1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Nantes et alentours : les cadres les plus recherchés en Pays de la Loire

Nantes et alentours : les cadres les plus recherchés en Pays de la Loire

nantes-et-alentours--les-cadres-les-plus-recherches-en-pays-de-la-loire

Céline Husétowski et Séverine Dégallaix

29/03/2019

Bonne nouvelle : la 5e région de France a besoin de cadres et d’ingénieurs pour accompagner sa croissance mais aussi la transformation de ses industries. Tous les secteurs sont en demande mais pas tous les métiers, selon les experts régionaux interrogés par la rédaction de Cadremploi. La bête noire des employeurs ? Les cadres qui ne veulent travailler qu’à Nantes. Bon à savoir : si vous acceptez un poste aux alentours, vous multipliez les opportunités.

En 2019, entre 13 070 et 14 220 cadres devraient être recrutés dans la région Pays de la Loire, selon une récente étude de l’APEC*. Une progression qui serait comprise entre + 2 % et +11 % par rapport à 2018 où la région avait recruté 12 810 cadres.

L’économie ligérienne possède plusieurs grandes filières qui entrainent toutes les autres : les industries du futur, la santé, l’agroalimentaire… Il y a des secteurs à très fort potentiel, signale Magali Segonds, directrice territoriale déléguée chez Pôle emploi. Notamment le numérique, les services à la personne, l’économie bleue (produire à partir des déchets), les industries culturelles et les agences creatives et de design. Sans oublier toutes les activités en mutation du fait de la transition énergétique et numérique, comme le tourisme, le BTP, l’agriculture. Deux particularités du bassin nantais : l’essor de l’emploi salarié  se retrouve dans tous les secteurs, et le développement de l’emploi non salarié (création/reprise d’entreprise) est très important surtout chez les cadres (environ 25 %).» A noter que dans presque toutes les fonctions, parler anglais est indispensable, car la plupart des industries de la région sont tournées vers l’international.

 

 

 >> Retrouvez d'autres infos sur Nantes, une ville portée par l'industrie et le high tech

Ingénieur dans l’industrie et les services aux industries

Les Pays de la Loire ont une très forte tradition industrielle. La diversité du tissu industriel a permis à l'emploi industriel de bien résister, en ne reculant que de 3 % en quinze ans (contre 20 % en France). Ses fleurons multiplient les recrutements et même les creations de postes. Airbus (aéronautique) fait venir des ingénieurs de différentes régions pour travailler sur ses sites nantais, Naval Group (industrie de defense) connait des années fastes, la raffinerie Total investit dans deux unités à Donges, et en juin dernier, les Chantiers de l’Atlantique (ex-STX) ont décroché trois nouvelles commandes de paquebots qui vont occuper plusieurs milliers de personnes sur les quatre à six ans à venir.

Le marché de l’emploi s’avère très dynamique pour les cadres mais les entreprises ont du mal à les attirer. La principale difficulté ?  Leur manque de mobilité. Attirés par la réputation de nouvel eldorado de Nantes, les candidats rechignent à s’éloigner de la métropole alors que les employeurs sont disséminés dans toute la région comme à Cholet (Thalès ou Ségula), Beaupréau-en-Mauges (Itancia) ou Saint-Nazaire (Airbus).

 

Bon à savoir : le site LaFrenchfab recense les industries locales et permet de les localiser sur une carte interactive.

 

Directeur/ responsable maintenance pour répondre aux nouvelles normes

Pour les aider à se transformer, les entreprises cherchent des professionnels de la maintenance. Leurs missions : « maintenir les équipements à niveau et les adapter aux nouvelles normes », analyse Gilles Foëx, associé chez Cadr’avenir. Il y a une très forte pénurie sur ces profils car les cadres ne sont pas très mobiles. « C’est un métier qui attire peu alors qu’il est très stratégique pour les entreprises », insiste Clovis Hidreau, senior manager chez Hays basé à La Rochelle.

« Un directeur de maintenance peut gagner entre 35 et 60 K€, selon le secteur et l’expérience », précise Gilles Foëx. Parmi les grandes entreprises qui recrutent, on peut citer Manitou et Gruau dans la mécanique. Mais les PME/PMI sous-traitantes embauchent également. 

 

Ingénieur en informatique et développeur chez le client ou en start-up

Côté IT, Nantes joue désormais dans la cour des grandes capitales de l’informatique et des télécommunications. « Il y a une dynamique de projet avec un environnemen French tech bien ancré », note Nicolas Carydis, regional manager chez Michael Page. Outre les géants incontournables tels que Capgemini ou CGI, de nombreuses pépinières ont vu le jour, qui ont permis à de belles start-ups de naître ici, puis de se développer, à l’image de iAdvize (marketing conversationnel), de Huntool (sourcing de recrutement) ou de Lengow (Feed management). Des entreprises qui figurent régulièrement dans les classements des meilleurs employeurs pour les avantages et la flexibilité qu’elles proposent à leurs salariés. Malgré ses atouts, la région n’est pas épargnée par le manque endémique d’ingénieurs en informatique et de développeurs. Si vous cherchez à vous y installer, vous n’aurez que l’embarras du choix.

 

Chefs de chantier pour accompagner l’expansion de la ville

Le BTP est également en croissance en Pays de Loire où la population ne cesse de grossir (plus de 3,7 millions d’habitants en 2017). Parmi les recruteurs, Vinci et Bouygues cherchent surtout des chefs de chantier et des responsables de projet. « Pour les attirer en dehors de Nantes, les entreprises font des packages attractifs », précise Gilles Foëx.

 

Manager de transition pour accompagner la transformation des entreprises

D’après Nicolas Carydis, le management de transition est une forme de contrat qui intéressent de plus en plus les entreprises qui se transforment de manière organique ou temporaire. « Ces managers sont appelées à toutes les fonctions qu’elles soient financières, RH, industrielles ou commerciales », précise l’expert. Selon Gilles Foëx, « il y a un besoin c’est sûr mais les entreprises ne sont pas encore prêtes à accepter des profils juniors qui voudraient occuper ses fonctions en auto entrepreneur par exemple, explique-t-il. C’est un poste qui est en train de se construire », conclut-il.

 

Fonctions transverses dans l’agroalimentaire

Les postes cadres à pourvoir concernent les fonctions supports (finance, RH, administratif), explique Nicolas Carydis. Deuxième région française en nombre d’emplois agroalimentaires, les Pays de la Loire comptent environ 780 entreprises dans ce secteur. De grands groupes y sont présents comme la coopérative Terrena à Ancenis, le groupe volailler LDC  à Sablé-sur-Sarthe, Lactalis à Laval en Mayenne, Nature et Aliments à Rezé et United Biscuits à Vertou en Loire-Atlantique, Sodebo à Saint-Georges-de-Montaigu en Vendée,  mais aussi pléthore de structures indépendantes et familiales.

Pour en savoir plus  >> Panorama des Industries agroalimentaires en Pays de la Loire*

 

Commercial avec des compétences internationales

Comme partout en France, le besoin de commerciaux est endémique. Mais certaines entreprises (Lactalis, Groupe Bénéteau, Terrena par exemple) cherchent en particulier à attirer des commerciaux capables de valoriser leurs produits innovants à l’international car « elles n’ont pas ce type de profil en interne », explique Gilles Foëx.

Bon à savoir : la région des Pays de la Loire est la 3e région française (hors Ile-de-France) en nombre de salariés dans les secteurs innovants et la 5e pour le nombre de dépôts de brevets, ce qui créé de nombreux postes. Elle a même un pôle de compétitivité EMC2, dédié aux technologies de production.

 

Des beaux postes cadres surtout en périphérie

Mieux vaut être mobile pour travailler dans la région. « La ville de Nantes se situe au centre de 6 à 7 villes de taille intermédiaire comme Saint-Nazaire, Angers, Cholet et la Roche-sur-Yon. Les emplois cadres sont disséminés dans les territoires, explique Nicolas Carydis. A Nantes et sa périphérie, on a plutôt des sociétés de service, technologiques et plus on s’écarte de Nantes et plus on trouve des bassins industriels et des grands structures, analyse l’expert du secteur. Les plus beaux postes ne sont pas citadins », conclut-il. Sur ce type de poste en périphérie, il faut compter entre 45min/ 1 heure de transport depuis Nantes.

 

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+