Pré-entretien d’embauche : la vidéo différée remplacera-t-elle le téléphone ?

Elodie Buzaud

L’entretien d’embauche en vidéo différée pourrait remplacer le pré-entretien téléphonique. En France, quelques entreprises s’y mettent. Aux Etats-Unis, 10 % des recruteurs ont déjà recours à cet outil pour sélectionner les candidats.

Après les CV vidéo et les entretiens d’embauche vidéo via Skype, voici le pré-entretien d’embauche en vidéo différée. Pour promouvoir le concept, encore balbutiant en France, Visiotalent, l’une des entreprises qui propose cette solution, a publié une infographie pédagogique, en français, sur le sujet, à la fin du mois de juillet (ci-dessous).

Le candidat enregistre ses réponses par webcam

L’entretien vidéo différé, c’est un peu comme la Boîte à Questions, sur Canal +. Le recruteur prépare ses questions à l’avance. Le candidat y répond en se filmant. Puis, le recruteur visionne la vidéo et choisit ceux qu’il veut rencontrer en chair et en os. Un vrai gain de temps et d’énergie, aussi bien pour les candidats que pour les recruteurs, vante Samuel Raux, responsable de la communication chez Visiotalent. « Dès la réception des candidatures, nos clients n’appellent plus les candidats mais les invitent directement à s’enregistrer de chez eux via leur webcam dans un délai de temps fixé par le recruteur, en moyenne une semaine », explique-t-il.

Une pratique en plein boom aux Etats-Unis

Exit donc le pré-entretien téléphonique ? Samuel Raux ne le cache pas : « c’est notre objectif ! ». Mais pour l’instant, les entreprises qui utilisent cet outil sont encore peu nombreuses. Parmi elles : Axa, KFC, la Fnac ou encore le cabinet de recrutement Hudson. Il faut dire que cela ne fait pas plus de 3 ans que des sociétés se sont lancées sur le marché de l’entretien vidéo différé dans l’Hexagone. BuzzleMe s’est lancée en 2011, easyRECrue, en 2013 et Visiotalent, en 2014. Elles ont cependant bon espoir que la pratique se répande rapidement. Aux États-Unis, 10 % des recruteurs l’utilisent. C’est 476 fois plus que l’an dernier.

Elodie Buzaud © Cadremploi

Elodie Buzaud
Elodie Buzaud

Le travail et l’écologie sont mes thématiques de prédilection. En tant que journaliste indépendante, je cherche notamment à répondre aux questions que posent ces deux sujets pour mieux comprendre comment le travail, et les travailleurs, peuvent contribuer à la transition écologique.

Vous aimerez aussi :