1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Lieux de travail, lieux de résidence : ces 50 villes qui attirent de plus en plus de cadres

Lieux de travail, lieux de résidence : ces 50 villes qui attirent de plus en plus de cadres

lieux-de-travail-lieux-de-residence--ces-50-villes-qui-attirent-de-plus-en-plus-de-cadres-

Sylvia Di Pasquale

09/05/2019

[Palmarès inédits] Saint-Denis, Villeurbanne, Montreuil… A partir de données Insee, Cadremploi révèle les 50 villes les plus dynamiques pour les cadres et professions intellectuelles sous 2 angles différents. Côté emploi, celles où ils travaillent de plus en plus nombreux. Et côté logement, celles où ils résident de plus en plus. Ces deux palmarès pourraient orienter les cadres qui cherchent à bouger vers les villes qui se « cadratisent » en choisissant le critère des emplois, ou celui du cadre de vie.

1) Top 50 des villes où travaillent de plus en plus de cadres

Saint Denis, Villeurbanne et Montreuil forment le trio de têtes des villes qui se « cadratisent » en termes d’emplois, c’est-à-dire celles dont le nombre d’emplois cadre et plus globalement de professions intellectuelles supérieures, a le plus augmenté selon les dernières données Insee disponibles*.

Attention, ce ne sont pas les villes où travaillent le plus les cadres (Paris serait largement en tête) mais celles dont la progression est la plus forte.

Découvrez ici le palmarès des villes les plus dynamiques pour l'emploi des cadres

 

Ce palmarès montre sans surprise que les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’installer aux abords des métropoles : les loyers plus bas leur permettent de s’offrir des bureaux plus spacieux et des fiscalités incitatives achèvent de les convaincre. Autant d’arguments qui ont fini par les attirer avec leurs cohortes de cadres.

Sans surprise, toutes les grandes métropoles françaises ont vu leur part de cadres évoluer entre 2010 et 2015* et sont donc toutes présentes dans ce palmarès. En plus d’une concentration de l’emploi dans les grandes villes, ce palmarès confirme une réelle scission entre le marché de l’emploi en Ile de France et en région.

 

Le cas emblématique de Saint-Denis (93)

Ainsi les emplois cadres à Saint-Denis (93) ont progressé de 4,2 points en 5 ans*. Dans cette ville, la concentration de cadres y est largement supérieure à la moyenne de l’Ile-de-France (20,2%) puisqu’ils représentent 38 % des emplois dyonisiens. Cela s’explique par le déménagement de nombreuses entreprises parisiennes vers Saint-Denis, fruit du travail de la municipalité qui est allée chercher « avec les dents » (dixit son Maire) les entreprises dans la foulée de l’inauguration du Stade de France sur la Plaine en janvier 1998.

Grâce à cette évangélisation, une reconversion spectaculaire de la ville s’est opérée au cours des années suivantes, aidée par la construction de deux gares RER et l’émergence d’un nouveau quartier tertiaire mêlant des bureaux et des commerces. Mais quid des problèmes de délinquance qui collent à la réputation de cette ville et empêcheraient les cadres d’y travailler en toute sérénité ? Ils seraient en grande partie réglés grâce à la participation des entreprises locales qui ont financé le programme de « gilets rouges » destinés à veiller sur la sécurité des habitants. Depuis, le solde de cadres a progressé avec l’arrivée de nouvelles entreprises, séduites par l’immobilier moins onéreux qu’à la Défense (Hauts-de-Seine), conjuguée par une desserte de transports tout aussi performante. Néanmoins, il se pourrait que les prochains chiffres de l’Insee plombent le dynamisme de Saint-Denis en raison du départ de certaines de ses grosses entreprises emblématiques (SFR arrivé en 2013 est reparti en 2017 et Canal + a transféré son centre d’appels vers Rennes en 2018).

La « cadratisation » des entreprises

Plus globalement, cette croissance des emplois qualifiés dans ces villes s’expliquent aussi par deux tendances :  la démocratisation du statut cadre. En 20 ans, la France est passée de 2 à 3 millions de cadres salariés, car les entreprises l’accordent plus facilement, même à des experts dans leur domaine mais qui ne managent pas. Une hausse des cols blancs également liée à l’augmentation des besoins en professions qualifiées pour assurer leurs mutations digitales ou environnementales.

 

 

2) Top 50 des villes où habitent de plus en plus de cadres

Traverser la rue pour aller travailler, tout le monde en rêve. Mais ce n’est pas toujours facile quand les emplois ont la fâcheuse tendance à se concentrer dans des villes où le prix du mètre carré dissuade les salaires moyens. Pas les cadres et professions intellectuelles qui disposent de revenus plus confortables, et ont, en théorie davantage le choix d’habiter où bon leur semble sans être limité par des prix élevés de l’immobilier.

 Les cadres habitent rarement là où ils travaillent

6 villes figurent à la fois dans nos deux Top 10. Ce sont celles (en gras ci-dessous) où les cadres travaillent mais aussi où ils ont choisi d’habiter. Ainsi, Villeurbanne, Boulogne, Montreuil, Lille, Courbevoie et Lyon réussissent à augmenter leurs h      habitants CSP+ pour ces deux raisons. Des villes qui, du coup, gagnent sur les deux tableaux fiscaux : celui des impôts locaux auquels snt soumis les citoyens comme leurs entreprises.

Top 10 des villes où habitent de plus en plus de cadres

  1. Roissy-en-France
  2. Villeurbanne
  3. Boulogne
  4. Issy-les-Moulineaux
  5. Nantes
  6. Montreuil
  7. Lille
  8. Courbevoie
  9. Lyon
  10. Bordeaux

Un palmarès plutôt curieux. Car si nombre de communes de ce top 10 disposent d’une qualité de vie avérée, il n’en va pas de même avec le premier de la classe, puisque à cette adresse est logée le plus bruyant des aéroports français.

A l'inverse, Saint-Denis, le gagnant du palmarès « emploi », attire des cadres pour ses jobs mais pas pour son cadre de vie : sur les 50 villes où habitent de plus en plus de cadres, la ville du 93 figure en 18e position. La part de cadres et professions intellectuelles y a augmenté de 4.2 points dans le nombre d’emplois entre 2010 et 2015 alors qu’elle n’a augmenté que de 0.9 points au sein de la population. Si les cadres y travaillent, ils ne choisissent majoritairement pas d’y vivre.

 À lire aussi sur Figaro Recruteur >> Palmarès des villes les plus attractives pour les cadres

* Source : Insee - Statistiques locales (publiées en 2018) portant sur les millésimes 2015 et 2010.

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte