L'inversion de la courbe du chômage : un pari perdu

Nathalie Alonso

"L'inversion de la courbe du chômage à la fin 2013", un leitmotiv présidentiel… et désormais un pari perdu, pour François Hollande. La courbe du chômage est repartie à la hausse en décembre, enregistrant même un nouveau record avec 3,3 millions de demandeurs d'emploi sans activité en métropole, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail lundi soir. Soit 10.200 nouveaux demandeurs d'emploi sans activité (cette fameuse "catégorie A", selon la terminologie officielle, qui est la plus suivie).

En incluant les chômeurs ayant eu une activité limitée, Pôle emploi comptait 4,89 millions d'inscrits fin décembre (hors Dom). Du jamais vu. Depuis la Turquie où il était en visite, le président de la République a reconnu lundi soir qu'il avait échoué dans cette bataille, menée avec les armes des emplois aidés, mais que de nombreux économistes disaient déjà perdue d'avance en raison d'une croissance atone.

Pour autant, le gouvernement se veut toujours aussi optimiste en mettant en avant une "nette amélioration" sur l'année : la hausse des demandeurs d'emplois de catégorie A, sans aucune activité, ayant été plus limitée (+5,7%) qu'en 2012 (+10%). C’est également le cas si l’on inclut les chômeurs ayant eu une activité limitée : sur un an, l’augmentation atteint 6 % en 2013, contre 8,8 % en 2012. Le gouvernement insiste par ailleurs sur la décrue intervenue entre le début et la fin de l'année, avec en moyenne "33.000 demandeurs d'emplois supplémentaires par mois au 1er trimestre contre 2.500 au 4ᵉ trimestre". Une "quasi-stabilisation" donc. Après les emplois aidés, le président de la République veut désormais gagner la bataille de l'emploi avec la dernière arme de son arsenal : le "pacte de responsabilité aux entreprises". Un « pacte » qui doit inciter les entreprises à recruter, en échange de 30 milliards de baisses de charges.

Nombre d’experts demeurent sceptiques, à l’image de Jean-Christophe Hauguel, Directeur Général Adjoint de l'EM Normandie et docteur en économie. "Les prévisions de croissance pour 2014, à hauteur de moins de 1%, nous engagent à demeurer très prudents sur la tendance", analyse ce dernier. Pour lui, "la vraie bataille de l'emploi doit être envisagée dans un cadre beaucoup plus global reposant notamment sur l'initiative, l'innovation, la liberté d'entreprendre, l'éducation, la recherche, le numérique, la démographie & la simplification".

Depuis avril 2011, la hausse du chômage a été quasi continue, à l'exception des mois d'août et d'octobre 2013. L'Unédic prévoit ainsi que 63.200 demandeurs d'emploi sans activité supplémentaires devraient entrer cette année à Pôle emploi. Selon l'Insee, le taux de chômage devrait grimper à 10,6% dans l'hexagone d’ici fin juin.

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

Nathalie Alonso
Nathalie Alonso

Vous aimerez aussi :