1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Marché de l’emploi : cadres, vous avez le pouvoir !

Marché de l’emploi : cadres, vous avez le pouvoir !

marche-de-lemploi--cadres-vous-avez-le-pouvoir-

Imène Besbes

28/05/2019

Les cadres ont le vent en poupe. Un sondage Ifop pour LR Technologies révèle que la majorité le sait mais qu’un tiers d’entre eux a pourtant peur du chômage. Pourquoi ces craintes ? Nous avons demandé à des experts du marché des cadres d’éclairer ces résultats.

Les cadres en position de force  

Avec seulement 3,8 % de chômage et un record de 270 700 à 292 000 embauches prévues en 2019, les cols blancs ont la cote auprès des employeurs. Les secteurs phares restent les services, l'ingénierie, l'informatique et le conseil. « Le marché reste dynamique. D'ailleurs, même le bâtiment et l'industrie sont en plein essor », rappelle Pierre Lamblin, directeur des études de l'Apec.

Mais les embauches sont à la peine. Y compris chez LR Technologies qui vient de publier un sondage* commandé à l’Ifop afin de mieux comprendre ces difficultés. On y apprend que les cadres ont conscience d’être désirés : 85 % d’entre eux savent qu'il est difficile pour certaines entreprises de les recruter et 61 % réalisent qu’elles font beaucoup d'efforts pour les attirer. Pourtant, aussi contradictoire que cela puisse paraître, 75 % des cadres surestiment leur taux de chômage en l'évaluant au-delà de 5 % (au lieu de 3,8% selon l’Insee). Une situation de quasi plein-emploi qu’ils semblent ignorer (même si environ 100 000 cadres cherchent du travail depuis plus d’un an).

Les envies d’ailleurs sont freinées par la peur du chômage, du déclassement ou des salaires trop bas

Le dark side du marché des cadres

Selon le directeur des études de l'Apec, « le plein emploi masque des réalités différentes ». Les envies d’ailleurs sont freinées par la peur du chômage, du déclassement ou des salaires trop bas :

  • La catégorie des seniors est celle qui craint le plus pour sa place. Leur taux d’embauche est le plus faible avec un taux proche de 7 %. Ils sont moins mobiles et préfèrent tenter de négocier leur salaire à la hausse plutôt que d’envisager une sortie risquée.
  • Du côté des juniors, « ils veulent que les choses bougent plus rapidement que leurs aînés. » Et sont prêts à s’engager pour peu que leur job ait un sens proche de leurs valeurs et qu’il leur laisse du temps pour eux. En tête des valeurs préférées des cadres : la récompense des efforts fournis. Comprenez : on ne veut pas bosser pour des prunes. « Beaucoup de jeunes cadres ne sont pas rémunérés à la hauteur de leurs compétences et certains se retrouvent avec ce qu’on peut qualifier de jobs alimentaires », confie Pierre Lamblin.
  • De leur côté, les femmes seraient freinées par les inégalités entre les sexes : « Les cadres masculins gagnent en moyenne 8 % de plus que les cadres femmes. Et ils sont aussi mieux formés pour évoluer en interne » confirme le directeur des études de l’Apec.  Car c’est toujours une réalité, les CDD et les contrats à temps partiels sont davantage endossés par des working girls, même chez les cadres. Toujours d’après Pierre Lamblin, elles auraient également plus de difficultés à revenir sur le marché de l’emploi une fois au chômage.

« Juste une prise de conscience »

Pour combattre les dark sides des cadres, Pierre Lamblin conseille de positiver. « Il faut être conscient de l'état du marché. Vivre dans la peur n'est pas nécessaire avec ce taux de chômage.»

Etre en veille et soigner son projet professionnel : voilà les deux impératifs pour pouvoir rebondir en cas de pépin. « Il faut juste une prise de conscience, » rassure le président de LR.Technologies, Maxime Lacour. Il est vrai que les jeunes sont davantage sollicités, mais 87 % des personnes les plus recrutées restent celles qui ont entre cinq et dix ans d’expérience. L’inquiétude qui plane chez les séniors du marché des cadres est un mal du siècle. Ils ont grandi dans une société où la crise est la norme. [DPS1] Mais les entreprises sont friandes de cadres et nombre d’entre elles ont pris des mesures pour les attirer.

C’est le cas de Maxime Lacour chez LR Technologies qui souhaite passer de 300 à 500 collaborateurs d’ici 2020. Il déclare recruter “sans période d’essai”.

En réalité, ce sont bien les cadres qui ont le pouvoir face aux entreprises : la dernière enquête trimestrielle de Rexecode le prouve une fois de plus :  82 % des TPE/PME disent rencontrer de grosses difficultés de recrutement. Cadres, que la force soit avec vous !

 

* Les cadres et leur marché de l’emploi, Ifop/LR Technologies, Avril 2019. Sondage mené auprès de 1001 cadres représentatifs des cadres du privé, du 1er au 5 avril 2019.

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte