1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Près de la moitié des salariés français prêts à travailler pendant leurs vacances

Près de la moitié des salariés français prêts à travailler pendant leurs vacances

pres-de-la-moitie-des-salaries-franais-prets-a-travailler-pendant-leurs-vacances

Ingrid Falquy

03/07/2015

Dans le monde entier, les salariés travaillent pendant leur temps libre et s’occupent d’affaires privées au bureau. La frontière entre vie pro et vie perso est devenue si floue que 47 % d’entre eux pensent devoir être disponible pour le travail pendant leurs vacances, selon une étude menée par le cabinet de recrutement Randstad.

Ils sont hyperconnectés. En vacances, ils ont les pieds dans l’eau mais le téléphone à l’oreille. Ils répondent aux emails professionnels dans la minute, même le dimanche à table avec les enfants. Pour les salariés du monde entier, la frontière entre vie privée et vie professionnelle est de plus en plus floue. Ils sont 57 % à déclarer que leur employeur attend d’eux qu’ils soient disponibles en dehors des heures de bureau, 47 % quand ils sont en vacances, selon l’étude Randstad Workmonitor menée auprès de 13 500 salariés issus de 34 pays. Mais ils sont aussi environ six sur dix à s’occuper d’affaires privées pendant leurs heures de travail. On parle de blurring (flou) pour désigner l'opacité grandissante entre ces deux mondes auparavant séparés.

Pas une pression mais un mode de vie

« Ils ne déclarent pas se sentir forcés par leur employeur. De manière générale, les salariés semblent être hyperconnectés parce qu’ils le veulent », développe Kaëlig Sadaune, qui s’est occupé de l’étude pour la France. Pour preuve, plus de la moitié des personnes interrogées trouvent que ce n’est pas un souci de mixer travail et vie privée. Et 39 % continuent à travailler pendant leurs vacances « parce qu’ils aiment se sentir impliqués ». De vrais passionnés. Pour Sophie Durand, directrice communication chez Randstad, c’est l’avènement des nouvelles technologies qui permet aux salariés de ne jamais réellement « tout couper ». Et ça ne semble pas être un problème pour eux.

Des différences de culture significatives

L’étude permet de mettre en avant des différences culturelles. Les pires en matière de blurring, ce sont les salariés des pays asiatiques. En Inde ou en Chine, par exemple, huit employés sur dix travaillent pendant leurs vacances. Là-bas la culture d’entreprise s’organise comme une communauté dans laquelle tous les aspects de la vie sont partagés : santé, scolarité des enfants, mariage. En plus, comme la société indienne est organisée en castes et la société chinoise sur le modèle du parti communiste, le respect de la hiérarchie est sacré. Les chefs y sont tout-puissants et on considère que l’employé doit être toujours disponible.

À l’exact opposé, parmi ceux qui décrochent le plus, on trouve nos voisins de l’Est et du Nord de l’Europe : la Suisse, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède. Pour chaque question posée par Randstad, ils font preuve de détachement par rapport au travail. Si bien que seuls 20 % des Danois pensent devoir être disponibles pendant leurs vacances. La France se situe au milieu à 43 %, juste en dessous de la moyenne internationale de 47 %.

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Coachingdecarriere.com

06/07/2015

à 11:09

Il serait intéressant de savoir dans quelle mesure l'employeur accepte que la vie-perso prenne le pas sur la vie de bureau ? (chercher les enfants à l'école, répondre à son portable perso...)

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte