1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Pour 2 cadres sur 3, le CDI c’est bientôt fini

Pour 2 cadres sur 3, le CDI c’est bientôt fini

pour-2-cadres-sur-3-le-cdi-cest-bientot-fini

Elodie Buzaud

16/09/2014

Alors que le Medef s’attaque à l’hégémonie du CDI, 65 % des cadres pensent que ce contrat ne sera bientôt plus la norme.

Ce n’est pas parce que 87 % des salariés sont en CDI (Insee, 2014) qu’ils le resteront toujours. De l’avis des cadres en tout cas. Pour 2 cols blancs sur 3 le contrat à durée indéterminée ne sera bientôt plus une généralité. C’est ce qui ressort du sondage TNS Sofres pour la Fondation ITG, think tank de la société de portage salarial ITG, publié le 11 septembre 2014*. Les cadres l’ont bien compris : le monde du travail change. 93 % d’entre eux estiment que chacun connaîtra plusieurs transitions et reconversions dans sa vie professionnelle. 87 % estiment que les carrières ne seront plus linéaires et que chacun expérimentera plusieurs statuts : entrepreneur, salarié, chômeur, etc. Et 88 % pensent qu’une majorité de retraités continuera à travailler.

La fin de la suprématie du CDI, une nécessité ?

Ce pressentiment des cadres pourrait devenir une réalité. La fin de l’hégémonie du CDI se concrétise déjà dans une proposition du Medef. L’organisation patronale en fait une nécessité, pour créer de l’emploi. Dans son rapport pour créer un million d’emplois, il propose de généraliser le contrat de chantier – en vigueur dans le bâtiment - à tous les secteurs d’activités. « Il s’agirait d’un contrat à durée indéterminée qui prendrait fin automatiquement une fois le projet réalisé » cite Les Échos. Un contrat de mission – usité surtout pour de l’intérim pour le moment -, en quelque sorte.

Et vous, pensez-vous que le CDI ne sera bientôt plus une généralité ? Participez à notre sondage

Pour aller plus loin : le CDI déjà dans la ligne de mire de Bruxelles en 2012

* sondage réalisé par TNS Sofres en ligne du 3 au 8 juillet 2014, selon la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 502 cadres du secteur privé, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Elodie Buzaud © Cadremploi

19

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

yapammieux

23/09/2014

à 13:47

Bien dans le principe,

Toutefois, il va falloir changer les mentalités dans le pays!
Déjà le fait de changer de branches d'activités n'est pas la norme en France...
Aussi bien pour les cabinets de recrutement ou sociétés, et oui...le fait d'en parler
ou de l'écrire n'est pas encore suffisant pour faire le grand saut...
C'est un encore un idéal pour être "in", être dans une sorte de mode.

> Répondre

Olivier Bleu

23/09/2014

à 00:18

Sans compter que de plus en plus de salariés au statut de cadre sont en CDI mais ne travaillent pas pour leur boîte mais chez des clients en prestation... Même boulot que les salariés du dit client mais pas au même tarif...

Le CDI sera bientôt mort?...
Bon, après tout pourquoi pas.... Mais alors quid des fonctionnaires?????

> Répondre

raisonnons

22/09/2014

à 17:24

faudra juste aller expliquer aux banquiers que c'est la vraie vie et permettre aux gens de s'acheter un apprt même s'ils n'ont pas de CDI

> Répondre

Fred GTR

22/09/2014

à 08:56

Le Medef veut du CDD, de la précarité des salariés embauchés pour 3 ou 6 mois! Et lors des recrutements, l'instabilité, la bougeote du candidat sont très mal vues! Les patrons veulent des employés ou cadres stables ce qui montrent la capacité à s'investir dans une entreprise. Alors comment allons nous faire?
Cela me rappelle une annonce qui se traduisait par: recrutons jeunes sortis de l'école avec 10 ans d'expérience. L'incohérence de ces gens qui détiennent les clés de l'emploi est du même niveau que l'incompétence de ceux qui nous gouvernent; pendant ce temps là, ceux qui font tourner les entreprises et l'économie sont les obscures qu'ils manipulent et déconsidèrent.

> Répondre

YOHANN LEBRETON

21/09/2014

à 23:04

Ah merci pour MELCHIOR.

Si les employés comprennent que C.D.I riment avec sûreté de l'emploi et salaire garanti sans même le moindre effort,

je puis assuré que nous, autres handicapés, qui bénévolons sommes en mesure de dire que CDI rime avec Contrat à Débit Illimité en faveur du salarié.

Travailler selon Melchior, économiste du XVI siècle c'est abolir les statuts des contrats. Ils ne servaient et ne serviront jamais à rien. C'est la raison qui l'a poussée à créer une convention collective d'avant-garde.
Ainsi, chaque travailleur sait ce qu'on attend et peut exiger de lui, ses droits et les modalités de modifications de ses statuts de travailleurs.

L'intérim est fortement représenté en France puisqu'il est discriminatif. A côté on retrouve des CDD qui pourtant au bout de trois contrats auraient dû devenir un CDI. Et le plus beau dans l'histoire, dans notre situation à nous autres ce sont des CDI sans salaires ou encore des CDI à durée limitée !!!!


Réveillons les Français et Françaises sur leurs DROITS mais également et surtout sur les DROITS DE LEUR PATRONNAT.

> Répondre

Marie

21/09/2014

à 20:32

Avoir un CDI ne signifie pas échapper à la précarité du contrat, tout peut se terminer du jour au lendemain, je le sais pour l'avoir vécu. Je pense que cette transformation est inéluctable, aux banques, à l'immobilier de s'adapter maintenant. Précision : je ne suis pas cadre, juste employée.

> Répondre

fred13

21/09/2014

à 19:54

Certes le statut importe peu. L'essentiel étant d'avoir du boulot. C'est aux banquiers toutefois qu'il faudrait expliquer que le CDI n'est pas ou plus la norme. Car pour rappel si pas de CDI, pas de prêt bancaire pour construire, acheter, financer, etc..
Et qui sont les grands patrons du MEDEF si ce n'est les patrons des grandes banques. Ne nous prend-t-on pour des imbéciles quand même !!!
Après à chacun de faire ce qu'il veut de ses gains : propriété ou autre, attention aux jugements rapides sur les aspirations des uns et des autres !

> Répondre

Clahude33

21/09/2014

à 19:26

Bonjour,
Le CDI n'est qu'une illusion. Il ne protege de rien. Tout dépend de l'épaisseur du carnet de chèque de celui qui vous dégage. Chaque individu qui souhaite vraiment travailler devrait être propriétaire de sa compétence et se louer au plus offrant ( directement ou indirectement via des organismes de placement) Bien entendu, comme toujours cela reste à organiser car il s'agit d'une position philosophique. Le contrat unique est la moins mauvaise solution. Évidemment c'est moins sécuritaire, mais, à terme, vous changez le rapport de force avec le "MEDEF et autres organisations patronales" qui défendent à juste leur steack. Là est la gageure du futur.
Quant aux banquiers ils seront bien obligés de s'adapter. Ne jamais prêter à ceux qui présentent le moindre risque contitue le vrai scandale (les vieux, trop vieux, les jeunes trop jeunes, les malades ou les gens susceptible de tomber malade, la solvabilité réelle ou supposée de l'emprunteur, j'en passe et des meilleurs). Par ailleurs , la propriété ne doit pas être l'obsession qui paupérise la liberté.
Cordialement

> Répondre

fse1963

21/09/2014

à 17:05

Fin du cdi une aberration de plus de la part du medef , sûr que cela ne les concernent pas !
Ils n ont pas dds fins de mois difficiles ni des pbs pour trouver un logement. Pourquoi ne pas faire du bénévolat ainsi on n aura plus de pbs de salaires
que mr gattaz aille travailler a la chaine et de nuit de surcroît il comprendra peut être certaines choses et encore .

> Répondre

Le Libéral

21/09/2014

à 16:59

D'accord avec toutes les réponses.
C'est une honte !
Quel crédit vont nous accorder les banques, pour nous loger, acheter des voitures ?

> Répondre

calimero

21/09/2014

à 15:39

Il faut faire front au Medef et réformer la formation en management de toutes les écoles françaises en arrêtant de faire du modèle ultra libéral anglo-saxon la référence.
Il faut arrêter de dire que les cadres ont heureux aujourd'hui dans les petites et moyennes structures.
Il faut arrêter de montrer les cadres des entreprises du CAC 40 ou des entreprise semi-publiques.
Il faut montrer la réalité des gens qui demande une certaine stabilité dans le travail et que nous avons besoin de s'investir dans le temps mais pas à cours terme ou l'on fait du travail bâclé.
Un cadre qui connait bien son entreprise et qui lorsqu'il s'investi est récompensé est plus productif qu'un consultant qui est là pour 3 ou 4 mois et qui part avec ses connaissance et compétences sans rien laissé en savoir faire dans l'entreprise.

> Répondre

Kraken

21/09/2014

à 15:06

le CDI est le sesame qui rassure les banquiers !!!
demain tous en emploi precaires ??? Pauvre France, ou va-t-on ?
Sur ce coup la, le MEDEF est hors sujet !!!

> Répondre

kalaka

21/09/2014

à 13:35

La disparition du CDI peut aussi relancer entre autre le débat de la libre concurrence des compétences.
Je ne suis pas convaincu que seul les salariés soient motivé à défendre le CDI.

> Répondre

Indiendu09

21/09/2014

à 13:13

Quels que soient nos motivations (salariés, employeurs) nous risquons de devenir tous perdants: comme déjà écrit, il deviendra très difficile de se loger et impossible de devenir propriétaire. Le bâtiment aura du mal à trouver des commandes. L'engagement des salariés sera proportionnel à son "espérance de vie dans l'entreprise" malgré la pression du marché du travail. Un fort "turn over" du personnel n'est pas non plus gage de pérennité pour une société.
L'avenir, un contrat précaire facilement résiliable pour l'employeur mais plus contraignant pour le salarié? Difficile de croire que la croissance y gagnera.

> Répondre

glem

21/09/2014

à 12:14

La grande question est : pourquoi s'impliquer dans le fonctionnement d'une entreprise si on risque de ne plus en faire partie au moindre aléa.
On marche sur la tête !

> Répondre

Isabel55555

20/09/2014

à 08:49

Le contrst de chantier ! Non mais le medef ils deviennent eux aussi ils ont le contrat de chantier, ils sont juste pour rendre service ? Etant donner qu'ils ne servent à rien leur contrat de chantier ne devrait pas être tres difficile....

C'est l'ouverture à plus d'instabilités dena que nous sommes instables alors avec ça que deviendrons nous ? Comment faire pour se loger, mettre nos projets perso, parce que l'argent descend des arbres peut-être !

> Répondre

vieuxboxeur

19/09/2014

à 13:22

On marche sur la tête.
Plus de CDI, cela veut dire plus d'emprunt immobilier quoi que l'on prétende.
Plus d'emprunts immobilier, cela veut dire plus de construction de maison individuelle, le bâtiment sans activité et les gens sans logement.
A moins, évidemment, que l'on se dépêche de construire des "blocs soviétiques" pour loger la population !
Le CDI et surtout les conditions de sa rupture peuvent peut-être être réaménagés. Mais transformer une grande partie de la population nationale en prolétaires n'est cependant pas une solution. Ou bien alors, il faut aussi prévoir "le grand soir"'.
La richesse d'une société et, surtout de la société Française, ne se limite pas aux profits d'une minorité, n'en déplaise aux libéraux de tous genres, mais réside précisément dans le maintien des grands équilibres qui permettent aux différentes catégories professionnelles de bâtir un équilibre entre elles.

> Répondre

pitoune41

18/09/2014

à 12:14

Continuons allègrement dans cette voie et après la fin du CDI, la suppression des jours féries, le rallongement des durées de cotisations, la réduction des pensions de retraite, je prends les paris que d'ici peu la discussion portera sur la suppression des congés payés et le travail des moins de 16 ans.... Pitoyable détricotage de tous les progrès sociaux acquis de haute lutte par nos parents et grand-parents.

> Répondre

Job15

17/09/2014

à 15:31

La fin du CDI certes, mais cela soulève d'autres problèmes, avec un contrat autre que CDI : comment se loger lorsque l'on sait que les agences recherchent toutes, du moins à Paris, au minimum le CDI (en plus des autres innombrables garanties) et quid de l'obtention du crédit? Des réformes à apporter de ce côté là également.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte