Les 33 critères qui font un leader inspirant

Quentin Velluet

INSPIRATION – Encadrer c’est bien, inspirer son équipe c’est mieux. En 2017, un cabinet de conseil américain a réalisé une enquête pour lister les points communs entre les chefs inspirants. 33 critères qui n'ont pas pris une ride et que Cadremploi a résumé en une infographie. Une source d'inspiration pour les dirigeants, en entreprise mais aussi dans les associations et même les organisations politiques, pour devenir un leader qui inspire… plutôt qu’un leader qui encadre.
Les 33 critères qui font un leader inspirant

Avez-vous déjà remarqué ces collègues qui vous rendent meilleur et vous donne envie d’avancer ? C’est ce qu’on appelle des leaders inspirants. Certains le sont sans chercher à l’être, mais la bonne nouvelle c’est que cette posture s’acquiert. Une étude du cabinet de conseil en management Bain & Company publiée en 2017 a cherché à savoir de quoi sont faites ces personnes qui nous inspirent. Un questionnement utile quand on sait qu’un salarié inspiré est deux fois plus productif qu’un salarié seulement satisfait (*Étude Bain & Company et Economist Intelligence Unit, 201).

Les 33 qualités de leader inspirant regroupées en 4 familles

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Source : Bain & Company

Infographie des 33 qualités qui font un leader inspirant. Source : Bain & Company

1- Développer ses propres compétences (8 qualités)

  • Tolérance au stress
  • Conscience émotionnelle
  • Flexibilité
  • Indépendance
  • Expression émotionnelle
  • Respect de soi
  • Réalisation de soi
  • Optimisme

2- Nouer des liens (8 qualités)

  • Energie
  • Ecoute
  • Expression
  • Humilité
  • Empathie
  • Développement
  • Assertivité
  • Communauté

3- Donner le ton (8 qualités)

  • Vision globale
  • Tolérance
  • Altruisme
  • Ambition partagée
  • Ouverture
  • Responsabilité
  • Reconnaissance
  • Equilibre

4- Mener une équipe (8 qualités

  • Vision
  • Responsabilisation
  • Co-création
  • Concentration
  • Direction
  • Harmonie
  • Générosité
  • Soutien

5- Se recentrer (1 qualité)

L’inspiration, une question de subjectivité

Rassurez-vous, pas besoin de posséder les 33 qualités pour être un leader inspirant. C’est même beaucoup plus accessible que ça.

Avec seulement deux de ces qualités, vous avez 67 % de chances d’être considéré comme quelqu’un d’inspirant. Si vous en avez quatre, les chances passent à 90 %.

C’est ce que les chercheurs de Bain & Company ont pu observer grâce aux 10 000 témoignages qu’ils ont collectés pendant trois ans.

Il faut en revanche les incarner pleinement. Et pour qu’elles soient jugées comme vos forces distinctives, ces qualités doivent être constatées par au moins 90 % de votre entourage professionnel.

Autre conclusion de cette enquête : aucune combinaison de qualités n’est meilleure qu’une autre. Ainsi, il n’y a non pas une, mais bien des milliers de façons d’inspirer les autres en travaillant à leurs côtés.

Une méthode pour devenir inspirant

Si vous voulez travailler sur vous, et ainsi adopter un management inspirant, il faut avoir en tête que la clé réside dans l’authenticité. Vouloir éliminer ses défauts est une perte de temps. Selon l’étude, il est plus pertinent d’identifier ses qualités naturelles et de les développer. Être tolérant au stress, serviable, humble, empathique ou encore ouvert d’esprit, sont quelques exemples de ces soft skills susceptibles d’augmenter les chances d’inspirer son entourage. Le tout est d’imprimer sa patte, de trouver un style de leadership qui ne trahisse pas ses valeurs.

 

Savoir se recentrer, un levier pour accéder aux autres atouts

Il semblerait qu’une compétence soit plus majoritairement inspirante et davantage convoitée par les salariés : la « centeredness » ou recentrage en mauvais français. Inspirée du concept bouddhiste de pleine conscience, le recentrage serait le levier permettant d’accéder plus facilement aux autres atouts inspirants. Être pleinement conscient, c’est être capable de détecter et de mettre des mots sur les émotions ressenties pour plus facilement les gérer. Cet état s’exprime sous une forme de sérénité, une capacité de prise de recul et une absence de stress permise par des exercices de respiration dont l’objectif est de réguler la fréquence cardiaque, maîtresse, selon la médecine asiatique, de nos émotions et du fonctionnement même du cerveau. Selon l’étude de Bain & Company « le recentrage améliore la capacité à rester attentif, faire face au stress, écouter et comprendre plus profondément les autres ».

Cela pourrait vous intéresser :

*Étude Bain & Company et Economist Intelligence Unit, 2015.

Article initialement paru le 1er juin 2017. Mis à jour le 25 avril 2022.

Quentin Velluet
Quentin Velluet

Vous aimerez aussi :