Les cadres parisiens rêvent de Bordeaux, Nantes et Lyon

Publié le 01 septembre 2016 Sylvia Di Pasquale

80% des cadres parisiens rêvent de poser leurs valises loin de la Capitale. Ils sont prêts à baisser leur salaire voire à se reconvertir pour profiter d’un meilleur cadre de vie en région.
Les cadres parisiens rêvent de Bordeaux, Nantes et Lyon

Drôle de hasard. L’enquête annuelle réalisée par Cadremploi.fr sur « Les villes préférées des cadres parisiens » n’est certes pas un nième sondage sur les Présidentielles à venir. Pourtant les trois métropoles chouchous des Parisiens sont dirigées par les trois courants politiques qui pourraient se retrouver en lice pour la course à l’Elysée.

Bien sûr, lorsque 56% des 3689 cols blancs interrogés, et qui souhaitent fuir la région parisienne, citent en tête la ville d’Alain Juppé, le candidat à la primaire des Républicains ne doit pas forcément y voir un plébiscite pour sa personne. Mais plutôt un hommage à la météo clémente de  Bordeaux, la belle endormie qui ne l’est plus et qu’il gère depuis 21 ans. Puisque son principal charme, selon 63% des candidats à l’exil provincial, réside d’abord dans sa douceur de vivre, en raison de son ensoleillement et de sa proximité avec la mer.  

En deuxième position derrière Juppé et la capitale de l’Aquitaine, Lyon recueille 52% des suffrages principalement pour les opportunités d’emploi qu’elle offre. L’on n’y verra que malice et hasard en associant à ce suffrage son maire Gérard Collomb, l’un des lieutenants d’Emmanuel Macron qui pourrait lui aussi briguer l’investiture suprême.

Enfin, le PS arrive en troisième position dans ce choix d’une autre vie, puisque Nantes attire 49% des cadres parisiens cette année encore en particulier pour son dynamisme économique. Jean-Marc Ayrault, l’actuel ministre des affaires étrangères a dirigé la ville jusqu’à son entrée au gouvernement.

Si l’on ne gouverne pas un Etat comme on gère une ville, les cadres reconnaissent pourtant que ces trois métropoles leur offriraient un meilleur cadre de vie, et un équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle améliorée. Tout ce que, pour 80% des sondés, la région parisienne n’est plus susceptible de leur proposer. Un graal que les cols blancs recherchent ardemment et pour lequel ils sont prêts à faire des concessions : 54% d’entre eux accepteraient une baisse de leurs revenus, 48% seraient même prêts à se reconvertir et 45% à renoncer à travailler dans un siège social. Un plébiscite du "tout sauf Paris".

 

 

 

 

 

 

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :