Cadremploi.fr  > Actualités > L'actualité de l'emploi > 83% des cadres ne se sentent pas reconnus dans leur entreprise

83% des cadres ne se sentent pas reconnus dans leur entreprise

83-des-cadres-ne-se-sentent-pas-reconnus-dans-leur-entreprise

Les cadres sont parfois pétris de contradictions. Lorsqu’on leur demande si l’ambiance de travail au sein de leur propre entreprise est bonne, 57% d’entre eux répondent positivement. Pas mal par les temps qui courent. Sauf que le Club des entrepreneurs, qui a mené ce sondage (1), leur a posé d’autres questions. Et là, leurs réponses sont beaucoup moins énamourées.

Qui aime bien son entreprise la châtie encore mieux. Ils sont ainsi 51% à reprocher à leur boite de ne pas respecter l’équilibre vie pro – vie perso. L’ambiance au bureau ? Elle s’est dégradée au cours des six derniers mois pour 78% des cols blancs interrogés. 69% d’entre eux sont stressés. Ils sont autant à se plaindre du bruit dans les open spaces. 72% estiment passer trop de temps devant leur écran. L’intérêt des réunions ? Elles sont inutiles… pour 86% des cadres. N’en jetez plus !

Ou plutôt si : une dernière volée de bois vert pour les patrons : 83% de leurs collaborateurs considèrent qu’ils ne reconnaissent pas assez leurs efforts.

Une bouteille à la mer

Les cadres aiment leur boîte donc, mais ils lui trouvent tous les défauts de la terre. Une attitude quelque peu masochiste qui n’étonne guère Guillaume Cairou, le Président du Club des entrepreneurs, et PDG fondateur du groupe Didaxis, qui a dirigé l’étude. « Ces résultats peuvent paraître paradoxaux, mais il n'en est rien. Les cadres nous disent massivement leur mal être dans l'entreprise mais ils ne comptent pas quitter la leur. Ils tiennent à leur entreprise mais s'y sentent de plus en plus mal. » Un sondage en forme d’appel au secours, de bouteille à la mer ? « Ils ont une volonté grandissante d'être davantage associés à la vie de l'entreprise. Ils veulent de plus en plus participer à la prise de décision. »

Le SOS a été mesuré par un Club de dirigeants qui compte 18 500 membres, c’est plutôt pratique. A condition qu’il soit relayé et entendu. Ce dont son président ne doute pas. « Nous sommes avant tout des employeurs. Nous avons donc un grand intérêt à analyser de près ces résultats afin que nos membres puissent définir une politique RH attentive et une politique de recrutement attractive. »

Des politiques salariales à revoir

Et Guillaume Cairou de remettre en cause les politiques salariales. « Si l'individualisation des salaires convient à une majorité de collaborateurs, les critères d'évaluation retenus sont majoritairement jugés flous et peu transparents par les cadres interrogés qui s'estiment globalement mal managés. Il faut y remédier. » Il entend également lutter contre le manque de libertés dont souffrent les cols blancs, notamment en matière de contraintes d’agenda pour réaliser leurs objectifs. Et souhaite lutter plus encore contre le stress. « Même si, dans ce domaine, nos adhérents ont déjà fait un grand pas en avant. » Mais il le reconnaît : « il reste du chemin à parcourir ».

(1) Etude réalisé par questionnaire administré par Internet auprès de 1.812 cadres entre le 3 et le 14 février 2014, selon la méthode des quotas appliquée en fonction de l’âge, du genre, de la taille de l’entreprise, de la région d’appartenance et du secteur d’activité.

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

A2mains

31/03/2014

à 20:42

Ce qui veut dire selon les critères d'un autre article sur la rentabilité des cadres heureux dans leur travail, que 83% ne le sont pas. Donc 83% des entreprises, comme de leurs "dirigeants" sont incapables de le voir, mais aussi 83% de baisse d'efficience. L'efficacité n'est pas un critère retenu par les entreprises, encore moins par ceux qui se disent "entrepreneurs".

> Répondre

SunnySun

18/03/2014

à 21:07

Je ne pense pas que les résultats de cette analyse soient une réelle nouveauté, peut être s'agit-il d'une amplification du phénomène ..... jusqu'à quand les uns et les autres vont-ils accepter les conditions de travail actuelle ? A quand un syndicat qui s'intéresse réellement aux salariés et moins à la politique ? Ce qui donnera envie aux salariés de se syndiquer ...pour faire évoluer l'entreprise, dans les pays du Nord de l'Europe le taux de syndicalisation est élevé ....
Certes, nous sommes fortement individualiste .... et je vois difficilement comment cela puisse être positif, épanouissant ... Bien sûr l'exemple doit venir d'en haut et cela fait un certain temps que nos politiques ne sont pas très exemplaires, quel projet de société, individualisme, entre-soi et société de consommation ? Personnellement, je n'y ai jamais cru, peut être que tous les bons exemples doivent être mis à profit, alors à ce moment là qu'est-ce qui significatif de 90 % de la population mondiale, des "soit disant pays pauvres", la solidarité .... peut-être que cela pourraît nous être fort utile par ces temps de crise, voire comme valeur, et comme idéal .... un humble avis

> Répondre

cadremetallo

18/03/2014

à 15:48

La boite qui m'emploie a été rachetée il y a 15 mois et j'ai exactement le ressenti de ce sondage, pour info j'ai 50 ans et 25 ans dans cette boite. Avant j'avais la possibilité de participer à la construction du projet, mon avis comptait, mon travail reconnu... Aujourd'hui je suis sous les ordres d'un jeune de 28 ans sans expérience de l'industrie sans expérience de management sans vision d'entreprise et on se perd en conjectures. Du coup je me suis mis sur le marché via les sites V... et L... et en moins d'1 mois 2 RDV et les 2 projets me permettraient de faire ce que j'aspire à faire ; construire un projet et le voir grandir en collaboration étroite ! J'ai le choix des projets et les 2 me plaisent ; alors j'hésite foie gras ou caviar ?
C'est un véritable problème soulevé d'ailleurs je veille à ne pas le reproduire en pensant à féliciter tout ce qui le mérite et réorienter quand dérive il y a, mais toujours dans le respect des personnes... Allez bon vent à tous !

> Répondre

Norway

13/03/2014

à 16:27

Cet article est intéressant car il montre le vécu et le ressenti des cadres aujourd'hui. Mais ceux-ci ne sont pas si incohérents ou masochistes :
leur vécu est négatif, certes : le stress, le travail en open spaces, la mauvaise ambiance, la compétition stupide, la non reconnaissance, le fait d'être de moins en moins impliqué dans la réflexion stratégique (quand il y en a une...), mais ils travaillent sur des produits intéressants, ont des projets passionnants, ils apprennent des méthodes, des approches, réfléchissent sur des questions nouvelles, trouvent des solutions novatrices....Ils progressent personnellement et intellectuellement et c'est pour ces raisons qu'ils restent dans leur entreprise...
Alors, que dénoncent ils ? Tout simplement un problème de management !!

Aussi, la question n'est pas de se demander si les cadres sont incohérents ou masochistes, s'il faut revoir la politique salariale etc... c'est surtout comment peut on changer le mode de non-management dans les sociétés ?
Ce problème devient de plus en plus crucial pour les entreprises, et le "non- management" peut commencer tout en haut de la pyramide !!

> Répondre

+