1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Les femmes ne sont pas moins ambitieuses que les hommes

Les femmes ne sont pas moins ambitieuses que les hommes

les-femmes-ne-sont-pas-moins-ambitieuses-que-les-hommes

Céline Husétowski

21/09/2018

L'ambition fait l'objet d'une passionnante étude menée par un think tank féminin. Elle révèle les différences qu'entretiennent les hommes et les femmes à ce "désir ardent de réussite".

L'ambition n'est plus vue comme une soif maladive de pouvoir. C'est une "valeur positive" pour 93 % des personnes interrogées dans l'étude (1) publiée ce vendredi par le think tank "Women and ambition". Les mentalités évoluent  mais certains clichés ont la vie dure.

Une ambition égale mais des objectifs différents


Aujourd’hui, que l’on soit un homme ou une femme, on a autant d’ambition. 90 % des personnes interrogées dans l’étude pensent que leur ambition est un moteur important pour leur carrière (88 % des femmes contre 91 % des hommes).

En revanche, chaque sexe utilise l'ambition à des fins très différentes : les femmes cherchent à se réaliser (97 %), exercer un métier qu’elles aiment (96 %) et faire progresser leur carrière (92 %); tandis que les hommes s'en servent pour faire progresser leurs équipes, occuper un poste stratégique ou gagner beaucoup d’argent. Il semble que chaque sexe porte une vision stéréotypée de l’ambition. 

Pour Siham Jibril, entrepreneuse et auteure du podcast génération XX, il n’y a pas de débat de genre sur la définition de l’ambition « chacun a le droit de donner sa propre définition. On n’est pas obligé de se couler dans un moule de ce que le collectif attend. Et si un jour mon ambition est d’élever mes enfants, ce sera ma définition personnelle de l’ambition », conclut-elle.

L’ambition féminine encore taboue

Quand Brigitte Henriquesancienne footballeuse française internationale, a enfilé son costume de vice-présidente de la FFF, ça n’a pas été simple. « Au début je n’osais pas dire que j’étais ambitieuse, ça voulait dire que j’avais les dents qui rayaient le parquet. Je trouvais ça sale l’ambition », explique celle qui est désormais en charge du plan de féminisation de la FFF.

Si les femmes assument leur ambition, elles sont 77 % à trouver que c'est encore un tabou. Pour la podcasteuse Siham Jibril, « c'est parce qu'on voit encore la femme ambitieuse comme dominatrice et manipulatrice. Ce tabou est entretenu par la société et les médias qui véhiculent l’idée qu’il faut marcher sur les autres et rester tard le soir pour avoir un poste à hautes responsabilités ».

Et ce mauvais côté de l’ambition est bien présent dans l’étude. Si les femmes voient les hommes qui se disent ambitieux comme volontaires (63 %) et dynamiques (74 %), elles les voient aussi comme carriéristes (58 %), politiques (46 %), dominateurs (34 %) arrogants (22 %). A contrario, les hommes voient les femmes ambitieuses plus positivement et les définissent comme volontaires, confiantes et dynamiques.

Y aurait-il un problème de définition de l’ambition qui empêcherait les femmes de s’assumer ? Pour Siham Jibril, « il faut redéfinir l’accès aux postes à hautes responsabilités. Personne n’a envie d’être mauvais avec les autres et de rester tard le soir pour avoir ce genre de poste », explique-t-elle.

Et le constat, c’est que les femmes ne sont pas tendres avec elles-mêmes. D’après l’étude, plus de 73 % pensent qu’elles ne sont pas assez ambitieuses. Pour le général de gendarmerie Isabelle Guion de Meritens, première femme à intégrer le corps des officiers de gendarmerie, « derrière le mot ambition, il y a audace et envie. Plus on évolue dans sa carrière et plus on prend confiance en ses compétences, explique-t-elle. J’ai parfois été malmenée dans ma carrière et parfois par des hommes, mais j’ai résisté, j’ai prouvé mon savoir-faire. La solution c’est d’oser ». 

La culture de l’entreprise un frein à l’ambition des femmes

D’où vient l’ambition ? De leviers personnels, selon 60 % des personnes sondées : l’éducation, soi-même, son réseau et son partenaire.  Mais, pour développer leur ambition professionnelle, 56 % des femmes pensent qu’elles doivent développer davantage leur confiance en elle.  Pour l’ancienne joueuse de football Laura Georges et désormais secrétaire générale de la FFF, il faut surtout s’appuyer sur des modèles.  « Chacun doit pouvoir se reconnaître dans un leader qui l’inspire, ça m’a beaucoup aidé dans ma carrière », conseille-t-elle.

Concernant les freins à l’ambition, l’étude montre que 53 % des personnes interrogées pensent que l’entreprise ne développe pas assez l’ambition. 38 % des femmes déclarent que la culture d’entreprise constitue un frein à leur ambition.  Elles sont aussi 28 % contre 15 % des hommes à penser que les enfants sont un frein au développement de leur l’ambition.

Pour, Mathias Emmerich, directeur général délégué SNCF mobilités, « le problème ce sont les horaires. Quand il faut aller chercher les enfants, ce sont les femmes qui s’y collent. L’entreprise doit créer un nouvel écosystème où les semaines de 50 à 60 heures ne sont pas la condition sine qua non de la promotion. Les dirigeants doivent aussi montrer l’exemple en partant plus tôt comme ça se fait dans d’autres pays », estime-t-il.

Autre frein, mais plus personnel, les femmes semblent davantage s’autocensurer que les hommes. 29 % se méfient d’elle-même. « Parfois les femmes sont leurs pires ennemis. Les hommes se prennent moins la tête », ironise Laura Georges.

Pour réveiller l’ambition des femmes, l’association PWN conseille aux entreprises de développer des programmes de mentorat, de mieux former les manager et de revoir la culture de l’entreprise pour qu’elle soit sans biais sexués, car « L’ambition c’est un droit ». Et ce n’est pas l’association PWN ni les intervenantes qui le disent, c’est Mélanie, 17 ans U-reporter,  lycéenne, auteure, venue témoigner de son rapport sur l’ambition.

 

(1)    Etude " Ambition professionnelle, regards croisés femmes-hommes " menée par le think tank « Women and Ambition » au sein de l’association PWN Paris, de juillet à décembre 2017 sur la base d’un questionnaire en ligne. 5 363 personnes ont répondu : 4 809 femmes et 554 hommes. Publiée le 21 septembre 2018.

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

alherv

25/09/2018

à 14:38

Tout dépend de la nature de l'ambition.
Si celle-ci est tournée vers le dépassement de soi dans le but de s'améliorer et de servir le collectif, il s'agit d'une ambition noble.
Si, à l'inverse, elle vise à dominer autrui, elle est nuisible et condamnable.
Et qu'importe le sexe des "ambitieux" !

> Répondre

ChristianLéon

25/09/2018

à 08:18

.?? Et l'article ne peut dire, que c'est les femmes carriéristes qui comprennent le mieux les Absences des mères pour s'occuper de leurs enfants dès la ...conception.
Mais c'est aux hommes qu'appartient la sortie nocturne pour aller chercher un médoc en pharmacie de garde.
Sinon, ils ont un point commun ... la bagnole représentative de la clientèle, plus que du costume pour homme et tailleur pour dame.

> Répondre

Robert Louis Dreyfus

25/09/2018

à 07:35

methode coue...
Si, les femmes, dans in environnement ou ells ont le choix, voir meme des recompenses et facilities, sont moins ambicieuses que les homes, pour certains domains d'activite.

C'est faux pour certains, comme la medicine, ou les femmes dominant completement la discipline, et excellent, mais est ''statistiquement et generalement'' vrai, comme en temoigne les choix des femmes dans les pays comme la Norvege et la Suede ( a la pointe du feminisme politique, et de la positive action )

La realite, don't ces lobbies ne vuelent pas, est que l'Homme et la Femme, sont differents, et que leurs ambitions sont differentes.
Vouloir comparer oranges et pommes, ca n'a pas de sens

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte