1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Recrutements à Rennes et alentours : les cadres les plus recherchés en Bretagne

Recrutements à Rennes et alentours : les cadres les plus recherchés en Bretagne

recrutements-a-rennes-et-alentours--les-cadres-les-plus-recherches-en-bretagne

Céline Husétowski et Séverine Dégallaix

18/03/2019

Plus de 8000 cadres devraient être recrutés en 2019 en Bretagne, et ceux qui souhaitent "rentrer au pays" sont les bienvenus. Des commerciaux et des directeurs de projet dans l’informatique comme partout ailleurs mais aussi des ingénieurs d’études et R&D dans les télécoms. Quant à l’industrie, elle attend de nouveaux talents pour transformer le secteur, y compris dans la communication et le marketing. Cadremploi a interrogé des experts de terrain pour vous offrir un tour d’horizon des cadres les plus recherchés en Bretagne en 2019. A vos CV !

Selon une récente étude de l’Apec*, la région Bretagne devrait recruter entre
7 500 et 8 400 cadres en 2019. Un petit chiffre par rapport aux autres régions françaises, mais la Bretagne est un marché très favorable aux candidats puisque les entreprises peinent à attirer les managers, ingénieurs et experts dont elles ont besoin. Cadremploi a consulté 4 experts pour vous donner les meilleures pistes de métier qui recrutent.

 

 

>> Retrouvez d'autres infos sur  "Rennes, une ville où il fait bon travailler"

Directeur/chef de projet pour accompagner les projets de transformation numérique

  • Pour accompagner la transformation des entreprises, la région recrute des profils de directeur de projet « qui sont entre l’informatique et la technique et qui vont travailler sur les projets de transformation en SI, implémenter des logiciels, ou mettre en place des outils de collaboration, explique Benjamin Roche, directeur Grand Ouest chez Selescope. Ce sont plutôt des ingénieurs », précise l’expert. Ces profils peuvent aussi bien travailler pour des ESN (entreprises de services du numérique) que chez des clients dans les secteurs de l’automobile ou de l’agroalimentaire.
  • Historiquement la région Bretagne est un bastion des telecoms puisque Orange (anciennement France Telecom) y est implanté depuis longtemps. Tout un éco-système s’est construit autour de la téléphonie mais aussi autour de l’informatique avec Cap Gemini, Sopra Steria, OBS qui ont des bureaux sur Rennes.
  • « Historiquement, Rennes dispose d’un pôle télécommunications très important, rappelle par ailleurs Nicolas Maxime, responsable du service statistique Bretagne chez Pôle emploi, avec de grandes entreprises comme Orange qui a plusieurs établissements ici. » Mais aussi Cap Gemini, Sopra Steria, OBS qui ont des bureaux à Rennes. « Il y aussi de nombreuses start-ups à succès, relève Nicolas Maxime. On peut citer Klaxoon, une start-up rennaise installée également à New York qui propose des solutions innovantes pour animer des réunions et développer l’intelligence collective. » Ou encore Ubiflow, pour la visibilité web. La conséquence de cette forte présence du numérique : des recherches constantes d’ingénieurs et cadres d’études, R&D en informatique, et chefs de projets informatiques, pour qui trois intentions d’embauche sur quatre sont jugées difficiles par les employeurs, contre la moitié pour les autres métiers.
  •  Salaire chef de projet : 45 K€/ 60 K€ selon l’ancienneté

 

Des commerciaux de tous niveaux et dans tous les secteurs

  • >> Comme partout, le marché des commerciaux est en tension. « Les entreprises ont une volonté active de prendre part à la croissance et c’est une vraie demande des entreprises que de se renforcer dans ce domaine », explique Benjamin Roche.
  • Pour Laurent Le Roux, président et fondateur du cabinet Forstaff, « il y a de nouveaux marchés avec la concurrence sur le web. On recrute des négociateurs de compte clé pour vendre sur des plateformes web, explique-t-il. Et c’est un nouveau besoin. », précise l’expert du recrutement.
  • Les employeurs recrutent aussi des commerciaux seniors. « Beaucoup d’entreprises parisiennes ont leur siège social à Paris et leur équipe de production en province. Il faut avoir des commerciaux seniors capables de prendre en charge les grands comptes de Paris, explique Laurent Le Roux. Et il y a de gros besoins dans le secteur de l’assurance », précise-t-il.
  • Autre recrutement propre à la région, les commerciaux dans l’agroalimentaire. « Quand on est une coopérative, il faut accompagner les producteurs et les faire grandir, explique Benjamin Roche. Beaucoup de ces structures veulent s’engager dans l’agriculture bio ou dans des démarches de traçage de leurs produits. Les interfaces commerciales doivent monter en compétence et ne plus se contenter de vendre les produits mais dispenser aussi du conseil », explique le spécialiste.
  •  Pour Florent Letourneur, co-fondateur de l’agence conseil en recrutement Happy to meet you notamment basée à Rennes, « les entreprises sont très en demande de commerciaux qui savent aussi prospecter sur le marché BtoB avec des nouveaux outils comme le social selling. Connaître les stratégies d’inbound marketing est aussi un plus », explique-t-il.
  • Salaire chargée d’affaire : 40K/ 50K dans l’informatique, on peut monter jusqu’à 80K. Le salaire dépend du secteur d’activité.

 

Responsable de maintenance/ logistique pour transformer et soutenir les industries historiques de la région

  • Si elle est légèrement en perte de vitesse en Bretagne, l’industrie reste très présente avec des emplois dans l’agroalimentaire, l’armement, l’électricité, le caoutchouc, la métallurgie ou les industries navales avec les chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire. « Au niveau national, elle représente 15 % des intentions de recrutement. Dans la région, cela tourne autour des 25 %, illustre Pierre Moulin, manager senior au bureau Hays de Rennes. Malgré tout, « il manque des secteurs comme le nucléaire ou l’industrie pharmaceutique », reconnait Laurent Le Roux.
  • “ Il y a énormément d’agroalimentaire, sur des métiers très historiques comme les abattoirs de viande et les légumières, mais aussi de nombreux métiers qui ont muté vers des secteurs comme la santé animale et les biotechnologies», precise Pierre Moulin. Pour preuve, la présence de groupes comme Roullier, expert de la nutrition animale et végétale, Néovia, pour la nutrition et la santé animale, et Diana, désormais une division du groupe Symrise, trois des grands employeurs de cette zone.
  • Pour se transformer et maintenir leur activité, tous les secteurs bretons sont à la recherche de profils dans la maintenance, « mais aussi des profils logistique », précise Florent Le Tourneur. Ces industries ont du mal à recruter « car l’industrie a beaucoup souffert ces dernières années avec la fermeture de nombreuses usines en Bretagne. Aujourd’hui l’industrie repart et il faut aller chercher des nouveaux talents », confirme le professionnel.
  • Salaire responsable maintenance : 45 K€/ 70 K€ selon l’expérience et la taille de l’entreprise.

 

Réveil du BTP

Hays constate aussi une hausse des recrutements dans le BTP : « D’après nos données, il y a deux ans, seul un poste sur deux correspondait à une création. L’année dernière, le chiffre est monté à 75 %. Auparavant, les employeurs cherchaient surtout à pallier les absences et recrutaient quand ils se trouvaient vraiment en difficulté, alors qu’aujourd’hui ils sont dans une optique de développement. »

 

Les métiers transverses dans tous les secteurs

  • Dans la région Bretagne, on recrute des profils en communication et marketing « notamment dans le secteur de l’agroalimentaire », précise Benjamin Roche. Ce secteur est en train de changer et veut répondre aux nouvelles attentes du marché », confirme-t-il.
  • Certaines des 176 000 entreprises de la région recrutent aussi des DAF et des DRH.
  • Salaire RRH : 40 K€/ 50 K€ selon l’expérience
    Salaire DRH : 60 K€/ 70 K€ selon expérience
    Salaire DAF: 70 K€/ 100 K€ selon expérience

 

Chef de chantier/ directeur des travaux pour accompagner les grands projets

  • Dans le monde du bâtiment, on recrute surtout des directeurs de travaux, chef de chantier pour accompagner la production des projets. « Il faut des profils capables de livrer des projets », décrypte Benjamin Roche.
  • Salaire conducteur de travaux : 30 K€/ 50 K€ selon l’expérience du candidat.

 

Développeur, ingénieur, docteur en cybersécurité

  • On cherche des développeurs, ingénieurs, doctorants et docteurs avec des profils « d’expert en cybersécurité », précise Florent Letourneur. Depuis 2014, Rennes dispose duPôle d’excellence cyber (PEC). Qui a fait naître tout un éco-système. De nombreux sous-traitants se sont installés dans la région et sont à la recherche de ce type de profils.
  • Salaire : 45 K€/ 70 K€ par an. Mais ce profil est tellement recherché que les salaires peuvent vite grimper.

 

Des profils travailleurs avec 3-10 ans d’expérience

  • « Ce qu’il faut savoir c’est que les patrons bretons aiment les cadres qui aiment s’investir et veulent rejoindre un projet sur le long terme », affirme Florent Letourneur. « Ils ne veulent pas des gens qui restent un an », précise-t-il. En terme d’expérience, les jeunes diplômés ne sont pas discriminés, « même si la plupart des entreprises recherchent des profils qui ont entre 3 à 10 ans d’expérience. »
  • Pour travailler dans la région, il ne faut pas qu’avoir des compétences, il faut aussi adhérer aux valeurs des entreprises « car ce sont souvent des entreprises familiales », précise le recruteur. Parmi les grandes entreprises familiales bretonnes qui recrutent, on trouve Bolloré, Yves Rocher et Beaumanoir.
  • Bon à savoir : l’essentiel de l’emploi cadre en région Bretagne se concentre à Rennes. On trouve aussi des offres à Saint-malo, Brest, sur le Golfe du Morbihan et Vannes.

 

Pour mieux connaître l’économie bretonne, la CCI Bretagne a mis en ligne un guide de l’économie bretonne qui recense toutes les entreprises.

 

*Etude Apec : Enquête réalisée par l’Apec du 22 octobre au 15 décembre 2018 auprès d’un panel permanent de 10 000 entreprises représentatif de la répartition par région, taille et secteur d’activité des salariés du secteur privé en France métropolitaine (représentant 1,8 million de salariés dont 395 500 cadres). Publiée le 19 février 2019.

 

 

 


Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte