Les seniors croient au contrat de génération

Nathalie Alonso

Les seniors croient au contrat de génération

Plus de la moitié des seniors (56%) estiment que les futurs contrats de génération apporteront "une vraie solution pour maintenir les seniors dans l'emploi", selon le 12ᵉbaromètre Seniors en entreprise Notretemps.com/HoremisMenway publié mardi dans l’hebdomadaire Entreprise et carrières. Ces contrats, promis par François Hollande, prévoient des exonérations de charges pour les entreprises qui embaucheront des jeunes tutorés en interne par des collaborateurs seniors. De quoi relancer des carrières ?

Quoi qu'il en soit, pour l'heure, l'horizon des seniors en entreprise n'est pas tout rose, à en croire les 2 171 salariés de plus de 50 ans sondés entre le 5 le 18 juin. 60% se disent ainsi insatisfaits de leurs conditions de travail, jugées « difficiles » ou « assez difficiles ». A l'évidence, les seniors ne sont pas seulement les premières victimes du chômage : ceux qui sont en activité sont également à plaindre. « Accès réduit à la formation, stagnation des salaires, mobilité impossible et hausse du harcèlement moral lié à l’âge : autant de facteurs qui contribuent à installer l’insatisfaction des seniors au travail », rapporte l’étude.

42% de ces seniors ont, au final, le sentiment d’être « victimes de harcèlement » du fait de leur âge (contre 36% en 2010 et 2011). Et ce chiffre est encore plus élevé dans les entreprises de plus de 1 000 salariés (47%).

Côte salaire, la reconnaissance semble au point mort avec 78% des salariés interrogés qui déclarent n’avoir reçu aucune augmentation individuelle depuis 3 ans, soit +12 points par rapport à 2005. 85% des interviewés déplorent aussi l’absence de mobilité interne depuis 3 ans et un accès à la formation bouché avec 69% des seniors n’en ayant pas suivie sur la même période.

Cette dégradation des conditions de travail intervient alors que les entreprises se sont engagées vis-à-vis de leurs salariés âges en signant des accords pour l’emploi des seniors sous peine d’amende. Or, selon l’étude, le premier bilan de cette mesure instaurée par le précédent gouvernement est plus que mitigé : 84% des seniors ne bénéficient toujours pas de l’entretien de seconde partie de carrière, instauré par la réforme de la formation professionnelle du 24 novembre 2009, tandis que 86% déclarent n’avoir reçu aucune information concernant le tutorat. Résultat ? Selon 57% des personnes interrogées veulent partir à la retraite à 60 ans, l’âge idéal selon elles.

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

Nathalie Alonso
Nathalie Alonso

Vous aimerez aussi :