Les métiers cadres boostés par la transition énergétique

Elodie Buzaud

Selon une étude de l’Apec, certains métiers cadres sont de plus en plus recherchés par les entreprises des secteurs de l’énergie et de l’automobile pour réaliser la transition énergétique. Liste non exhaustive.
Les métiers cadres boostés par la transition énergétique

Qui dit transition énergétique dit professionnels en charge de cette transformation. Des cadres de plus en plus recherchées par les entreprises, selon la dernière étude* de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), publiée le 10 décembre 2015. Certains exercent des métiers nouveaux, créés grâce à la transition énergétique, les autres, des métiers existants, mais qui intègrent de nouvelles compétences.

 

Chargé de mission énergie

Recruté notamment dans les collectivités territoriales, il accompagne les projets de développement des énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie sur un territoire, auprès des entreprises ou des particuliers. Un métier qui n’existait pas il y a 10 ans.

 

Energy manager

Autre métier nouveau créé par la transition énergétique, l’energy manager optimise les consommations énergétiques de son employeur - un bureau d’études, une entreprise ou une administration - tout en veillant au confort de ses occupants.

 

Ingénieur/chef de projet en efficacité énergétique

Souvent employé par des bureaux d’études, il conseille les entreprises et collectivités sur l’optimisation de leur consommation d’énergie. Les offres d’emploi pour ce métier ont doublé entre 2005 et 2014, passant de 6 à 12 % des offres recensées dans le secteur.

 

Ingénieur/chef de projet développement durable

Il a pour mission de développer et coordonner des projets d’installations d’équipements d’énergies renouvelables : parcs éoliens, unités de production de biomasse, centrales photovoltaïques. Il intervient dans les études préalables, fait le lien avec les autorités administratives, les collectivités et les riverains, suit les travaux, etc. Pour ce type de poste, la demande ne faiblit pas : depuis 2005, elle représente 8 % des offres du secteur de l’énergie.

 

Ingénieur/chef de projet en recherche & développement

Ils sont prisés des constructeurs automobiles qui cherchent à produire les véhicules basés davantage sur la propulsion électrique, plus connectés et communicants. Ce métier intègre la mise au point du projet, les essais et l’application terrain du produit. Ces métiers représentent 18 % des offres d’emploi du secteur, soit presque le double de la proportion relevée en 2005.

 

Ingénieur systèmes embarqués et ingénieur conception logiciel

Toujours dans l’optique de créer des véhicules plus connectés, ces métiers sont de plus en plus recherchés par les constructeurs automobiles. La part des offres du secteur qui y correspondent ont grimpé de 7 à 12 % entre 2005 et 2014.

Des métiers qui intègrent de nouvelles compétences

Ces métiers liés à la transition énergétique relèvent de nouvelles compétences :

-   la connaissance du cadre règlementaire et des normes environnementales ;

-   les logiques d’éco-conception, du recyclage et de l’analyse du cycle de vie d’un produit ;

-   la connaissance fine de disciplines liées à la problématique de l’énergie, comme par exemple l’électronique de puissance ;

-   la maîtrise des technologies numériques (systèmes embarqués dans l’automobile, smart grids dans l’énergie, etc.) ;

-   la capacité à s’adapter à de nouveaux modes d’organisation du travail, car la transition énergétique redessine les contacts entre les métiers et implique, pour les ingénieurs notamment, d’avoir une approche plus systémique et plus globale, pour faire travailler entre eux des professionnels de secteurs, disciplines et spécialités parfois différents.

>>Consultez les offres d’emploi Cadremploi relatives à la transition énergétique

*  « Transition énergétique : impacts sur les métiers cadres », publiée le 10 décembre 2015 et réalisée à partir d’une revue de littérature, d’une comparaison des offres d’emploi dans les secteurs de l’énergie, de l’automobile et du bâtiment parues entre 2005 et 2014 ainsi que d’une quinzaine d’entretiens avec des experts (responsables de pôles de compétitivité, de branches professionnelles, de réseaux d’acteurs, de centres de formations, etc.).

Elodie Buzaud
Elodie Buzaud

Le travail et l’écologie sont mes thématiques de prédilection. En tant que journaliste indépendante, je cherche notamment à répondre aux questions que posent ces deux sujets pour mieux comprendre comment le travail, et les travailleurs, peuvent contribuer à la transition écologique.

Vous aimerez aussi :