1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Reconversion : de directeur de cinéma à DRH dans le secteur public

Reconversion : de directeur de cinéma à DRH dans le secteur public

reconversion--de-directeur-de-cinema-a-drh-dans-le-secteur-public

Céline Husétowski

12/07/2018

X

[Témoignage] Le secteur public très peu pour vous ? Yannick Scalzotto va peut-être vous faire changer d’avis. Ancien directeur de cinéma, il a osé la reconversion. Devenu DRH-adjoint dans le public, il témoigne du meilleur et du pire.

« Je ne voulais pas faire le même métier toute ma carrière » 

Rien ne prédisposait Yannick Scalzotto, à devenir DRH-adjoint au conseil départemental du Val-de-Marne (94). Natif de Castres, il commence sa carrière en tant que projectionniste au temps des pellicules. Son mantra de l’époque : ne jamais dépasser le nord de la Garonne. Pourtant quelques années plus tard, il franchit le Rubicon mais reste dans le Sud, puis devient directeur de cinéma pour de grands groupes d’exploitants de salles obscures. 

Durant ses expériences, il apprend à être multitâches et gère le personnel, la comptabilité, fait la promotion des films et même parfois la vente des bonbons. Côté management, il encadre au début de petites équipes et finit avec 40 collaborateurs dans des complexes de cinéma qui peuvent atteindre 3 500 places

« Au début, je voulais être amis avec tout le monde et ce n’était pas une bonne idée. Puis, j’ai appris à mettre des barrières et ça m’a aidé pour la suite de ma carrière », analyse-t-il avec le recul. De cette expérience, il apprend aussi qu’il préfère encadrer les grandes équipes. « Il y a moins de proximité, c’est plus facile. » 

Après un passage en tant que responsable de la maintenance au Futuroscope, il quitte son CDI par choix. « J’avais fait le tour de l’univers du cinéma ». 

« Décloisonner ma carrière » 

Refusant de faire le même métier toute sa vie, il décide de «décloisonner » sa carrière. Sa transition vers le public se fait en douceur. D’abord, il obtient un master en droit public grâce à une VAE (Validation des acquis de l’expérience). En parallèle, il devient attaché de direction à la CCI de Poitou-charentes. « C’était la bonne transition entre le privé et le public », analyse-t-il. 

Puis il passe le concours d’administrateur territorial, retourne un an à l’école et décroche un poste de DRH-adjoint au conseil départemental du Val-de-Marne. Il gère aujourd’hui 8 000 agents répartis sur le département. Dans son quotidien, il rédige aussi les procédures, s’occupe du disciplinaire et fait des études RH. « C’est très varié », commente-t-il. 

Je n’ai pas peur de changer de métier au contraire c’est ça qui me stimule et comme j’aurai toujours un poste avec mon statut de fonctionnaire, ça me permet d’avancer sereinement 

Son conseil aux cadres attirés par la fonction publique : « testez d’abord le secteur public en tant que contractuel, l’équivalent du CDD dans le public. Et ensuite, passez les concours pour pouvoir exercer plusieurs métiers. »  

Désormais, il se projette dans un poste en préfecture ou dans la magistrature. « Je n’ai pas peur de changer de métier au contraire c’est ça qui me stimule et comme j’aurai toujours un poste avec mon statut de fonctionnaire, ça me permet d’avancer sereinement », conclut-il. 

« Le travail de DRH est beaucoup plus humain dans le public » 

Et le salaire ? « J’ai amélioré mon revenu parce que je suis administrateur territorial », précise Yannick Scalzotto dont la fonction est rattachée à la catégorie A, l'une des catégories les plus rémunératrices dans la fonction publique. De son propre aveu, l’argent n’est pas un moteur. Ce qui le motive, c’est d’être au service de l’autre, qu’il soit agent ou usager. 

« Le travail de DRH est beaucoup plus humain dans le public car on va bien plus loin dans la gestion humaine. Parfois des agents se font expulser de chez eux et c’est le DRH qui gère la situation », explique-t-il.  

Certains jours, il y a des victoires. Lorsqu’un agent qui sort d’une dépression reprend le travail par exemple. D’autres jours, il doit prendre des décisions difficiles comme ce jour où avec la médecine du travail, il a aidé un agent en grande souffrance psychologique à se faire interner. 

Mais son expérience de manager dans le privé lui sert tous les jours. « Je préfère montrer le chemin que faire appliquer une décision », explique-t-il. Ses meilleures armes restent le dialogue et la négociation car il faut aimer parler quand on est DRH.

Le saviez-vous ?

Le projet de loi Avenir professionnel, actuellement examiné au Sénat, prévoit notamment d’ouvrir plus de 10.000 postes de la haute fonction publique d’Etat, à des contractuels. 

En 2015, 1 agent sur 5 était contractuel. Ils peuvent être recrutés dans les 3 fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière).  

Pour devenir fonctionnaire, un contractuel peut passer un concours externe ou interne selon la durée de présence dans le service public. Il peut être en CDI après une période de six années de contrat. 

Depuis 2012, la loi Sauvadet permet aux contractuels de devenir fonctionnaire grâce à des recrutements réservés ou à des sélections professionnelles. Ce dispositif a été reconduit jusqu’en 2018 pour certaines catégories de contractuels et jusqu’en 2020 pour ceux de la fonction publique d’Etat.

 

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Hervé

18/07/2018

à 11:14

Naturellement qu'une reconversion dans le secteur public m'intéresserait. C'est ce que je cherche à faire depuis plusieurs mois mais sans réussite. En effet, difficile de prétendre aux fonctions proposées par le secteur public lorsque l'on a un parcours commercial global. Il faut avoir un parcours administratif afin de pouvoir éventuellement prétendre à un emploi public ! Le CV est un enfermement, c'est bien dommage !

> Répondre

toto

17/07/2018

à 14:17

être frère, confident, psychologue (psychiatre?), assistant social etc... Tant de casquettes pour un DRH, cela change vraiment du Harvey Weinstein

> Répondre

+