1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Qui sont les cadres au chômage ?

Qui sont les cadres au chômage ?

qui-sont-les-cadres-au-chomage-

Quentin Velluet

13/07/2017

Ne parler que des bons chiffres de l’emploi cadre en France, c’est oublier que 3,5 % d’entre eux sont au chômage. Mais qui sont-ils ?

Sur un marché de plein emploi pour les cadres, on parle peu de ceux qui sont au chômage. Et pourtant, sur les 3 millions de cadres que compte la France, 3,5 % pointent à Pôle emploi. Ils représentent 7 % des allocataires indemnisés par l’Assurance chômage selon la dernière étude de Unédic et Pôle emploi sur les chercheurs d’emploi indemnisés fin 2016.

Un homme de 50 ans diplômé du supérieur

Parmi eux, une majorité d’hommes (59 %), âgés de 50 ans ou plus pour un tiers et très diplômés (55 % ont un bac +3 ou plus). Si 6 % évoluaient dans le secteur de la finance et de l’assurance avant de connaître une période d’inactivité, les plus représentés sont ceux venant d’un secteur souvent en première ligne des coupes budgétaires : l’information et la communication. À noter qu’un tiers des cadres au chômage ont choisi de partir en négociant une rupture conventionnelle.

Des indemnités plus longues et plus conséquentes

De manière générale, les cadres au chômage profitent d’indemnités plus longues que le reste de la population : 85 % ont au moins deux ans de droits, contre 52 % pour l’ensemble des chercheurs d’emploi indemnisés. Ces droits perçus sont aussi plus conséquents que le reste des salariés parce que leur ancien salaire l’était tout autant. En moyenne, les cadres au chômage fin 2016 touchaient 2 900 euros brut dans leur précédent job. 500 d’entre eux atteignent le record de l’allocation maximale fixée à 6 500 euros net par mois.

7

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

GC44

19/07/2017

à 06:58

Que dire aussi des cabinets de recrutements qui vous demande systématiquement votre date de naissance....pour vous mettre ensuite sur la touche !
A 50 ans, vous êtes trop cher, trop vieux, trop.....etc et pas assez....
Cliché absurde d'une société pleine de contradictions

> Répondre

En réponse à GC44

Zimeliovitch

19/08/2017

à 10:29

Merci d avoir fait un article sur le sujet
mais quelles sont les solutions envisagées par nos politiques

> Répondre

azertyuiop1952

18/07/2017

à 13:50

!Le chômage des cadres fait partie de la politique salariale de management des dirigeants: Affaiblir pour mieux régner en tirant les salaires vers le bas sur l’offre et marger plus aux actionnaires. Cela s’appelle le capitalisme. C’est une politique de court terme qui détruit les pays développés !!!

> Répondre

En réponse à azertyuiop1952

Unevéritéparmistantdautres

18/07/2017

à 21:35

Il semblerait que vous ayez eu l'occasion d'être confronté à la gestion d'une entreprise, par son dirigeant, lorsque celui rend compte à un fond d'investissement, dont le seul objectif "caché" est celui d'enrichir TRÈS RAPIDEMENT les associés.
Sans compter les discours (qu'il ne faut jamais prendre pour argent comptant) de ces fonds qui en grande majorité appauvrissent nos entreprises, sous couvert (de faussement) investir pour l'avenir. Bientôt ils finiront par ne plus pouvoir tromper tout le monde, car au final, tous ces grands intellectuels de la finance finissent par se nuire ( à augmenter la dette et à se revendre les entreprises entre eux, il y en aura toujours un pour payer l'addition)

> Répondre

Codenrun

18/07/2017

à 12:34

Un bac+3 suffit à rentrer dans la catégorie des "très diplômé".
Je ne me voyais pas ainsi..

> Répondre

MiaGa31

18/07/2017

à 11:48

Un article un peu léger ne prenant pas en compte les jeunes cadres au chômage.

> Répondre

dirigeant-au-chomage

18/07/2017

à 11:18

Peut-être aussi parce que les entreprises - et notamment les plus grandes (Banques, Grandes Industries, ...) - utilisent Pôle Emploi pour se séparer à bon compte de leur manager proche de la retraite : une bonne indemnité + 3 ans de pôle emploi, et le tour est joué (comme le dit l'article : un tiers des cadres au chômage ont choisi de partir en négociant une rupture conventionnelle; en fait de choix, ils n'ont d'autres solution que d'accepter, sinon c'est la porte sans indemnité). C'est un véritable scandale, mais personne ne semble s'en préoccuper ! Alors que l'argent de Pôle Emploi devrait servir à l'aide au retour à l'emploi des plus modestes ! Il faudrait plafonner les aides de retour à l'emploi, pour arrêter ces pratiques malhonnêtes.

> Répondre

+