1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Les 10 comportements de manager qui poussent à la démission

Les 10 comportements de manager qui poussent à la démission

les-10-comportements-de-manager-qui-poussent-a-la-demission

Mathilde Hodouin

20/07/2017

Usurpation du travail d’autrui, absence de confiance ou de reconnaissance, plannings surchargés… Rien de tel qu’un mauvais chef pour gâcher la vie des salariés. Une étude américaine liste les comportements managériaux qui les font démissionner.

Un mauvais manager peut vite devenir le cauchemar de son équipe. 44 % des Américains assurent avoir quitté un poste à cause de leur chef, d’après une étude* récente réalisée par le site Bamboohr, solutions logicielles pour les RH. Parmi ces démissions, 37 % sont dues au style de management de leur N+1.

 

Les salariés plus âgés sont moins tolérants

Dans l’infographie tirée de l’étude et intitulée les 10 comportements inacceptables des managers, on y apprend que la palme du plus mauvais manager revient à celui qui s’approprie le mérite du travail de son équipe. C’est la raison la plus invoquée par les salariés qui ont démissionné à cause de leur chef.

Plus les salariés sont âgés, moins ils supportent de laisser leur chef usurper leurs efforts. Si 57 % des 18-29 ans ne supportent pas cette pratique, ce chiffre monte à 61 % pour les salariés de 30 à 34 ans et 75 % pour les 45 à 59 ans.

 

Les autres managers sont plus conciliants

L’âge n’est pas la seule variable qui détermine le degré de tolérance des salariés aux comportements inappropriés de leurs managers. Un salarié lui-même manager à un échelon hiérarchique inférieur se montrera en général plus compréhensif, que ce soit avec un chef qui s’approprie le travail des autres, qui ne semble pas faire confiance ou ne pas se soucier que ses collaborateurs soient surchargés.

 

Top 10 des pratiques managériales qui causent la démission

1. S’approprier le mérite du travail fait par l’équipe

2. Ne pas faire confiance ou ne pas valoriser les membres de son équipe

3. Ne pas se soucier d’une trop grande charge de travail

4. Ne pas soutenir les demandes d’augmentation des membres de son équipe

5. Embaucher ou promouvoir les mauvaises personnes

6. Ne pas soutenir un collaborateur en cas de désaccord avec un client

7. Ne pas donner d’objectifs ou de missions claires

8. Surveiller sans cesse ses subordonnés, sans leur laisser d’autonomie

9. Souligner davantage les faiblesses que les forces d’un collaborateur

10. Ne pas exprimer clairement ses attentes

 

*Étude réalisée en ligne en mars 2017 auprès de 1 029 salariés américains âgés de 18 ans et plus. Tous les sondés étaient en poste aux États-Unis au moment de l’enquête. Les auteurs ont listé 24 comportements courants de managers, et demandé aux sondés s’ils trouvaient ces attitudes acceptables ou inacceptables. 

32

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Malobuck

25/08/2017

à 12:01

Magnifique ! Mon ancien directeur score 9/10 !! J'ai en effet demisionné après 4 ans.....

> Répondre

Marcelle

30/07/2017

à 11:12

Tout à fait exact ! C'est pour toutes ces raisons que j'ai décidé de mettre un terme .
Plus jamais ça ! J'ettouffais ......

> Répondre

Reyko

27/07/2017

à 11:45

Je rebondis sur le mensonge : il est de plus en fréquent de voir des managers (souvent n+1 mais les autres strates ne sont pas épargnées) naviguer allègrement entre faux-semblants et demi-vérités. Il est tellement gratifiant (d'aucuns diraient jubilatoire) d'être responsable de quelque chose que certains sont prêts à accepter le prestige du poste en occultant (du moins au début) le poids de cette responsabilité. Et quand bien même ils feraient preuve d'une réelle sincérité, ils sont ensuite contraints de trahir leurs propres convictions, d'arranger la réalité et finalement de dire des mensonges.

> Répondre

Zoubir

26/07/2017

à 09:47

Toute à fait d'accord. Je rajoute un point, à mon avis essentiel, qui est la centralisation du pouvoir.
Ne pas donner aux collaborateurs l'opportunité d'exprimer leur savoir faire et se prendre pour le chef qui sait tout et qui connait tout.

> Répondre

En réponse à Zoubir

Nico

27/07/2017

à 12:09

J'ai démissionné de mon poste de chargé d'affaire pour la 1ère cause de démission... et les 9 autres aussi ...

> Répondre

En réponse à Zoubir

Thing like à free men

27/07/2017

à 11:09

EXCELLENT :)

> Répondre

En réponse à Zoubir

Bernie

26/07/2017

à 20:22

Pour moi le meilleur pouvoir c'est celui qui n'a pas besoin de s'exercer.
A ne pas confondre avec la "centralisation" des décisions, laquelle peut d'ailleurs être de décider de suivre le choix ou la perception d'autrui.
Directeur, j'ai toujours considéré que c'était à moi de rendre compte à mes collaborateurs.trices des conditions de leur épanouissement pro et perso, que le contraire. Pour les tâches elle-même (coût, délai, finalités, qualités, etc.) on en parle et on s'entend (dans tous les sens).

> Répondre

En réponse à Zoubir

philippe leroux

26/07/2017

à 19:34

exercice solitaire du pouvoir ou du moins le croient ils, puisque certains n'arrivent pas à intégrer le fait qu'une réussite individuelle est illusoire sans la vivacité intellectuelle et physique d'une équipe. Syndrome de la carte de visite en anglais ou se télescopent des termes ronflants, qui isolent le manager dans un petit délire personnel. Moins de strates verticales pour aller vers un management horizontal
beaucoup plus enrichissant à titre personnel, et beaucoup moins anxiogène pour les collaborateurs.

> Répondre

En réponse à Zoubir

Bernie

26/07/2017

à 18:39

Pour moi le meilleur pouvoir c'est celui qui n'a pas besoin de s'exercer.
A ne pas confondre avec la "centralisation" des décisions, laquelle peut d'ailleurs être de décider de suivre le choix ou la perception d'autrui.
Directeur, j'ai toujours considéré que c'était à moi de rendre compte à mes collaborateurs.trices des conditions de leur épanouissement pro et perso, que le contraire. Pour les tâches elle-même (coût, délai, finalités, qualités, etc.) on en parle et on s'entend (dans tous les sens).

> Répondre

En réponse à Zoubir

Bernie

26/07/2017

à 17:39

Pour moi le meilleur pouvoir c'est celui qui n'a pas besoin de s'exercer.
A ne pas confondre avec la "centralisation" des décisions, laquelle peut d'ailleurs être de décider de suivre le choix ou la perception d'autrui.
Directeur, j'ai toujours considéré que c'était à moi de rendre compte à mes collaborateurs.trices des conditions de leur épanouissement pro et perso, que le contraire. Pour les tâches elle-même (coût, délai, finalités, qualités, etc.) on en parle et on s'entend (dans tous les sens).

> Répondre

En réponse à Zoubir

Bernie

26/07/2017

à 16:59

Pour moi le meilleur pouvoir c'est celui qui n'a pas besoin de s'exercer.
A ne pas confondre avec la "centralisation" des décisions, laquelle peut d'ailleurs être de décider de suivre le choix ou la perception d'autrui.
Directeur, j'ai toujours considéré que c'était à moi de rendre compte à mes collaborateurs.trices des conditions de leur épanouissement pro et perso, que le contraire. Pour les tâches elle-même (coût, délai, finalités, qualités, etc.) on en parle et on s'entend (dans tous les sens).

> Répondre

Bernie

26/07/2017

à 05:11

Tout ce qui est dit est vrai mais n'est pas une fatalité. C'est surtout un principe de qualité humaine envers ses homologues. Mais c'est aussi la culture liée au travail et les nouveaux chefs d'entreprise, immergés dans les problématiques sociales actuelles depuis leur adolescence, démontrent très souvent une autre conception du travail et de son management, très proche de celle-ci :
https://www.linkedin.com/pulse/conscience-de-soi-et-management-fanny-escande
Personnellement c'était ma conception du management et la posture à laquelle j'étais attentif avec ma petite équipe qui allait de 55 à 23 ans, chacun et chacune avec ses attentes et son vécu à respecter et intégrer.

> Répondre

Bernie

25/07/2017

à 21:17

Tout ce qui est dit est vrai mais n'est pas une fatalité. C'est surtout un principe de qualité humaine envers ses homologues. Mais c'est aussi la culture liée au travail et les nouveaux chefs d'entreprise, immergés dans les problématiques sociales actuelles depuis leur adolescence, démontrent très souvent une autre conception du travail et de son management, très proche de celle-ci :
https://www.linkedin.com/pulse/conscience-de-soi-et-management-fanny-escande
Personnellement c'était ma conception du management et la posture à laquelle j'étais attentif avec ma petite équipe qui allait de 55 à 23 ans, chacun et chacune avec ses attentes et son vécu à respecter et intégrer.

> Répondre

Sativo

25/07/2017

à 20:29

Les gens les plus incompetents que j'ai connu au travail etaient tous managers, les plus competents l'etaient aussi certe, mais la n'est pas le propos.

Le "pouvoir" peut monter a la tete d'un chef c'est la nature humaine, on est pas tous capable de retenir ses pulsions....

> Répondre

rez

25/07/2017

à 19:12

en France le management est TRES mauvais !! les managers veulent comme le dit l'article s'approprier le travail de l'équipe ou demander trop même jusqu'à l'impossible.. une inconscience !...

> Répondre

Le_pompiste

25/07/2017

à 18:57

Je me demande combien de critère Macron a coché dans cette liste ?

> Répondre

Sativo

25/07/2017

à 18:30

Les gens les plus incompetents que j'ai connu au travail etaient tous managers, les plus competents l'etaient aussi certe, mais la n'est pas le propos.

Le "pouvoir" peut monter a la tete d'un chef c'est la nature humaine, on est pas tous capable de retenir ses pulsions....

> Répondre

FL6-31

25/07/2017

à 17:40

Bonjour, à tous .

Nous sommes actuellement dans un monde du travail plutôt très permissif, dans lequel les petits chefs ou leaders soit disant auto -proclamé par leur diplôme, ou leur saut d'entreprises à entreprises, ou fils du créateur d'entreprise récemment décédé suite à une très court maladie manquant de confiance, s'imaginent détenir la science infuse, sont bien trop arrogants et impétueux essentiellement en interne. Devant le client, c'est un autre affaire !!! Sur des projets avec conflit et refus de paiement de situation de la part du maitre d'ouvrage, il n'y a plus personne!!! Sauf le pauvre conducteur de travaux, qui a repris les chantiers non achevés après la démission de son prédécesseur, pourquoi ?? On se le demande, la démission, bien sur !!

Laissez les passer devant vous sur un chantier, plus besoin d'une pelle mécanique pour faire les tranchées, vous pouvez directement poser les canalisations, après leur passage.

Que cela ne tienne,

Un mot plus haut que l'autre, c'est un conflit d’intérêt de destitution du pouvoir? On ne peux faire passer un message au petit chef , renvoyé direct dans ces 22. tu marches , ou ... ( je vous laisse compléter !!!).

Dans la démarche de pratiques managériales , n’oublions pas certains bureaux de recrutement qui font des offres inexistantes, pour faire une CV-thèque au cas où,, les sociétés de conseils en ingénierie qui consultent , n'ayant pas de poste à pouvoir, des dossiers interminables, et on nous dis pas tout.

Bref, les 10 points des pratiques managériales qui causent la démission , ( ou RUPTURE CONVENTIONNELLE, plus simple pas de commentaires pour l'entreprise) abordés dans cet article, reflète une malheureuse réalité certaine.

Entre les menteurs et les voleurs, quel sera la première personne que vous n’appréciez pas? ( Surtout quand on vous impose de mentir, par écrit).

Malheureusement, le respect vertical et transversal, la reconnaissance des compétences, la communication positive interne entreprise, la relation client /entreprise sont très loin des valeurs qui étaient enseignées et appréciées durant les deux dernières décennies.

Je m'exprime, désolé de la longueur de mon commentaire, j'ai un peu de temps.

Je me pose la question d'écrire un mémoire similaire , sur les conditions de recherche d'emploi, les conditions de recrutement, les pratiques managériales de sociétés , dans le mème esprit au livre de Jean François Amadieu DRH : LE LIVRE NOIR, c'est une publicité malheureuse d'un recueil de 2013,

Bien cordialement à vous tous

> Répondre

Jack

25/07/2017

à 13:49

Les managers Français sont malheureusement parmi les pires..,mais ils entrent parfaitement dans la case décrite ci-dessus...tout ça pour essayer de masquer l'incompétence

> Répondre

Telbor05

25/07/2017

à 13:27

Il me semble qu'une attitude a été oubliée.
le non respect de la parole donnée et des engagements pris.
Comment continuer a travailler avec un manager qui n a pas de parole. Seule solution la démission . Mais aujourd'hui le mensonge semble être une facon de diriger et n état d 'esprit, alors prudence.

> Répondre

Derf36

25/07/2017

à 13:06

Tout à fait le management opéré chez Grand Frais ..... quand en plus ces comportements s'ajoutent à l'incompétence...

> Répondre

Bago Patou

25/07/2017

à 12:07

A ne pas faire :
- verser les salaires au 5 ou 6 du mois suivant, en donnant des justifications incroyables (calcul d'heures supplémentaires, informatique en berne...)
- prendre TOUS ses collaborateurs pour des sots, certains sont capable de réfléchir, ou de s'apercevoir quand on leur ment !
- obliger ses collaborateurs à mentir, aux clients, à l'administration, aux actionnaires.
En plus de la liste ci dessus, ces erreurs sont celles d'un seul dirigeant de start up .
Résultats: turn over catastrophique, non ponctualité, ambiance de cimetière et démotivation de tous.

> Répondre

En réponse à Bago Patou

Suze

25/07/2017

à 13:50

Il faut arrêter de mettre des étiquettes ou des stereos types aux seniors.
Il y a des bons et des mauvais comportements à tout âge.

> Répondre

arc en ciel

25/07/2017

à 12:05

J ajouterai le sexisme,

> Répondre

firenze

25/07/2017

à 11:59

Ceci est vrai. malheureusement les mauvais managers sont rarement sanctionnés contrairement à leurs troupe. J'ai vécu un manager dont toute l'équipe s'était plainte de son comportement abusif à la DRY, la hiérarchie et les syndicats. Rien a bougé. Les subordonnées ont tous quitté l'entreprise sauf un qui s'est fait muté. Lui est resté- on lui a octroyé peu de temps après un autre poste de management. C'est une honte !!!

> Répondre

En réponse à firenze

jhgk

25/07/2017

à 17:02

C'est peut-être justement pour ça que ce manager a été nommé à ce poste, pour faire "démissionner" tout le groupe...

> Répondre

Jasmine

25/07/2017

à 01:18

un manque de confiance chez le directeur engendre un comportement tyrannique chez ce dernier dans le but de se rassurer sur sa personne et ses compétences.

> Répondre

En réponse à Jasmine

pascal

25/07/2017

à 11:53

je dsuis tout a fait daccord sur cette analyse

> Répondre

MALDIDIER

24/07/2017

à 17:12

Rien de bien nouveau, si ce n'est que ces comportements font l'objet d'un harcèlement institutionnel.
Ce syndiquer, Pasteur l'aurait peut-être dit, c'est se vacciner contre cette attenteinte a la santé mentale. A bon entendeur salut. Patrick M

> Répondre

Tcitron

24/07/2017

à 11:23

J'ajouterais les injonctions contradictoires qui minent au quotidien.

> Répondre

Laurent M

23/07/2017

à 01:55

Réalité
7. Ne pas donner d’objectifs ou de missions claires
C'est un point clé essentiel

Laurent M

> Répondre

En réponse à Laurent M

Leon N

23/07/2017

à 10:42

on peut faire pire: Court circuiter le responsable hierarchique et donner des ordres directs à son équipe. Tout en développant l'argumentaire, je suis le directeur et c'est moi qui décide. C'est le pire que j'ai vécu.

> Répondre

+