1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Industrie : 8 métiers qui ne risquent pas de disparaître et qui recrutent

Industrie : 8 métiers qui ne risquent pas de disparaître et qui recrutent

industrie--8-metiers-qui-ne-risquent-pas-de-disparaitre-et-qui-recrutent

Véra Octave

22/03/2019

Concevoir, développer, fabriquer. Des fonctions qui ne font pas toujours rêver les cadres français. Pourtant, l’industrie devrait leur réserver jusqu’à 44 000 postes cette année*. Nous avons sélectionné huit métiers d’avenir qui ne risquent pas de disparaître puisqu’ils sont au cœur du fonctionnement de nos usines. Plus connectées et plus digitales, elles attendent des profils capables de les transformer davantage, alerte Fatine Dallet, l’experte de Michael Page. L’industrie est capable d’offrir des salaires attractifs pour les ingénieurs motivés par ces défis.

Directeur d’usine/directeur industriel

Ce manager dirige les activités d’une ou de plusieurs unités et gère l’ensemble des fonctions rattachées à la production, de la fabrication à la logistique. Il s’appuie sur les moyens humains, financiers et techniques. Rigoureux, en lien permanent avec la direction générale et industrielle, il est le garant de la paix sociale et de la bonne santé financière de l’entreprise.

Salaire** : 80-130 K€

Exemples d’offres à pourvoir >> Directeur industriel, directeur d’usine, directeur de site de production, directeur mutl-sites industriels, etc.

Directeur technique

Sur tous les fronts, le directeur technique est amené à couvrir plusieurs champs d’intervention. Il supervise toute l’activité technique d’une entreprise et gère ainsi les ressources et moyens techniques. Cela passe par la mesure du ROI de la direction des systèmes d’information, la gestion de programmes de R&D et le développement de nouveaux produits. D’où la nécessité d’une solide formation en technologie physique et d’un très fort intérêt pour l’évolution des technologies de l’information.

Salaire : 60-90 K€

Exemples d’offres à pourvoir >> directeur technique en charpentes métalliques, directeur techniques et opérations chantier naval, etc.

 

Responsable de production

Il organise l’activité d’une ou de plusieurs équipes d’un site. Mais pas seulement. Il veille à la production en toute sécurité et respecte les impératifs liés à la quantité, le délai, le coût ou la qualité. Le responsable de production s’implique également dans l’amélioration constante des process et peut être amené à suivre la gestion des stocks et leur approvisionnement.

Salaire : 60-75 K€

Exemples d’offres à pourvoir >> Responsable de production, superviseur de production, adjoint au directeur de production, pharmacien responsable de production, etc.

 

Responsable maintenance

Polyvalent, le responsable de maintenance s’assure du bon fonctionnement des machines de l’entreprise. Plutôt réservé à des ingénieurs de formation, ce poste requiert des compétences techniques pointues pour évaluer rapidement les dégâts, améliorer les performances du matériel, le réparer ou le faire changer. Par ailleurs, le responsable de maintenance doit pouvoir gérer le stress afin de prendre une décision sans hésiter ou de rester disponible à tout moment de la journée et de la soirée.

Salaire : 55-80 K€

Exemple d’offres à pourvoir >> responsable maintenance et travaux neufs, maintenance manager, responsable méthodes maintenance, etc

 

Responsable service après-vente

Lui aussi vise à satisfaire la clientèle de son entreprise. Et pour y parvenir, il chapeaute les interventions des techniciens envoyés sur le terrain, gère le planning de réparations, contrôle factures et paiements, s’engage à faire respecter les délais annoncés, etc. Le responsable SAV, organisé et réactif, doit aussi faire preuve d’une grande maîtrise de soi pour répondre aux attentes en toute sérénité.

Salaire : 45-75 K€

Exemples d’offres à pourvoir >> responsable technique SAV export, responsable d’équipes SAV, directeur après-vente, etc.

 

Responsable bureau d’études

Avec sa fonction d’encadrement associée à une partie technique et commerciale, le responsable bureau d’études reçoit les demandes de clients, les analyse et valide leur faisabilité (délais, coûts). Parmi ses nombreuses missions, il identifie et répond aux appels d’offres, réalise et gère les études de conception en collaboration avec une équipe d’ingénieurs, répartit les projets, recrute, forme, assure le suivi auprès du client.

Salaire : 50-65 K€

Exemples d’offre à pourvoir >> responsable d’études, responsable chiffrage grandes séries, responsable formulation, etc.

 

Ingénieur bureau d’études

Ce métier concerne la conception et la réalisation de nouveaux produits ou procédés industriels. L’ingénieur en bureau d’étude intervient en amont ou pendant la phase de développement du projet. Il suit les différentes étapes, des essais à la mise sur le marché. Ses connaissances techniques sont évidentes mais il doit aussi maitriser les outils informatiques et faire preuve d’autonomie pour suivre un dossier.

Salaire : 44-50 K€

Exemples d’offre à pourvoir >>

 

Chef de projets industriels

Homme-orchestre, le chef de projet conduit un projet de sa conception à sa diffusion. Ses compétences techniques et de coordination lui permettent de travailler en synergie avec les équipes de conception et de développement d’un produit, tout en veillant au respect des délais et des coûts.

Salaire : 45-70 K€

Exemples d’offre à pourvoir >> chef de projet industrie automobile, ingénieurs des procédés de production, ingénieur amélioration /développement usine,

 

* Source : Apec 2019

** Salaire exprimé en brut annuel. Source : étude des rémunération 2019 Michael Page

 

« Les usines sont plus connectées mais il manque des projets d’innovation »

3 questions à Fatine Dallet, directrice senior chez Michael Page

Pourquoi l’industrie peine-t-elle à attirer certains profils ?

Elle manque d’attractivité auprès des ingénieurs qui préfèrent se tourner vers des projets du digital. Pourtant, ces métiers ont évolué car nous sommes face à des technologies digitales. Les usines sont plus connectées mais il manque des projets d’innovation. En effet, pour améliorer la production, la technologie et les outils de supervision intelligente sont incontournables. Les candidats ont besoin d‘évoluer pour vivre cette transformation, ils doivent faire preuve d’agilité car l’industrie aura toujours besoin d’un responsable de maintenance ou d’un responsable de production.

Comment l’industrie arrive-t-elle à rester dynamique ?

Aujourd’hui, l’industrie concerne également les start-up de la French Tech. Elle fonctionne et s’exporte car les machines et les produits fabriqués dans l’hexagone plaisent

Quels secteurs recrutent le plus ?

Les grands groupes et les start-up dans le domaine de l’énergie, la chimie lourde et fine, l’aéronautique, l’automobile côté équipementier et constructeur, les objets connectés.

Quelle est la situation en Europe ?

La pénurie de candidats dans l’industrie est propre à la France, le marché étant en croissance. La situation est pire en Allemagne, où de nombreux ingénieurs français sont recrutés.

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+