1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Le top 10 des incivilités au bureau

Le top 10 des incivilités au bureau

le-top-10-des-incivilites-au-bureau-

Elodie Buzaud

13/06/2014

Entre les collègues qui ne disent ni « bonjour » ni « au revoir », ceux qui envoient des textos pendant les réunions et ceux qui papotent alors que vous essayez de travailler… les incivilités au bureau ne manquent pas. Ça, on le savait déjà. Ce qu’on ignorait, c’est à quel point elles sont mal vécues par les salariés. Une étude nous le révèle.

Non seulement, 42 % des salariés français se déclarent exposés aux incivilités au bureau, mais en plus, un tiers disent en souffrir. Un chiffre qui cache un phénomène beaucoup plus important à croire l’étude* publiée le 11 juin 2014 par le cabinet Eléas. En réalité, les trois quarts des salariés ont déjà souffert de symptômes affectant leur santé (stress, anxiété, trouble du sommeil, etc.) et leur productivité (difficulté de concentration).

Les ‘‘malpolis’’ en première ligne

Sans surprise, les collègues qui ne disent ni ‘‘bonjour’’ ni ‘‘au revoir’’ arrivent en troisième position sur le podium des comportements les plus mal acceptés. Ceux qui passent des coups de fils personnels dans l’open-space ou se racontent les derniers ragots à haute voix... bref, ces salariés qui vous dérangent en faisant du bruit, occupent la deuxième place du classement. Et juste derrière, arrivent les champions des malotrus, les rois de l’incivilité : ces collègues qui laissent les salles de réunions en chantier, ne nettoient pas le micro-onde de la cafétéria… ou pire. (Retrouvez ci-dessous la liste des comportements jugés impolis par les salariés en interne).

Top 10 des comportements de collègues perçus comme des incivilités par les salariés

1

Les collègues qui laissent les espaces communs sales et en désordre

2

Ceux qui gênent votre concentration par des bruits

3

Ceux qui ne disent pas « bonjour » ou « au revoir »

4

Ceux qui coupent ou accaparent la parole

5

Ceux qui arrivent en retard sans s’excuser

6

Les collègues qui négligent les outils de travail communs

7

Ceux qui utilisent leur téléphone portable en réunion

8

Ceux qui sentent mauvais

9

Ceux qui fument ou vapotent dans les locaux

10

Ceux qui manifestent leur ennui en réunion

 

Pourquoi ça énerve ?

Souvent pris à la légère, le sujet préoccupe pourtant beaucoup les salariés. 83 % en ont déjà parlé autour d’eux, surtout à leur famille ou à leurs proches. « Derrière l’incivilité au travail, il y a la question : suis-je pris en compte ? Suis-je interchangeable ? Est-ce que j’existe ? Et il y a surtout la question de la reconnaissance dans l’entreprise », explique Xavier Alas Luquetas, dirigeant et fondateur d’ Eléas.

Les nouvelles technologies mises en causes

Si le phénomène tracasse, c’est aussi parce qu’il est en augmentation, d’après 46 % des sondés. En cause : les nouvelles technologies. « Notre société est en phase d’apprentissage avec ces outils intrusifs, commente le spécialiste, les entreprises doivent s’emparer de ce sujet. Chez les ingénieurs avec qui nous avons travaillé par exemple, la première problématique d’incivilité, c’était les mails. Soit le manager qui envoie un mail tard le soir, soit celui qui envoie un mail à son voisin de bureau au lieu de lui parler directement. Nous avons mis en place une journée sans mail pour renouer le lien ». Et de citer un dernier exemple : « Nous avons également travaillé pour des personnes qui avaient leurs propres bureaux et se sont un jour retrouvées en open space. Elles avaient gardé pour habitude de parler à voix haute au téléphone, une situation insupportable pour les autres salariés. On a donc aménagé de petits espaces pour les conversations privées. » Encore faut-il que les entreprises prennent de telles initiatives contre les incivilités. Pour l'heure, seul un tiers d'entre elles s'y attèlent.

*Méthodologie : étude réalisée par l’institut de sondage Ginger auprès d’un échantillon représentatif de la population salariée française de 1 008 salariés français métropolitains âgés de 16 ans et plus interrogés via un questionnaire en ligne entre le 20 février et le 6 mars 2014.

Elodie Buzaud © Cadremploi

8

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

mdupuis

27/06/2015

à 13:53

que la personne soit mal lunée comme vous dites, c'est possible mais ce n'est en aucun cas la faute de ses collègues de travail et dire bonjour le matin lorsque l'on embauche et au revoir le soir lorsque l'on part fait partie de l'éducation mais il faut croire que celà se perd et la raison en est effectivement due aux mails en grande partie car les gens ont perdu l'habitude de dialoguer et donc de se rapprocher

> Répondre

Yves François

11/11/2014

à 11:42

A Isabel55555 : chez les autres collaborateurs aussi il y a beaucoup de choses à changer. Dire bonjour et au revoir n'a rien d'étranger aux coutumes françaises, même dans l'ascenseur. Certaines personnes sont mal lunées, c'est tout. Mais des gens mal lunés il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Il y en a partout.

> Répondre

le libéral

24/06/2014

à 22:03

réponse à robillard05 :
Avec un bon avocat, vous pouvez aisément montrer que cet état de fait avait provoqué
cette dispute.
Vous pouvez porter plainte pour incivilités et harcèlement passif.
Le fait que personne n'intervienne montre qu'il y avait entente tacite sur sur ce que vous avez subi.
C'est une collusion discriminative.
Vous pouvez même saisir la Halde.

> Répondre

le libéral

22/06/2014

à 16:32

Vécu : ceux et celles qui boivent à la bouteille en faisant glou-glou derrière votre tête pendant que vous êtes à l'ordinateur !
Ceux et celles qui laissent les tiroirs ( métalliques ) du bureau ouverts ( et que vous prenez dans les genoux ).
Ceux et celles qui téléphonent à leur famille en criant ... si,si !
Les mêmes qui vous font des réflexions ironiques sur votre embonpoint, votre calvitie.
Et cela, dans un hôpital ...

> Répondre

veronique arnica

22/06/2014

à 14:42

Imperatil bâtir une chartre avec les employés le lieux de travail n est pas Une jungle incivile , commérages, retards non justifies sont sanctionnes. Je vois plus haut la phrase mieux vaut un méchant chef que de vilains collègues du n importe quoi ! Cette phrase est d une bêtise ! Ce n est pas Avec de la méchanceté que l on dirige une equipe des valeurs humaines doivent etre essentielles, il ne faut pas oublier QU un résultat est a atteindre, on l atteint ! Souvent. Le dépassons et tout cela. Dans une bonne ambiance agréable, courtoise avec un manager qui encourage vous tire vers le haut, par contre. Pas méchant mais fermsi il y a dérapage Des relations authentiques et vraies. Ça existe ! Des tyrans en management nous n en voulons plus ! La méchanceté n entraine que la méchanceté !

> Répondre

robillard05

17/06/2014

à 08:32

Grace à ce système d’incivilité, on permet aussi à la hiérarchie de provoquer des licenciements, avec la complicité de ces collègues-là.
J’ai subi, le ¾ de ces incivilités, et un matin, j’ai craqué, en allant dire à des collègues à la machine à café, que le bruit de leur conversation à haute voix me gênait pour travailler.
Sans est suivi, une dispute, et c’est moi, qui est été victime de ce licenciement pour « motif personnel », au bout de 27 ans de bons et loyaux services.
J’ai plus de 50 ans, et je n’ai pas retrouvé d’emploi.
Tout le monde était informé, le CE le CHSCT la médecine du travail, et personne n’est intervenu pour moi. Et pourtant, j’étais reconnu comme une des meilleurs professionnelle du service.
Il ne faut pas qu’en parler, il faut agir sérieusement, car ces pratiques ne sont pas innocentes.
Voilà mon histoire.

> Répondre

RB

16/06/2014

à 14:51

Il y a aussi, dans le contexte actuel de pression continue pour faire au plus vite (et pas forcément au mieux !), les personnes qui font autre chose. Les personnes qui travaillent pour elles sans penser à l'entreprise qui les paie. En plus, ce sont ces personnes qui se plaignent de ne pas être suffisamment récompensées. Ce sont elles qui tirent notre pays vers le bas, ces personnes protégées par le système. A moins que ce ne soient nous, les travailleurs silencieux qui n'aient pas compris !

> Répondre

isabel55555

14/06/2014

à 23:35

Je dois que les entreprises en France ont des collaborateurs presque sauvages.

j'ai travailler dans des grands groupes Français, et ils me voyaient comme une étrangère car je disais bonjour et au revoir, mon bureau était toujours clean. Lorsque je travaillais en France j'ai pu constater l'absence de respect des autres, même dans l'ascenseur pas un sourire, pas un bonjour ou un hochement de tête rien que des personnes ignares hypnotisés par leurs Smartphones. et le pire dans tout cela c'est qu'ils ne sont pas efficaces ni productifs... décidément il y'a beaucoup de choses à changer chez les collaborateurs Français !

> Répondre

+