Etes-vous l'un de ces atypiques qui peut révolutionner l’entreprise ?

Céline Husétowski

On les appelle les zèbres, les multipotentiels ou encore les atypiques. Ces personnalités créatives et hypersensibles pourraient changer le monde de l’entreprise selon Myriam Ogier, qui vient de leur consacrer un livre.

Myriam Ogier ne croit pas au hasard. Lorsqu’elle était journaliste économique, on lui propose d’écrire un article sur le coaching et c’est le coup de foudre pour celle qui s’intéressait déjà aux RH. Coach depuis 20 ans, elle vient de publier « Un cerveau droit au pays des cerveaux gauches »* pour ces profils atypiques qui s’ignorent mais aussi pour ceux qui côtoient ces talents parfois ignorés.

L’incroyable cerveau des atypiques

Saviez-vous que votre cerveau était divisé en 2 hémisphères ? Le gauche détermine votre capacité à réfléchir et analyser et le droit est relié à votre créativité et votre intuition. Certains utilisent le gauche ou seulement le droit et d’autres les deux. C’est en 1972 que R.H Frederickon appelle pour la première fois les neurodroitiers, les multipotentiels.

« Si vous avez une vision globale, vos pensées fonctionnent en arborescence et provoquent un foisonnement d’idées, vous adorez apprendre des choses qui ont du sens, alors vous sollicitez plus votre hémisphère droit », explique Myriam Ogier qui pense qu’on peut muscler une partie ou l’autre de son cerveau. Mais la liste de leur qualité ne s’arrête pas là.

En entreprise ces atypiques dérangent car ils voient des évidences là où les autres n’en voient pas. « Ils visualisent des tendances avant tout le monde et sont un peu visionnaires », analyse la coach. La plupart du temps ils sont incapables d’expliquer à leurs collègues comment cette intuition leur vient et ils se heurtent à de la jalousie ou du rejet au sein de leur l’entreprise ».

Myriam Ogier voit souvent des atypiques déprimés dans son cabinet. « Ils ont du succès mais souffrent de leur décalage et finissent par s’enterrer dans des boulots qui ne leur conviennent pas », regrette-t-elle. Leur hypersensibilité peut aussi les conduire à la dépression, un peu comme Churchill, grand atypique et multipotentiel qui avait par moment des pulsions suicidaires qu’il appelait son « black dog ».

Pour se faire mieux accepter en entreprise Myriam Ogier conseille de développer ses compétences diplomatiques et communicatives : « il faut savoir expliquer ces évidences qui paraissent évidentes avec des mots ». Autre conseil « s’aimer comme on est et ce n’est pas toujours une évidence pour ces intuitifs ».

Leur faire une place en entreprise

Que peuvent apporter ces atypiques à une société ? Pour Myriam Ogier, ils sont utiles pour leurs compétences humaines et innovantes. Selon un rapport du Forum économique de Davos, d’ici 2020, l’intelligence artificielle réalisera les tâches auparavant faites par les humains. Les employés devront développer des compétences qui leur donneront une avancée sur les robots comme la créativité, l’esprit d’équipe et la résolution de problèmes complexes. Les atypiques possèdent déjà ces qualités et même bien d’autres.

Perfectionnistes, critiques, en quête de sens, ils ont aussi un vrai souci de l’intérêt général et de l’entreprise. Ils cherchent d’abord l’harmonie dans une équipe mais peuvent rencontrer des différences de fonctionnement avec les cerveaux gauches comme Sophie. Cette directrice

d’agence événementielle avait monté en un temps record un événement mondial alors que sa collaboratrice Laurence freinait le projet. Sophie pensait que Laurence ne l’aimait pas. Alors qu’elle avait juste besoin de plus de temps qu’elle pour faire les choses.

C’est qu’ils sont plus rapides que les autres les neurodroitiers et pour qu’ils déploient leur talent, il faut les aider. « Pour s’épanouir, ils ont besoin d’autonomie, de liberté d’expression, de challenges et surtout d’être protégés des personnes toxiques sinon ils se referment », met en garde la spécialiste dans son ouvrage. « Mais ils peuvent aussi être Dr Jekyll quand ils sont pleins de bons sentiments et Mr Hyde quand ils ont basculé dans la perversion  , précise la spécialiste.

Comment attirer ces talents qui s’ignorent dans l’entreprise ? Pour Myriam Ogier, « ils se cachent partout et sont parfois en échecs professionnels. Elle conseille pour les trouver d’ouvrir les recrutements et de ne pas se focaliser sur l’âge ou le diplôme car beaucoup de ces profils ne sont jamais entrés dans le moule de l'école ou de la formation ». 

L’avis de la rédaction

Pour ceux qui voulaient garder le secret de leur talent, c’est un peu trop tard. Myriam Ogier va dans son bouquin à la source de la kryptonite de ces supermen de bureaux.  Eux qui sont généralement si discrets vont se sentir à poil à la lecture de cet ouvrage. A la manière d’une scientifique, elle analyse leurs comportements pour faire un portrait-robot précis, ce qui donne à l’ouvrage un ton un peu trop académique. Les hémisphères gauches vont adorer ce côté dissert pour mieux comprendre leur copain d’à côté. 

Pour les atypiques qui s’ignorent encore ou se posent la question, l’ouvrage fait du bien. Il rassure et met des mots parfois techniques en décryptant couche par couche les comportements de ces drôles de zèbres. Vous ne culpabiliserez plus d’être un hyper sensible rempli d’énergie.

Pour les atypiques qui se connaissent déjà bien, ce livre permettra d’approfondir vos forces et vos faiblesses. En bon créatif, vous pourrez customiser l’ouvrage de quelques dessins qui manquent parfois à ce livre pour cerveaux droits.

Quoiqu’il en soit, ce livre met un coup de pied dans la fourmilière et permet aux atypiques de faire leur coming-out avec fierté

Pour Myriam Ogier l’aventure continue puisqu’elle vient de lancer un think tank sur les multipotentiels "Intuitifs & Innovants : penser autrement". C’est qu’ils sont tellement attachants ces atypiques, qu’on n'a pas envie de les laisser comme ça ! 

 Découvrez dans notre article dédié comment manager un HPI.

* « Un cerveau droit au pays des cerveaux gauches - Atypiques, intuitifs, créatifs : trouver sa place quand on ne rentre pas dans un moule », Edition Eyrolles

Céline Husétowski
Céline Husétowski

Vous aimerez aussi :