1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Perplexes, les Français n’iront pas manifester contre la loi Travail

Perplexes, les Français n’iront pas manifester contre la loi Travail

perplexes-les-franais-niront-pas-manifester-contre-la-loi-travail

Louise Fontana

12/09/2017

À l’aube de la manifestation contre la loi Travail, le réseau social Viadeo révèle une étude sur le regard des Français à propos de la réforme du code du travail.

La majorité des Français n’ont pas prévu de rejoindre le cortège de cette première manifestation contre la loi Travail organisée par plusieurs syndicats ce mardi 12 septembre 2017. Selon la nouvelle enquête* réalisée par Viadeo, 62 % déclarent ne pas avoir l’intention de manifester. Mais ce n’est certainement pas à cause d’un manque d’intérêt, puisque 86 % des personnes interrogées se disent personnellement concernées par cette réforme.

 

La nécessité de réformer le code du travail

D’ailleurs, les Français sont nombreux (67 %) à estimer qu’une réforme est nécessaire pour adapter le code du travail à la réalité du marché actuel. Mais pas forcément la réforme que veut entreprendre le gouvernement d’Édouard Philippe. Les avis sont donc très mitigés : 25 % n’y sont pas du tout favorables,  18 % peu favorables, 31 % favorables et 26 % très favorables.

 

Pas d’enthousiasme autour des changements proposés

Si au total on compte plus d’avis favorables (57 %) que défavorables (43 %), les ordonnances d’ores et déjà présentées ne suscitent pas non plus un grand enthousiasme. C’est la possibilité de simplifier la négociation dans les petites entreprises qui remporte le plus de suffrages avec 33 % d’avis très favorables et 32 % favorables. Vient ensuite l’ordonnance relative à la fusion des délégués du personnel (DP), du comité d’entreprise (CE) et du comité d’hygiène, de sécurité et conditions de travail (CHSCT). Sans surprise, c’est l’instauration d’un barème d’indemnités prud’homales qui a le moins de supporters avec 16 % d’opinions très favorables et 29 % favorables. Et si on a beaucoup parlé de la proposition du candidat Emmanuel Macron de permettre aux démissionnaires de toucher des indemnités chômage, ils sont peu (14 %) à se voir quitter leur job grâce à cette nouvelle règle.

 

Pas d’effet miracle sur le chômage

L’étude Viadeo nous apprend également que 79 % des Français pensent que cette réforme sera menée jusqu’au bout. Ce qui peut aussi expliquer qu’ils ne souhaitent pas se mobiliser. Mais même si elle va à son terme, les Français n’attendent pas de miracle de cette nouvelle loi Travail. Seuls 20 % considèrent qu’elle va permettre de réduire le chômage et 31 % qu’elle favorisera l’embauche. Ils sont, en revanche, plus nombreux (52 %) à penser qu’elle apportera plus de flexibilité au marché du travail. À suivre…

 

* Étude menée en ligne les 4 et 5 septembre 2017 auprès de 9 497 Français dont 52 % de cadres et 13 % de dirigeants.

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Claire

14/09/2017

à 12:54

@ Claudio : vous n'avez pas compris mes propos no souci, je passe pour la faute qui en fait est un effet de langage Alors mieux simplifier rester factuel avec votre communication formatée. Je reprends l'article texto "même si elle va à son terme, les Français n’attendent pas de miracle de cette nouvelle loi Travail. Seuls 20 % considèrent qu’elle va permettre de réduire le chômage et 31 % qu’elle favorisera l’embauche. Ils sont, en revanche, plus nombreux (52 %) à penser qu’elle apportera plus de flexibilité au marché du travail" Résumé, là tout est dit! c'est pas pour l'emploi ou créer l'emploi : 80% des français n'y croient pas, c'est pour la flexibilité de l'emploi, donc pour assouplir les règles des entreprises donc des employeurs qui devraient donc embaucher qu'on dit depuis 20 ans, mais qui ne le font pas tout en profitant des aides. Donc les français perdent leur argent qui est détourné du but : création d'emplois, pour augmenter leur revenus. ça désormais la plupart des français partis ou pas l'ont compris depuis quelques années, avant étaient encore naifs trop honnêtes eux.

> Répondre

Claire

12/09/2017

à 22:01

Moi si même si je n'appartiens à aucun syndicat, ni partis, j'estime que le code du travail ne doit pas être modifié par ces ordonnances. Outre la phrase de E. PHILIPPE : "le droit du travail est un frein à l'emploi" même pas la finesse de dire le code du travail selon lui est un frein. Que veut on détruire le régime salariés?

> Répondre

En réponse à Claire

Claudio

13/09/2017

à 08:57

Vous n'appartenez à aucun partis(s)? Voilà un pluriel aussi singulier que votre réaction. Notre code du travail compte plus de 1 000 pages et s'alourdit chaque année, pourtant notre taux de chômage est le double que celui de nos voisins allemands, anglais ou scandinaves. La protection du régime des salariés que vous évoquez protège le travail mais pas les salariés.

> Répondre

+