Les jeunes se sentent incompris par l’entreprise

Publié le 09 juillet 2015 Ingrid Falquy

Les entreprises ne se sont pas adaptées à la génération Y et son besoin de liberté. Même si les jeunes expriment du respect pour leurs aînés, ils aimeraient que les seniors leur fassent plus confiance.

Les moins de 30 ans se sentent incompris. Pour plus de la moitié des jeunes qui ont répondu au sondage* Agefa PME - Opinionway, les organisations des entreprises ne sont pas adaptées à leur profil. Pourquoi ? D’abord parce qu’elles ne leur font pas assez confiance. « On est face à une population qui a besoin d’autonomie, avec un mode de fonctionnement qui ne correspond pas à une organisation "à la papa" », commente Laurent Bernelas, coordinateur de l’enquête chez Opinionway. Comprendre : une organisation rigide, rejetée par 63 % des répondants. Ils estiment notamment qu’il y a trop de hiérarchie dans les entreprises, que celles-ci ne sont pas assez innovantes ou encore que les horaires ne sont pas adaptés à leur  rythme de vie.

Une jeunesse inadaptée à l’entreprise

Les jeunes eux-mêmes se reconnaissent inadaptés à cette entreprise trop rigide. Non seulement, ils ont conscience de moins respecter la hiérarchie et les horaires, mais en plus, ils reconnaissent être moins fidèle à leur entreprise que leurs aînés (pour 74 %). Ils sont aussi moins attachés à leur métier. 80 % pensent qu’ils pourraient se reconvertir. Un positionnement lié à la précarité et au chômage (86 % des jeunes s’y estiment plus exposé), qui inspire peu confiance aux managers seniors. Pourtant, « ce n’est pas parce qu’ils ne s’imaginent pas rester toute leur vie dans la même boîte qu’ils seront moins motivés », tempère Laurent Bernelas.

Mais qui respecte ses aînés

Bien qu’ils se sentent en décalage avec la génération précédente, les Y ont du respect pour leurs aînés. Ils leur reconnaissent des qualités : pour 79 %, leur présence est un atout pour l’entreprise, notamment parce qu’ils ont de l’expérience, un réseau et un savoir-faire. Et s’ils estiment avoir l’avantage de la maîtrise des outils numériques et de l’ouverture sur le monde, ils reconnaissent aussi leurs torts. De leur propre aveu, ils sont "handicapés" à cause de leur manque d’expérience mais aussi de leur comportement rebelle, de leur sens du devoir plus faible ou de leur manque de sacrifice.

*Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 809 jeunes de moins de 30 ans inscrits à la communauté en ligne AGEFA, représentatifs de la population selon la méthodologie des quotas.

Ingrid Falquy
Ingrid Falquy

Vous aimerez aussi :