1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Quand l'utilisation des réseaux sociaux au travail pose problème

Quand l'utilisation des réseaux sociaux au travail pose problème

quand-lutilisation-des-reseaux-sociaux-au-travail-pose-probleme

Nathalie Alonso

16/03/2012

Avant, balancer une pique sur votre boss, ça se passait généralement devant la machine à café. Maintenant, il y a aussi Facebook et Twitter... et ça ne va pas sans poser problème. Face à la montée en puissance des réseaux sociaux au bureau, le cabinet d’avocats Proskauer a mené une étude dans 120 entreprises internationales qui pointe les risques liés à cette utilisation par les salariés, qu’il s’agisse de mauvaise publicité ou, pire, d’insultes.

Si 75% des entreprises ont adopté les réseaux sociaux à des fins professionnelles, seules 28% d’entre elles contrôlent l’utilisation de ces sites par leurs salariés. Conséquence : « plus de 40% du panel a rencontré des difficultés liées à l’utilisation des réseaux sociaux par ses employés ». Pour éviter les problèmes, près d'un quart des entreprises (tente) d'interdir l'accès des salariés à Facebook ou Twitter au travail.

Depuis peu, la justice s’est également saisie de la question, avec le cas de salariés licenciés après avoir tenus des propos injurieux sur Facebook. Mais elle reste divisée quant à la possibilité pour les employeurs de sanctionner leurs salariés. La jurisprudence tend néanmoins à distinguer les propos tenus sur un profil ouvert à tous et ceux tenus sur un mur dont l’accès aurait été limité.

Pour Cécile Martin, avocate en droit du travail chez Proskauer, « il appartient au salarié de veiller à ce qu’il va mettre en ligne ». En d’autres termes, « il doit s’assurer que ses paramètres de confidentialité sont suffisamment restreints pour éviter que n’importe qui, son employeur notamment, ait accès à son mur Facebook », explique la juriste. En clair, si vous limitez l’accès de votre « wall » à vos seuls amis, votre prose relève de la sphère privée. Et ça, c’est sacré, quoiqu’en pense votre patron. Moralité : à la machine à café comme sur Facebook, restez discrets…

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Virginie

20/03/2012

à 09:15

Quoi que les gens pensent de leur employeur (il ne faut pas rêver, tout le monde n'a pas le job parfait, on est tous amenés un jour ou l'autre à avoir envie de se lâcher contre un chef, un collègue, un prestataire ou un client), l'attitude la plus intelligente consiste tout de même à éviter de le faire d'une part par écrit, d'autre part sur facebook ou twitter ! C'est si compliqué de rester discret sur ses soucis professionnels ?

J'ai un facebook privé et un twitter public. La règle que je m'impose, pour les deux, est simple : je n'y mentionne jamais quelque chose si c'est une critique que je ne me permettrais pas de formuler oralement, devant témoins, sur mon lieu de travail.

> Répondre

+