1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Le palmarès des 100 villes où trouver un emploi à travers le monde

Le palmarès des 100 villes où trouver un emploi à travers le monde

le-palmares-des-100-villes-ou-trouver-un-emploi-a-travers-le-monde

Sylvie Laidet

24/11/2018

Boston, Munich, Calgary… Movinga vient de publier son palmarès des villes pour les talents sans frontières. Que vous soyez jeune, femme, ou que vous cherchiez un niveau de vie élevé, la méthodo de l’étude vous permet de choisir votre ville idéale.

Une méthodo au top

Pour analyser le potentiel d’emploi des villes à travers le monde, Movinga, une entreprise spécialisée dans le déménagement, s’est focalisé sur trois domaines clés. D’abord, la santé économique des entreprises et des start up établies sur place. Puis, sur le niveau de vie de la population, comprenant le revenu disponible et les allocations de santé. Et enfin, sur l’inclusion des jeunes, des femmes et des expatriés dans la population active. Chaque critère (et sous critère) donnant lieu à une note sur 10. 10 étant le meilleur score. 0 le moins bon. L’indice final classe ainsi les 100 premières villes en fonction de leurs opportunités d’emploi (1).

Les villes européennes trustent 6 places sur 10

Voici donc les 10 villes dans lesquelles vous avez le plus de chance de trouver un emploi à travers le monde.

 

 Source : Villes d’opportunités, Movinga, novembre 2018

Force est de constater la bonne santé des pays européens qui trustent 6 places sur 10 avec une mention spéciale à l’Allemagne (4 villes/10). Mais c’est à Singapour que les perspectives d’emploi nettes sont les plus élevées. Attention toutefois avant de vous envoler pour tenter votre chance dans la cité Etat. D’abord, le taux d’expatriés n’y est pas dément. Mais si vous réussissez à y décrocher un job, cela risque de ne pas être le Pérou quand même. Une fois payés vos impôts, vos cotisations sociales, vos frais de santé et vos dépenses de la vie quotidienne, vos revenus seront largement amputés. A Londres, le taux de création d’entreprises est au top et le taux d’emploi des expatriés est bon (8,83/10) mais le prochain Brexit pourrait bien changer la donne pour les petits Frenchies. Be careful !  

PLM, le trio français toujours gagnant

Sans surprise, Paris Lyon et Marseille sont les trois villes où vous trouverez le plus d’opportunités d’emploi dans l'Hexagone. Jusque là, rien de nouveau. En revanche, force est de constater que la première ville française, n’occupe que le 62e rang du classement de Movinga. Donc loin des premières places mondiales. Lyon, Marseille Nice, Bordeaux et Lille se tiennent ensuite dans un mouchoir de poche. « Avec sept villes françaises dans le top 100 des meilleurs lieux de travail, la France est sans aucun doute une destination de choix pour les talents internationaux à la recherche d’opportunités de carrière passionnantes et d’une qualité de vie élevée », souligne Finn Age Hänsel, directeur général de Movinga.

La France se voit gratifiée d’un bon point en matière d’équilibre vie pro – vie perso. « Et ce, grâce à de nouvelles lois donnant aux salariés le droit de se déconnecter du travail pendant leur temps libre, en plus d’une moyenne de 30 jours de vacances payés par an », commente-t-il.

Paris obtient une excellente note (9,21/10) en matière d’accueil de nouvelles start-up. Ce qui, en France, en fait de loin, the place to be pour ce type d’entrepreneuriat. Et les jobs afférents qui en découlent. C’est également à Paris, qu’une fois payés vos impôts et vos cotisations sociales, il vous reste le plus d’argent pour vivre. En revanche, toutes les villes françaises brillent par leur incapacité à offrir des carrières attractives de haut vol aux femmes. Toutes les métropoles françaises classées obtiennent un bien mauvais score : 1,75/10. La honte !

Mesdames, direction l’Europe du Nord 

Qu’il s’agisse de l’écart salarial entre les femmes et les hommes, de la liberté d’agir des femmes et de leur possibilité d’accéder à des postes à fortes responsabilités, l’Europe du Nord est, sans conteste, la zone la plus « women friendly ». Avec un excellent 10, Helsinski (Finlande) ne fait pas de distinction entre l’avancement des femmes et des hommes. Oslo (9,5/10) lui emboîte le pas, talonné par Stockholm (Suède). Sur le sujet, Dubaï tire également son épingle du jeu (9,25/10) mais retombe dans les profondeurs du classement (93e/100) à cause de deux zéros sur les droits des femmes dans la société et l’égalité salariale. Des femmes promues certes, mais payées des clopinettes.

Pour les jeunes, c’est l’appel du large

Dubaï, Singapour mais aussi Munich, Prague et Amsterdam, font les yeux doux à la jeunesse. Ces 5 métropoles affichent toutes un excellent taux d’emploi des jeunes de moins de 24 ans (plus de 8,5/10). Movinga corrèle en partie cette dynamique au taux de nouvelles start up enregistrées sur place mais aussi au développement du secteur tertiaire local. Notamment à Prague. A Paris, cette équation ne semble pas fonctionner. La capitale a beau être la start-up nation par excellence, le score en matière d’emplois des jeunes dépasse à peine la moyenne : 5,16/10. Qui a dit que la génération Z ne jurait que par les start-up ? Ou inversement.

 

(1) Les 100 villes du monde les plus attractives professionnellement. Classement Movinga Novembre 2018. Méthodologie très détaillée sur la page.

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte