un portrait-robot précis, ce qui donne à l’ouvrage un ton un peu trop académique. Les hémisphères gauches vont adorer ce côté dissert pour mieux comprendre leur copain d’à côté. 

Pour les atypiques qui s’ignorent encore ou se posent la question, l’ouvrage fait du bien. Il rassure et met des mots parfois techniques en décryptant couche par couche les comportements de ces drôles de zèbres. Vous ne culpabiliserez plus d’être un hyper sensible rempli d’énergie.

Pour les atypiques qui se connaissent déjà bien, ce livre permettra d’approfondir vos forces et vos faiblesses. En bon créatif, vous pourrez customiser l’ouvrage de quelques dessins qui manquent parfois à ce livre pour cerveaux droits.

Quoiqu’il en soit, ce livre met un coup de pied dans la fourmilière et permet aux atypiques de faire leur coming-out avec fierté

Pour Myriam Ogier l’aventure continue puisqu’elle vient de lancer un think tank sur les multipotentiels "Intuitifs & Innovants : penser autrement". C’est qu’ils sont tellement attachants ces atypiques, qu’on n'a pas envie de les laisser comme ça ! 

 

* « Un cerveau droit au pays des cerveaux gauches - Atypiques, intuitifs, créatifs : trouver sa place quand on ne rentre pas dans un moule », Edition Eyrolles

 

 

30

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

frederic75018

16/06/2018

à 11:53

Révolutionner ?
Retour périodique vers le point de départ pour être plus précis et moins dans le mélo dramatique plus racoleur.

Non, cela sous entendrait ou jouerait sur l'inconscient des individus que les entreprises doivent renouer avec leurs valeurs passées, leur outils parfois archaïques, que celles ci se sont trompées de chemin ...

Atypique c'est a dire ?

Qui ne répond pas au type habituel.

Parce qu'il y a des types habituels de personnes ? donc ce qui ne votent pas aux élections présidentielles sont typiques car majoritaires et ceux qui votent sont atypiques car ils votent. :)

Que l'on peut difficilement classer.

Il y a ceux qui créent, ceux qui solutionnent, ceux qui jugent ou écrivent un livre sans compétences, qui commentent ici comme moi sans pertinence en déviant du sujet ...

Lorsque l'on ne trouve pas le fichier correspondant pour classer quelque chose, on change de classement.

Ce n est pas que l'on a du mal a classer, c'est que la méthode de classement est désuète, absconse.

Peut être peut faire évoluer les mentalités d'entreprise mais celles ci évoluent déjà toutes seules mise a part si on met des œillères et vivons constamment dans le passé ... :)

> Répondre

En réponse à frederic75018

Eric

27/09/2018

à 10:31

Trop simpliste Toujours et encore des cases.
Ce n'est pas la fautes des atypiques s'ils voient les solutions avant les autres s'ils pensent plus vite. Par contre peut de personnes acceptent celà. Les études permettre d'acquérir des compétences à un poste donné. Pourquoi n'accepte t on pas que des personnes puissent avoir des compétences autres et etre capable sinon plus a ces postes.
L'expérience à un poste et les études confèrent un savoir reconnu et donnant droit au titre d'expert. Mais cela inclus également un cloisonnement un conditionnement ne permettant pas une ouverture d'esprit nécessaire à la création. En déplaise à certaines personnes,les grands créateurs et innovateurs font très rarement parti des experts et sortent rarement des filières dites classique
Réfléchissez au pourquoi

> Répondre

Raymonde Hazan

14/06/2018

à 22:04

La question c’est est-ce que les entreprises sont prêtes à modifier leur structure pour accueillir ces personnes ont besoin d’un cadre et d’un biotope très particulier pour s’épanouir et pour pouvoir se réaliser est-ce que les entreprises sont être prête à accueillir les HP ? est-ce que les entreprises vont être prête à modifier leur structure ce n’est pas simplement accueillir c’est aussi transformer les structures pour que les HP puisses être épanoui dans une structure et un biotope qui leur est propre et qui leur est indispensable pour ne pas tomber dans un BurnOut ? Quelle entreprise fera cela ? C’est bien ça la question ( Extrait de mes recherches : « l’entreprise est-elle prête à accueillir des HP? »

> Répondre

En réponse à Raymonde Hazan

frederic75018

16/06/2018

à 11:35

Je vous réponds Raymonde:

Les HP ou haut potentiel sont déja accueilli dans le monde de l'entreprise tout comme les HQI, les THQI, les basiques...

Nul besoin de structure particulière, étant donné que nous developpons tous plus ou moins des facultés d'adaptation et des intelligences différentes.

Y a t il des modificatoins structurelles pour accueillir des HP ou des HQI ?
non.

Si nous prenons l'exemple d'une femme qui met son enfant dans le congélo qui est dans les "typiques". Est ce que tous les typiques femmes mettent leurs enfant au congélo ?

Arretez de croire que l'hypersensibilité ou HP ou HQI sont un groupe a part.

Nous sommes présent partout dans la société et dans tous les postes. Votre manager l'est surement comme l'expert comptable. Votre garagiste aussi comme la plupart des médecins, pharmaciens sont HP.

Les HP et HQI tombent rarement dans le burnout, c'est plus ceux qui essayent de les imiter qui connaissent si cette pathologie, cette pathologie.

Si effectivement, il arrive que l'on nous en demande plus, nous saurons négocier un salaire supplémentaire :)

> Répondre

En réponse à frederic75018

Laurent LOUIS

04/11/2018

à 16:48

Bonjour,

je reprends : "Les HP ou haut potentiel sont déja accueilli dans le monde de l'entreprise tout comme les HQI, les THQI, les basiques..."

Avez-vous donc des contacts en France de ce type d'entreprises accueillantes ?
Merci

Laurent

> Répondre

frederic75018

14/06/2018

à 00:53

Pour répondre directement a l'article:

- chaque personne est unique génétiquement, physiologiquement, socialement et psychologiquement entre autres donc chaque individu peuplant notre planète est atypique en soi.

- le mode de pensée, de réflexion pur les neurodroitiers, les neurogauchés et les neurocentrés diffèrent dans le tissus social auxquels ils appartiennent.

-Tenter d'apporter une explication sur un type de fonctionnement , c'est rejoindre la thèse de Descartes sur l'animal machine qui pense. Ceux qui pensent plus, ceux qui pensent moins en d'autres termes les actifs et les passifs.

- une volonté peut être d'absoudre certaines injustices révélées, de vuloir valoriser ces individus pour sa propre promotion tel que bon nombre d'individus affectés par le syndrome du sauveur.

-Ce livre peut effectivement avoir un intérêt pour certains individus. Les déculpabiliser, les valoriser, les materner, les contrôler.

Une chose est certaine.

Quelque soit les profils atypiques, ils ne suivent pas les conventions donc ils ne sont que peu affectés par leurs différences. Seuls ceux qui veulent rejoindre le troupeau s'en plaignent pour différentes raisons.

Les atypiques ne sont pas des personnes en souffrance lorsqu ils assument leurs différences, qu'ils soient LGBT, hommes féministes, homo lesbienus.

Ils sont tous dans une revendicatin de justice et d'intégrité.

La question est sommes nous dans une société de justice et d'intégrité ?

> Répondre

Desfaitsetdeschiffres

13/06/2018

à 14:44

La mauvaise foi des gens prompts à parler de « bile » quand on cite des FAITS sur le gâchis des hauts potentiels en France a des limites. Voici donc des données chiffrées.

L’article de cadremploi parle des hauts potentiels comme des visionnaires, des créatifs porteurs d’idées. On en trouve dans tous les pays.

Voici le portefeuille d’investissement de FJ labs (co fondé par un français expatrié) dans des start ups lancées par ces mêmes hauts potentiels dont parle l’article. Cela va du stade pre seed à mature. Au total 14 pays et entre parenthèses le nombre de projets soutenus.

Pourquoi ces données ? Parce que tous ces projets sont faits par les profils atypiques dont parle l’article, ces fameux visionnaires « sauveurs de l’entreprise ». Quel soutien ont ils ?

Etats Unis (53 investissement =projets de start up soutenus)
Canada (2)
Colombie (1)
Brésil (7)
Corée du sud (2)
Inde (2)
Autriche (1)
Allemagne (2)
Jordanie (2)
Espagne (3)
Uk (5)
Norvège (1)
Suède (5)

France (3).

Les Etats Unis sont certes plus peuplés, il n’empêche que la France est très mal placée.

Alors pourquoi est ce un problème d’être haut potentiel en France, d’avoir des idées, d’être « agile intellectuellement ?
Analysez le problème au lieu de parler de bile, de psy et de noyer le poisson.

Pourquoi les hauts potentiels, les apporteurs d’idées atypiques trouvent un soutien dans certains pays et pas en France ? Pourquoi ont ils du crédit et des appuis mais pas en France ?

« quand le sage montre la Lune l’idiot regarde le doigt «  (proverbe chinois)

> Répondre

SO92

13/06/2018

à 14:25

Une liste de qualités oui et beaucoup de difficultés liées à la sensibilité qui rend la vie difficile dans le monde de l'entreprise. Un cerveau qui turbine sans cesse, dans tous les sens et ne s'arrête jamais. Une incapacité à lever le pied et ne pas faire les choses à 300%, un ennui qui peut arriver vite car le travail d'une semaine peut être fait en 2 jours et surtout beaucoup de questions sur le sens : pourquoi je fais ça ? quel intérêt ? quelle pertinence pour l'entreprise, les autres et en quoi cela fait il avancer le monde dans lequel je vis ?

Ce livre en tous cas aura le mérite de venir compléter la faible bibliographie actuelle sur le sujet et de pallier aux idées reçues qui longtemps ont été de mettre ces personnes HPI (haut potentiel intellectuel, zèbre, surdoués comme on les appelle également dans des catégories psychiatriques telles que les schizophrènes, borderlines, bipolaires, dépressifs ou autres maladies car les psychiatres n'avaient jamais vraiment creusé le sujet.

> Répondre

En réponse à SO92

Frederic

13/06/2018

à 22:25

SO92, vous résumez parfaitement les a priori des dernières décennies sur les HQI.

Notre cerveau turbine sans cesse même en dormant avec eureka au réveil :)

Certes, une part non négligeable se sont isolés dans certains domaines moins sociabilisant comme l'informatique, les échecs, les mathématiques et les profession de science. Plus attiré par le conceptuel que le pragmatisme.

Dites a Jung et a Freud si ils étaient encore de ce monde qu'ils fonctionnaient ainsi. Ils vous considéreraient sans nul doute comme un(e) névrosé(e) :)

Pourquoi sommes nous travailleurs acharnés? car le travail permet de canaliser ce turbinage cérébral, de centraliser les informations.

Pourquoi réalisons nous le travail en moins de temps? car nous sommes des perfectionnistes orgnaisationnel(e)s.

Pourquoi sommes nous créateurs et novateurs ? car un mauvais moule reste un mauvais moule.

Pourquoi des psychiatres ( HPI de qi 120 a 130) hypersensibles comme nombreux dans les professions de santé, police, pompiers appliquent une catégorisation des individus comme le régime nazi avait mis en place?
le contrôle, une forme d'explication.

Un ennui dans le travail, nous compensons par nos curiosités diverses.

Le questionnement a répétition ? oui effectivement beaucoup d'hypersensibles comme des sensibles se posent multitudes de questions. Les HQI se posent les questions et trouvent les réponses, aiment aider autrui a trouver également des réponses convenables.

Le coté utilitaire ? ah, vous n'avez toujours pas trouver votre réponse sur le but de la vie.

La vie difficile dans l'entreprise ? justement pas du tout ! juste dévoué vis a vis de personnes qui le méritent.

Les personnes toxiques ? nous les repérons très rapidement et cela peut effrayer plus d'une de ces personnes d’être mis a jour.

20% des chefs d'entreprise sont des HQI et généralement aucun dans des groupe internationaux.

Le monde de l'entreprise peut être vu comme une jungle a celui qui écrasera l'autre pour monter les échelons. C'est un problème entre "mouton" et manipulateurs.Nous évitons les conflits, ne faisons ni l'arbitrage, ni la médiation. Nous n'aimons pas les conflits, nous aimons générer des idées et du dynamisme.

Chaque personne est responsable de ses actes, choix, décisions. et nous avons un sens prononcé de la conscience professionnel et du sens des responsabilités contrairement aux HPI, un peu plus égoïstes et narcissiques.

> Répondre

Qi170

13/06/2018

à 10:47

C’est surtout révélateur de comparer les attentes d’une entreprise dans une l’annonce et au final ce qu’elle recrute.

Sous couvert d’un mouton à cinq pattes avec compétences multiples la plupart du temps le profil consensuel l’emporte. Il suffit de connaître la personne qui recrute pour son équipe pour confirmer ce fait: au final on a pris le candidat le plus consensuel, et non le profil -tout aussi compétent- mais atypique.

Pourquoi ? Parce que le recrutement est un risque, et qu’en multipliant les maillons décisionnels, en demandant à tous les « N plus... » de donner leur avis au final le risque tend vers zéro.

Le monde de l’entreprise n’aime pas le risque et cherche des clones. Comptez le nombre incalculable d’annonces précisant « vous avez idéalement une expérience dans <<domaine précis, appliqué à xxx domaine ultra précis>>

Qui, toute sa vie travaillera dans le même domaine ? On demande au final de la polyvalence au candidat, tout en se réfugiant dans le conservatisme le plus rassurant. Et si le salarié veut changer de carrière, on lui re-proposera le poste qu’il a quitté pour capitaliser son expérience et limiter la prise de risque.

Cette vision sclérosée n’existe pas outre atlantique, plus rupturiste que l’Europe. Cela explique sans doute le foisonnement de start ups qui deviennent licornes.

> Répondre

En réponse à Qi170

frederic75018

14/06/2018

à 00:19

Je vous rejoins dans l'analyse.

Pour ma part, la polyvalence demandée dans certaines annonces donnent une très mauvaise impression et une mauvaise réputation a l'entreprise qui la génère:
-manque de pragmatisme
-des fiches de postes correspondant a des N+ donc a se demander si les N+ sont eux même compétents.
-recherche d'un mouton a cinq pattes ( en fait un zèbre :) )
- une visibilité par un nombre important de "visionneurs" donc en terme de promotion d'entreprise une catastrophe si l'annonce n'a que pour but de faire de la publicité gratuite.
- des sessions de recrutements qui se font via le digital avec aucun CV de lu entièrement.
- bref, des images associées a une forme d'esclavagisme et de déshumanisation impropre a toute forme de performance personnelle et collective.

Souvent, les annonces n'ont rien a voir avec les postes proposés au final donc "des carottes " pour des ânes...
-

> Répondre

Qi170

13/06/2018

à 10:32

@cigale. Justement tu tombes dans le panneau. Un Mensan ne donne pas de leçon à un autre. Et c’est ce que tu tentes de faire.....

> Répondre

Delmas Philippe

13/06/2018

à 09:12

Article tres intéréssant

> Répondre

Nicolas Jelansky

13/06/2018

à 08:22

Comment des atypiques peuvent-ils travailler ensemble ?

> Répondre

BCB

12/06/2018

à 20:02

Merci pour cette présentation. Au moins, je mets un nom à ce que je ressens et vis quotidiennement. Pour de nombreuses personnes, effectivement on en fait toujours trop. Je suis une hyper active et fait de nombreuses choses dans de multiples domaines. Je surprends toujours avec mes idées. Ma vision anticipatrice des projets effectivement gêne certaines personnes, mais elle me paraît une évidence simple le plus souvent. Malheureusement, la réalité professionnelle m'empêche d'exercer cette créativité pleinement. La lecture de ce livre me permettra peut être d'être plus sereine face aux incompréhensions de l'attitude des managers successivement rencontrés.

> Répondre

Qi170

12/06/2018

à 17:38

Je suis un Mensan, un zèbre. J’ai rejoint Mensa après avoir réussi les tests de QI qui m’ont classée parmi les 2% de la population à fort QI dixit les stats. J’ai croisé toutes sortes de profils. Le point commun c’est une désillusion amère envers les « recruteurs » pour qui l’on sera toujours « trop ».

Trop diplômé
Trop vieux
Trop en âge de procréer
Trop d’expérience
Trop agile
Trop polyglotte (6 langues ça fait un peu beaucoup pour mon client mais merci d’être venue à l’entretien. De-rien-vous -auriez-du-lire-mon-cv-j’ai-fait-800 bornes-en-voiture-à-mes-frais. SIC

J’adresse le message suivant aux recruteurs.

La France n’aime pas ses diplômés, ou plutôt ses talents (j’abhorre le mot de surdoué) qu’elle offre aux autres pays. Nous faisons tous ce constat amer. La France il faut la quitter.

Même si vous aimez votre pays, votre pays lui ne vous aime PAS.

La France nivelle par le bas. Les DRH encore plus: à coup de mépris (faire venir en entretien pour découvrir un c.v...), à coup d’offres bidons même s’il ne fait pas le dire.

Vous n’aurez pas mes compétences. Juste mon mépris.

Je suis un Mensan, un zèbre. Je pense vite, je comprends vite, j’accepte les critiques, je propose des solutions. Bref je n’ai que des défauts à vos yeux.

Je viens de terminer mon 42ème Mooc, rajouté à linkedin.

De la part de tous ceux et celles qui ont des compétences et des diplômes, des expériences et des idées et à qui l’on claque la porte au nez.

De la part des seniors, des femmes moins payées, des stagiaires jetés comme des mouchoirs en papier après avoir formé le stagiaire suivant.

De la part des « sur » (diplômés) à destination des « sous » (éduqués). Je suis de la vieille école, celle qui dit encore « bonjour » ou « merci ». Mots que vous ne connaissez pas.

Messieurs les DRH vous qui vous lamentez sur la rareté des compétences continuez à recruter uniquement sur copinage au mépris de toute déontologie.

Continuez vous touchez le fond et commencez à creuser. Peut être trouverez vous du pétrole.

« Dieu se rit des hommes qui chérissent les effets dont ils déplorent les causes » (Bossuet)

P.S: Offre la compil 2018 des réponses négatives aux candidatures. Avec des fautes qu’un sixième ne ferait pas.

> Répondre

En réponse à Qi170

frederic75018

14/06/2018

à 00:35

Nous ressentons parfois une certaine amertume vis a vis de situations délicates.

Je te comprends tout a fait et pourrais t'expliquer les raisons une a une invoquées.

Un mauvais recrutement reste un mauvais recrutement. Un mauvais job , une mauvaise rémunération reste des mauvais jobs et des mauvaises rémunérations.
Ce n'est pas surprenant que les entreprises se plaignent de ne pouvoir fixer leurs salariés.

Peut être devrions nous aussi reconnaître que nos actes qui par notre nature a rester humble ne nous aide pas beaucoup. Peut etre que nous devrions nous exprimer davantage et etre dans la critique comme autrui par principe de réciprocité.

Pour revenir au sujet principal du livre.

Les atypiques sont très nombreux. Certains totalement intégrés, d'autres pas forcément.
Peuvent ils révolutionner l'entreprise ?

Si les entreprises veulent l'etre, oui.
Si les entreprises préférent la routine, le satut quo, le manque d'ambition, l'échec a long terme, non.

Pas besoin d'écrire un livre sur ce sujet. Un constat de 2000 ans d'histoire humaine le résume parfaitement.

> Répondre

En réponse à Qi170

Francky84

12/06/2018

à 20:28

Salut,
Je ne suis pas diplômé du tout. Mais doué et surement un personnage Zèbre, si vous le présenté tel quel .
Le conservatoire de musique m'a appris à travailler et présenter un concours que j'ai gagné en 1973
L' équitation de 75 à 85 m'a permis de faire de la compétition à un niveau international avec un don sur l'équilibre et la gestion du stress.. Je suis surement un HPI et sans le savoir..
J'ai à ce jour 59 ans et un projet en cour pour faire valoir ces sentiments intérieurs forts et fragiles.
Un projet pour nos opposés ; les personnes en Burnout.
Présenter ce projet à la Sécu et la MSA
Faire du préventif
L'idéee : La terre/
Ressourcer ces cadres ou autres qui sont perdus ou qui vont l'être .
Je suis propriétaire d'un site forestier naturel dans le sud de la France qui a un espace de bien-être exceptionel de par son environnement et sa force intérieure.
J'ai besoin de peersonnes qui m'accompagnet sur ce projet :
Le nom ; Ressort & Ressorcing
Il y aura des sportifs de haut niveau qui expliqueront la gestion du stress
des artisans qui travaillent avec la nature
des chevaux pour éliminer le doute
A votre écoute si ce projet vous semble dans vos compétences de développement marketing et financier.
Les banques suivent si le projet est présenté avec succès,
la région est ok
La Cpam obligée
Le talent ne sert à rien si ce talent est agressé pour survivre à nos idées qui dérangent les pyramides des groupes..
Mais les groupes ont besoins de David Crokett

> Répondre

En réponse à Qi170

vanessa jc

12/06/2018

à 20:24

J'ai quitté la France direction London pour tout cela ! Trop de souffrance je mourrais à petit feu...ma fille aussi ! Maintenant je m'eclate en tant que coach et Consultante pour entreprise !

> Répondre

En réponse à Qi170

un autre zèbre

12/06/2018

à 18:34

merci !

> Répondre

Qi170

12/06/2018

à 17:36

Je suis un Mensan, un zèbre. J’ai rejoint Mensa après avoir réussi les tests de QI qui m’ont classée parmi les 2% de la population à fort QI dixit les stats. J’ai croisé toutes sortes de profils. Le point commun c’est une désillusion amère envers les « recruteurs » pour qui l’on sera toujours « trop ».

Trop diplômé
Trop vieux
Trop en âge de procréer
Trop d’expérience
Trop agile
Trop polyglotte (6 langues ça fait un peu beaucoup pour mon client mais merci d’être venue à l’entretien. De-rien-vous -auriez-du-lire-mon-cv-j’ai-fait-800 bornes-en-voiture-à-mes-frais. SIC

J’adresse le message suivant aux recruteurs.

La France n’aime pas ses diplômés, ou plutôt ses talents (j’abhorre le mot de surdoué) qu’elle offre aux autres pays. Nous faisons tous ce constat amer. La France il faut la quitter.

Même si vous aimez votre pays, votre pays lui ne vous aime PAS.

La France nivelle par le bas. Les DRH encore plus: à coup de mépris (faire venir en entretien pour découvrir un c.v...), à coup d’offres bidons même s’il ne fait pas le dire.

Vous n’aurez pas mes compétences. Juste mon mépris.

Je suis un Mensan, un zèbre. Je pense vite, je comprends vite, j’accepte les critiques, je propose des solutions. Bref je n’ai que des défauts à vos yeux.

Je viens de terminer mon 42ème Mooc, rajouté à linkedin.

De la part de tous ceux et celles qui ont des compétences et des diplômes, des expériences et des idées et à qui l’on claque la porte au nez.

De la part des seniors, des femmes moins payées, des stagiaires jetés comme des mouchoirs en papier après avoir formé le stagiaire suivant.

De la part des « sur » (diplômés) à destination des « sous » (éduqués). Je suis de la vieille école, celle qui dit encore « bonjour » ou « merci ». Mots que vous ne connaissez pas.

Messieurs les DRH vous qui vous lamentez sur la rareté des compétences continuez à recruter uniquement sur copinage au mépris de toute déontologie.

Continuez vous touchez le fond et commencez à creuser. Peut être trouverez vous du pétrole.

« Dieu se rit des hommes qui chérissent les effets dont ils déplorent les causes » (Bossuet)

> Répondre

Crystal30

12/06/2018

à 10:13

A mettre en parallèle de la fonction "INTP" du Myers Briggs Type Indicator (MBTI) , Quand on a compris ce que l'on est, c'est bien plus facile de vivre avec, de s'intégrer et finalement d'aider les autres grâce à nos différences ;-)

> Répondre

En réponse à Crystal30

Cigale

13/06/2018

à 02:10

Chers Crystal30 et JFS, ce n'est pas parce que vous êtes INTP que vous êtes HQI, ni même inversement. Allez vous renseigner à Mensa. Pour tous ceux qui se supposent zèbre ou aiment à le croire, passez le test. Mensa ou WAIS IV. Par ailleurs je déplore qu'un Mensan "QI170" déverse sa bile et donne une aussi mauvaise image de l'association et de tous les autres M's. Un bon tour chez le psy semble s'imposer pour gérer cette colère et prendre sa vie en mains. Je peux vous assurer qu'il y a une foultitude de Mensans sympathiques, ouverts et qui font bouger les lignes dans le bon sens.
Le livre a l'air au moins positif, ce qui est une bonne chose.
Belle semaine à tous.

> Répondre

En réponse à Cigale

Crystal30

13/06/2018

à 11:36

Bonjour Cigale,
Vous avez tout a fait raison. Je ne me suis jamais pretendu HQI. Je faisais juste reference a un ressenti assez similaire pour un autre sujet qui presente selon moi de nombreux elements de similitudes.
Desole de la possible confusion.
Cordialement.

> Répondre

En réponse à Crystal30

JFS

12/06/2018

à 17:58

Merci, enfin. Je suis INTP également au Myers Briggs. J'ai l'impression que ce que je qualifiais chez moi "d'intelligence intuitive" était plus source d'agacement chez moi - qui ne comprenait pas que l'on ne comprennent pas - que chez mes collaborateurs qui me trouvaient au mieux brouillon, au pire vaniteux parfois dangereux, et trop souvent de mauvais poil. que fait-on maintenant? Où va t'on - à part bien entendu chez son libraire favori acheter le livre de Me Ogier?

> Répondre

En réponse à JFS

Crystal30

12/06/2018

à 18:30

Ha ha, je ne suis pas magicien mais je crois avoir reussi a positiver ma difference avec le temps au travers d’une jolie carriere de cadre dirigeant. J’ai quand meme envie de te dire que j’ai vraiment du apprendre a ralentir, a ne pas projeter a tous la solution que j’avais deja trouve dans les premiere secondes mais a focaliser mon energie sur l’aide a donner aux autres pour qu’ils trouvent leur solution, a leur rythme, meme si elle est generalement moins efficace. J’ai meme fini par y prendre plaisirs ;-)
En fait, j’ai compris qu’etre seul devant avec la meilleur solution ne sert globalement a rien. Aujourd’hui, j’arrive a preferrer des solutions imparfaites qui federent et galvanisent le groupe aux solutions optimum que je me delecte pourtant a etablir si rapidement.
Je ne suis plus un extraterrestre pour les autres et.....ca ne m’empeche pas d’etre toujours capable de faire de la magie en situation d’urgence...
Courage JFS ! C’est presque comme de la meditation, il faut savoir gerer ses frustration et ralentir.

> Répondre

En réponse à Crystal30

Frederic

13/06/2018

à 10:59

Extra-terrestre, parfois extra-lucide, mentalist, multi-compétent, trop pertinent, cela peut effrayer plus d'un. A commencer par nous meme.

Je pense qu'a la lecture des différents commentaires, qu'il faut véritablement différencier des groupes de personnalités.

basiques: 60-70 % de la population
HPI: 25 a 30 %
HQI et THQI: Moins de 2%

Et dans chacun de ces groupes SAUF les HQI et THQI qui le sont tous, des hypersensibles qui ne réagissent pas de la même manière qui représentent 30% de la population globale.

Peut etre que les hypersensibles sont tous au final des hqi dont certains n'ont pas été "révélés".

La particularité des hypersensibles est de voir le monde autrement, de se camoufler tel des caméléons, d'observer, analyser, déduire, anticiper et surtout de trouver des solutions viables suivant les paramètres a définir.

C'est une réelle opportunité d'etre hypersensible qui peuvent rendre jaloux plus d'un.
Nous utilisons nos capacités différemment et suivant les situations. Certains le subissent car ils ne se connaissent pas, ont eur du jugement d'autrui quand dans les faits, ils sont justement les seuls capables d etre dans une forme de jugement.

Les diplomes sont des outils permettant de deceler une capacité d'apprentissage et de mode séquentiel, routinier de résolutions d'activités.

Pour les HQI et THQI, ils n'ont aucune valeur propre sorti de leur contexte uniquement théorique. Ces diplomes peuvent rassurer d'éventuels recruteurs, promettre une forme d'intelligence limitée au cadre de ce diplome.

Les hqi construisent comme tout le monde leur personnalité sur leurs interactions sociales, familiales, éducatives et semblent évident qu'ils projettent comme tout le monde avec une intensité a étalonner eux memes les répercussions de cette succession d'évenements.

Certains envient les "moutons". Pour ma part, etre "zèbres" apportent plus de hauteur. Nous avons également pour certains d'entre nous a repérer nos frères et soeurs, nos cousins hypersensibles et a apprécier leurs compagnie.

Beaucoup, et c'est compréhensif par rapport a notre minorité font le choix de developper certaines sensibilités ( visuelle, créative, auditive, relationnelle, gustative, odorative ).

Ce qui nous distingue le plus mise a part notre arborescence, c'est cette faculté d'auto-critique, de résilience, une absence de peur de risque calculé, de vouloir en apprendre le plus sur des sujets très différents.

Nous ne sommes pas une caste de privilégiés ni de natis.
Nous sommes les enfants de HPI, de normaux avec qui on a du parfois ne pas réveler notre nature de peur de subir une exclusion également familiale.

Pour les profils MBTI, nous sommes avec des prédominances mais dans chaque situation, nous sommes un profils MBTI différents par cette agilité a ne pas rester cloisonner.

Beaucoup de recruteurs sont souvent incapables de nous caser.

En france, nos potentiels ont été mis a l'honneur par nos écrivains, philosophes, chercheurs, rarement politiques ( HPI ), nos mathématiciens, et d'autres inconnus qui ont fait évoluer notre société.

Nous ne sommes pas des cas a part, ou des extra-terrestres.

Nous sommes vos solutions.

> Répondre

En réponse à Frederic

frederic75018

13/06/2018

à 21:32

Notre société de consommation prône les routines, le 'contrôlable' , le statu quo et s' en plaint. :)

Beaucoup de recruteur doivent faire des choix difficiles, ont souvent une multitude de candidatures a traiter.
Ils ne sont jamais décisionnaires, juste prescripteurs. Ils font des choix de paramètres, de coûts a court, moyen et long terme pour la formation ( un curieux en fera plus) de stabilité de postes ( les zèbres ne changent de poste que dans l’intérêt d une entreprise)

Et vous avez des personnes dans les directions qui craignent d'etre jeté par ces recrutements. Un moins bon permet de rejeter la faute sur le recrutement et non sur le management ou les stratégies d'entreprise.

C'est la nature humaine de se déresponsabiliser, de critiquer plutôt que se remettre en question, de stagner plutôt qu'avancer.

C'est parfois leurs choix.
Avons nous le droit de nous exprimer sur cette illogique réalité ?

QUI cassera le cycle ? politique ? entreprise ? l' Europe ? mentalité ? crise financière ?

Quand nous constatons que de multiples entreprises par optimisation de coût, par valorisation a court terme de versement d’actionnariat, ont éliminés les fonction rh de recrutement, de formation et constate que ces memes entreprises se plaignent de manquent de qualification, de manque de motivation, et veulent généralement les profils de leurs concurrents , on peut se demander a juste titre.

Le chomage ?
qui l'a crée, qui profite d'un vivier important, qui peut vouloir baisser des salaires en créant des précarités en agissant sur un cycle qui diminuera
la croissance d un pays.

Ne soyez pas naïf, ingénu.
Posez vous les bonnes questions.
Globalisez ! vous comprendrez par vous même tous ces mécanismes dont certains se plaignent, d'autres se réjouissent.

Nous avons en France eu des décisions politiques contraignantes sur les entreprises pour 'forcer' celle ci a recruter.
Des politiques de formations obligatoires, d'heures minimale de temps partiels, pour augmenter artificiellement le recrutement, augmenter des cotisations manquantes, augmenter la CSG,

Les entreprises ont juste réagi en faisant l'inverse, prone l'auto entrepreunariat pour ne as supporter notammment le cout de formation, le couts de charge, d imposition, pour agir sur du court terme et augmenter provisoirement la valeur de leur actif.

Cette stratégie prendra bientot fin. Ceux qui n'auront pas former, subiront bientot des pertes fracassantes. les salaires proposées pour recruter les candidats expérimentés ne feront que monter.

Entre les jeunes qui ont vu leurs parents connaitre le chômage, l'absence de fidélité face a leurs engagements, des seniors qui commencent de plus en plus tôt a l’être ( on a reproché a un de mes amis zébrés d’être vieux a 32 ans ). Pas vieux, sage et multi compétent! :)

En France, on valorise le moins compétent. C'est rassurant, c'est stable, moins cher sur le court terme Et tout a fait illogique dans notre conception du long terme.

Peut être devrions nous arrêter de nous camoufler et faire de la politique ?

> Répondre

En réponse à frederic75018

eric

27/09/2018

à 10:40

En réponse à frederic75018

frederic75018

14/06/2018

à 01:17

Un constat simplifié que je vous offre gratuitement a tous et toutes sur une vision long terme :)

Plus les salaires baissent, moins il y a de cotisations
Plus il y a de chômage, moins il y a de cotisations
Plus de seniors sont mis a la porte, et moins de personnel pour former les nouveaux
Moins on forme, moins on a de personnel qualifié
Plus on optimise les couts, et plus on fatigue ses équipes, plus les entreprises doivent appliquer une stratégie de "peur" pour fixer son personnel et déployer d'autres moyens encore plus couteux pour permettre une performance accrue.

Visualisons les conséquences:

- Félicitation, vous venez de détruire la réputation de votre entreprise, sa crédibilité construite sur du marketing, de l'excellence plus rapidement que cela vous avait couté pour vous la construire, sans parler des couts d'investissements a la construction de celle ci.

-Félicitation, vous venez de perdre le bénéfice de vos retraites. licencier des seniors pour ne pas payer les primes de mise a la retraite, enlever une partie de leur retraite a ces meme individus ne permettra pas de compenser pour payer votre Propre retraite.

-Félicitation, chaque personne dans cette situation a des proches et vous perdez le potentiel client équivalent en terme de moyen et de confiance.

-Félicitation, ne changez rien, baissez la tete, critiquez vos voisins et oubliez que vous etes en partie responsable de cela donc ne vous plaignez pas.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte