1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Quels jeunes diplômés recherchent les entreprises en 2018 ?

Quels jeunes diplômés recherchent les entreprises en 2018 ?

quels-jeunes-diplomes-recherchent-les-entreprises-en-2018-

Louise Fontana

29/01/2018

Les entreprises n’ont jamais autant prévu de recruter de jeunes diplômés dans les 6 prochains mois. Le Baromètre Edhec-Cadremploi nous révèle ceux qui sortiront leur épingle du jeu.

Les derniers chiffres du Baromètre Edhec-Cadremploi annoncent de très belles perspectives pour les jeunes diplômés de niveau master. Dans cette enquête qui interroge plus de 200 entreprises – groupes du Cac 40, PME ou start-up -, 85 % envisagent de recruter au moins un jeune diplômé de niveau master dans les 6 prochains mois. Un chiffre record pour ce baromètre dont c’est la 27e édition. « On observe une hausse constante sur les prévisions de recrutement depuis octobre 2016, indique Manuelle Malot, directrice de NewGen Talent Centre à Edhec Business School. On peut y voir le signe de la fin des politiques stop and go où l’on ne recrutait que quand le besoin était exprimé. »

 

De plus en plus de besoin d’ingénieurs

Managers et ingénieurs sont concernés par cet optimisme. Près de la moitié des entreprises déclarent vouloir embaucher les deux profils. Toutefois, on peut noter une progression depuis 18 mois des employeurs qui recherchent uniquement des ingénieurs. Ils sont 30 % en janvier 2018, contre 24 % de ceux qui ciblent uniquement des managers. Sur les fonctions qui ont le vent en poupe, on ne cite plus les commerciaux qui sont prisés par les recruteurs quel que soit l’état du marché. En revanche, il faut bien avoir en tête que les entreprises sont de plus en plus exigeantes sur le profil de leurs commerciaux. « On parle d’ailleurs maintenant plus de business developer que de fonctions commerciales », fait remarquer Manuelle Malot.

 

Cap sur les fonctions digitales

Transformation digitale oblige, 1/3 des besoins se concentrent sur les fonctions numériques, les télécoms et les systèmes d’information. On apprend également que 20 % des postes à pourvoir dans les prochains mois le seront sur des emplois en R&D. « Ces fonctions sont synonymes d’investissements, ce qui montre une nouvelle fois la bonne santé de l’économie », se réjouit Manuelle Malot. Une situation qui lui fait dire que face à un refus, les jeunes diplômés de master ne doivent pas se décourager car ils trouveront forcément !

 

Des fonctions com-marketing moins prisées

Si les entreprises prévoient des besoins stables de finance en banque, en comptabilité, en audit ou en conseil, on peut toutefois remarquer une baisse des attentes d’embauche en marketing et communication. Ils ne sont plus que 24 % des recruteurs a anticipé une embauche sur ces fonctions, contre 32 % en mai 207. « On peut imaginer que pour ces fonctions qui sont souvent en première ligne lors de restrictions budgétaires, les directions ont appris à faire mieux avec moins de ressources », nous confie Manuelle Malot.

 

Tendances des pratiques de recrutement

La Baromètre Edhec-Cadremploi s’intéresse aussi aux outils utilisés par les entreprises pour sélectionner leurs nouveaux talents. Et on s’aperçoit de l’importance des cas pratiques, ou business cases, auxquelles recourent près de 45 % des employeurs. Ils sont la méthode la plus répandue, devant le test de personnalité (39 %), le test d’aptitude (28 %) et l’entretien de groupe (23 %). L’entretien de groupe, s’il est souvent redouté par les candidats, risque bien de se développer à l’heure du collaboratif.

À la recherche de votre 1er job ? N’oubliez pas de créer votre alerte pour recevoir tous les postes qui vous intéressent.

>>Voir le replay du Facebook Live : 2018, un eldorado pour les jeunes diplômés ?

7

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Gekkeikan

30/01/2018

à 15:01

A mon époque aussi les sociétés voulaient recruter que des Bac+5...pour des salaires de misère...Bac+5 payés au SMIC dans l'informatique pour l'an 2000 et l'euro...moi, avec un Bac+2 info, je gagnais plus qu'eux et leur Bac+5 qui, soit dit en passant, n'est pas gratuit. Bac+5 exigé aussi pour être bibliothécaire...à quand le Bac+10 pour être balayeur ??? A noter que Bac+++ ne veut plus rien dire depuis que l'EN baisse les niveaux chaque annéepour respecter les pourcentages émis par le ministère (80% au Bac, etc...). Un BTS informatique qui avait un niveau de math équivalent Terminal S (C et D à mon époque) il y a 25 ans est aujourdh'hui avec un niveau de math désatreux...niveau littéraire...je n'ai rien contre les littéraires car ils n'ont pas besoin d'un niveau de math élevé...ceci dit, en informatique, économie ou autres carrières d'ingénieur, si, les maths c'est important...

> Répondre

En réponse à Gekkeikan

Corbeilledefruits58 @gmacom

04/02/2018

à 22:40

Blablabla

> Répondre

En réponse à Gekkeikan

trochu

30/01/2018

à 19:22

Je souhaite encore ajouter avoir beaucoup plus d'admiration envers les artisans tous confondus pour savoir démonter, remonter pour être capable de construire une maison du début à la fin et j'en passe..... eux aussi méritent bien plus de reconnaissance, de considération que les personnes qui accumulent des diplômes, ce sont ceux là qu'il faudrait rémunérer bien plus car très souvent exposés aux intempéries et autres situations plus que difficiles et ce sont toujours et encore eux qui ont une espérance de vie bien inférieure aux personnes travaillant dans des bureaux (7 ans en moyenne de vie en moins), et ce sont encore eux qui arriveront à la retraite s'ils y parviennent déjà bien malades. J'ai énormément de respect et d'estime pour toutes ces personnes.

> Répondre

trochu

30/01/2018

à 14:02

Et voilà ce qui se passe en France raisons pour lesquelles il y a tant de chômeurs, car ne vouloir recruter que des bacs + 5 éliminera de très nombreux autres candidats moins diplômés ou pas diplômés alors que les compétences sont tout de même là. Pourquoi la France s'évertue et continuer de faire la chasse aux diplômes est ce que ce sont les diplômes qui font qu'une personne soit apte et compétente ? certainement pas, je ne suis pas concernée ayant mon diplôme et exerçant mais je pense à tous ceux qui restent "sur la paille" car peu ou pas diplômé face à une concurrence qui l'est de plus en plus. Dans d'autres pays il y est bien plus facile pour tous les jeunes et moins jeunes à trouver un emploi étant donné que les mentalités sont tout autres et bien plus intelligentes qu'en France, les entreprises ne s'attachent pas aux diplômes comme chez nous mais au comportement, à la personnalité et font plus facilement confiance à celui qui est en recherche d'emploi, il ne faut pas s'étonner que de plus en plus de jeunes ou moins jeunes partent vivre dans d'autres pays et y trouvent un travail. Ce n'est pas le nombre de diplôme qui fait qu'une personne soit compétente et intelligente.............

> Répondre

En réponse à trochu

Béatrice

30/01/2018

à 17:50

Je suis mille fois d'accord avec vous sur les jeunes qui partent à l'étranger et sincèrement on ne peut pas les blâmer.

> Répondre

En réponse à Béatrice

Audreyy

31/01/2018

à 14:10

Bonjour.
C'est vrai qu'en France le diplôme a beaucoup d'importance, mais c'est le cas dans beaucoup d'autres pays. Et c'est normal que les diplômés accèdent plus facilement à l'emploi et avec de meilleurs salaires. N'oublions pas que passer 5 ans sur les bancs de la fac demande des sacrifices et beaucoup de travail. Ensuite dans le monde de l'entreprise, les diplômés sont souvent plus compétents, ayant une culture de leur métier. J'ai souvent vu des gens peu ou pas diplômés, qui ont appris sur le tas comme ils disent, mais du coup ne maitrisent pas tout , et n'ont pas l'expertise métier. (sans parler de ceux qui ne savent pas aligner 3 mots sans faire de fautes ! Quelle image pour l'entreprise! )
Voilà, je voulais juste qu'on arrête de blâmer les diplômés. On nous en veut toujours à cause de notre réussite. Il fallait les faire les 5 ans d'études et de sacrifices si vous vouliez la même carrière et le même salaire. Nous les diplômés, on rentre tardivement dans la vie active, donc on part en retraite plus tard, et on ne jalouse pas ceux qui partent en retraite plus tôt que nous.

> Répondre

En réponse à Audreyy

Asch

01/02/2018

à 14:48

Tellement simpliste votre discours Audreyy

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte