1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Pour attirer les jeunes ingénieurs, Infiniti leur offre la Formule 1

Pour attirer les jeunes ingénieurs, Infiniti leur offre la Formule 1

pour-attirer-les-jeunes-ingenieurs-infiniti-leur-offre-la-formule-1

Michel Holtz

03/09/2013

Automobile

Comment faire quand on est le challenger ? Comment attirer à soi les meilleurs jeunes diplômés ingénieurs en automobile lorsque l’on s’appelle Infiniti, le plus récent des constructeurs premium, et que les jeunes en question n’ont d’yeux que pour Audi, Porsche, BMW ou Mercedes ? En leur promettant le graal : la Formule 1.

C’est ainsi que la filiale luxe de l’alliance Nissan-Renault va offrir chaque année douze mois d’apprentissage au sein de son écurie à deux jeunes diplômés issus des écoles d’ingénieurs spécialisés, parmi les centaines qu’il compte embaucher. Un concours qui rappelle, évidemment, ces opérations de com. qui fleurissent depuis quelque temps. Ces « meilleurs jobs du monde » qui, d’un fabricant de lingerie à un office de tourisme des antipodes sont avant tout destinés à faire buzzer une marque, un organisme ou une entreprise auprès du grand public à peu de frais. Si ce n’est le salaire de celui qui décrochera la timbale.

L’apprentissage au sommet de l’ingénierie auto

Dans le cas d’Infiniti, la vérité est ailleurs. Et si buzz il doit y avoir, c’est avant tout auprès des élèves des grandes écoles d’ingénieurs à travers le monde. Avec la volonté affichée de les détourner des leaders allemands du secteur. Ce qu’Andrea Gils, responsable des partenariats et homme de liaison entre l’écurie de course Infiniti - Red Bull et le constructeur ne dément pas. « Le groupe VW (Audi, Posrche, etc.) a délaissé la F1, pour l’endurance (Le Mans), BMW n’y sera pas avant l’an prochain, et Mercedes, toujours présent, n’a pas eu l’idée. » Alors, douze mois d’immersion au milieu des 600 ingénieurs du team F1, un tour du monde des circuits et une rémunération d’apprenti, ça reste une opération peu onéreuse pour se démarquer des leaders du secteur et s’offrir une notoriété aux petits oignons auprès de jeunes diplômés passionnés par ce sommet de l’ingénierie auto.

Des apprentis formés pour rester ?

Mais la F1 est-elle véritablement le laboratoire qu’elle prétend être pour les autos de série ? Et cet apprentissage technique dans les stands servira-t-il réellement aux jeunes ingénieurs pour développer les Infiniti de tous les jours, lorsqu’ils auront intégré l’un des trois centres R&D maison répartis sur la planète (en Asie, aux Etats-Unis et en Europe) ? L’apport de la course à la route est très relatif et Andrea Gils préfère évoquer d’autres qualités que les jeunes sélectionnés pourront développer au cours de leur année, « comme la prise rapide de décision face à un problème, et l’extrême adaptabilité ». Car la F1 se joue au centième de seconde, alors que le développement d’une voiture de série dure trois ans, au minimum. Même si ce temps de gestation tend à diminuer. Prudente, la direction d’Infiniti formera tout de même les lauréats à la conception de ses voitures civiles, puisqu’en parallèle de leur "virée sportive", ils approfondiront leurs connaissance au centre de R&D Nissan-Infiniti de Cranfield au Royaume-Uni. Avant d’intégrer ce dernier, ou l’un des deux autres ?

Michel Holtz © Cadremploi.fr

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte