1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Gestion des ego, crise de loyauté, plan B… comment réviser son management avec La Casa de Papel

Gestion des ego, crise de loyauté, plan B… comment réviser son management avec La Casa de Papel

gestion-des-ego-crise-de-loyaute-plan-b-comment-reviser-son-management-avec-la-casa-de-papel-

C. Billé et S. Di Pasquale

21/07/2019

X

[Série TV] La 3e saison de la série non anglophone la plus regardée sur Netflix vient de démarrer. La Casa de Papel a beau mettre en scène un braquage de banque, elle regorge de scènes culte pour amateurs de défis managériaux. Dégoupillage de situations complexes avec Eric Le Deley, spécialiste de la négociation – et fan de séries –, qui rappelle quelques principes à ne pas oublier quand on gère des équipes talentueuses mais impétueuses.

Un braquage d’anthologie. C’est ce que le cerveau de l’opération, surnommé Le Professeur, a imaginé au fin fond de sa campagne et préparé avec les 8 malfaiteurs qu’il a lui-même recrutés. Leur plan : s’enfermer dans la fabrique de la monnaie espagnole (Casa de Papel) en plein centre de Madrid pour y imprimer l’équivalent de 2,4 milliards de billets de 50 euros sans faire aucune victime. Et s’échapper avec leur butin.

Les 22 premiers épisodes de La Casa de Papel, diffusée sur Netflix, ont rencontré un tel succès mondial que l’éditeur vient de lancer une 3e saison.

 

Des scènes culte, riches d’enseignements, pour qui pratique le management d’équipes.

 

3 défis managériaux de La Casa de Papel

Loin du monde du travail La Casa de Papel ? Au contraire. La maestria managériale du Professeur constitue le fil rouge de l’histoire, défend Eric Le Deley (ex-directeur de l'IGS-RH). Dans cette video (voir ci-dessous ou ici), ce spécialiste de la gestion des équipes – par ailleurs passionné de séries TV* – voit dans La Casa de Papel des scènes cultes riches d’enseignement pour qui aime les casse-têtes managériaux : « On est dans une gestion de crise, avec des enjeux très forts et des collaborateurs qui parfois outrepassent leurs compétences », détaille-t-il. De là à faire des parallèles entre la gestion d’une équipe de braqueurs et celle d’homo laborius en entreprise, il n’y a qu’un pas.

 

1/ Désamorcer les querelles de territoires

A la tête d’une équipe d’experts aux talents complémentaires, le Professeur a fait en sorte d’attribuer un rôle clairement défini à chacun. Mais ça n’empêche pas certains de sortir de leur périmètre. « Dans la série, les problèmes surgissent justement parce que des membres de l’équipe se mêlent du rôle des autres. » Des rivalités d’autant plus complexes à détecter que le Professeur dirige ses équipes à distance, par téléphone, à intervalles réguliers. La série est une mine d’inspiration pour les managers qui doivent diriger des équipes à l’international par exemple.

 

2/ Protéger son leadership   

Tant que le Professeur est reconnu comme seul leader, l’opération se déroule sans accro. Mais dès qu’un deuxième leader émerge, les problèmes commencent. En l’occurrence, le directeur des opérations, surnommé Berlin, qui est sur le terrain et aux côtés de l’équipe, à la différence du Professeur qui reste à distance. Choisi pour son charisme et son expertise en braquage par le Professeur lui-même, Berlin ne peut s’empêcher de vouloir voler le pouvoir à ce dernier, semant ainsi la confusion dans les rangs. Une histoire d’ego mal géré.

 

Ecoutez aussi notre podcast SAV du manager >> Je me sens en rivalité avec mon collaborateur, comment réagir ?

 

3/ Toujours prévoir un plan B

La capacité à surmonter les situations imprévues est, de façon générale, un ressort scénaristique fort de la série. L’intrigue de La Casa de Papel est, en cela, très proche du monde du travail. “La présence d’alternatives est parfaitement illustrée dans la série, selon Eric Le Deley. Le Professeur essaye de travailler en permanence des plans B, au cas où le plan A viendrait à échouer.”

 

* Eric Le Deley a participé à l’ouvrage De Mac Gyver à Mad Men : quand les séries TV nous apprennent le management (ouvrage coordonné par Benoît Aubert et Benoît Meyronin), Dunod 2017. Il y détaille les enseignements des séries The Young Pope (Paulo Sorrentino) et Ray Donovan (Ann Biderman).

Eric Le Deley était directeur de l'école IGS-RH au moment du tournage. Il est aujourd'hui Directeur Talent Advisory chez Lincoln.

Lire aussi >> Quand des héros borderline inspirent le management

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte