1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. SAV du manager #34 : Comment se remettre en question sans perdre la face ?

SAV du manager #34 : Comment se remettre en question sans perdre la face ?

sav-du-manager-34--comment-se-remettre-en-question-sans-perdre-la-face---

Imene Besbes

30/08/2019

X

[Podcast] La remise en question est nécessaire à tous, mais elle est primordiale pour un manager confronté à ses équipes. Comment procéder pour éviter qu’elle ne soit perçue comme un aveu de faiblesse ? Franck Salles, coach, superviseur et formateur, démine ce dilemme et ouvre sa boîte à outils. Attention : podcast truffé de formules à reprendre sans modération !

Faire face aux reproches de son équipe, n’est pas une mince affaire... Le manager peut avoir l'air trop dur ou trop faible dans ses réactions. Franck Salles prescrit un traitement rapide et en profondeur pour que le manager puisse prendre du recul  sans perdre la face. Dans ce podcast, le coach donne aussi des tips pour avoir la meilleure posture durant les réunions dites de "régulation". 

 

Franck Salles a été manager, cadre dirigeant et maintenant coach-formateur, au sein de son cabinet FSA Conseil. Il effectue beaucoup de missions touchant à la dynamique d'équipe, mais aussi au coaching individuel. 

 

Mes collaborateurs remettent en question mes méthodes de travail

Le manager doit être attentif aux remarques de son équipe, car sans elle, il n’est rien. Avec le stress, les impératifs, les objectifs, certains ont tendance à l’oublier.

Il faut traiter le plus vite possible et en profondeur. C’est ce qui s’appelle la régulation d’équipe. Le but étant d’anticiper afin de revenir de nouveaux dysfonctionnements.

Prenez une heure environ avec votre équipe, en dehors des moments habituels de réunions opérationnelles que vous faites et il faut revenir sur tout ce qui s’est amélioré ces trois derniers mois et tout ce qui doit être amélioré. Ça permet de modéliser les axes d’amélioration. 

Se remettre en question est-ce se mettre en position de faiblesse ? 

Et si c’était au contraire une position de courage ? Le vrai courage managérial, c’est aussi savoir aborder les questions lorsqu’elles sont face à nous. Si l’équipe ne va pas, il faut arrêter le moteur pour vérifier ce qui cloche. Sinon la voiture va continuer à tourner en faisant du bruit. Un moteur qui fait du bruit, c’est un moteur qui casse.

Pour éviter que ce soit vécu comme de la faiblesse, il faut poser un cadre précis et travailler sur sa posture. Le manager doit accepter de faire partie de la résolution du problème et faire comprendre que cela se résoudra que si tout le monde se met en position de responsabilité par rapport à ce qui se passe. C'est tout le système qui doit se remettre en question. De plus, le manager peut être dans tous les cas.

Comment faire ?

Le manager doit repartir des faits concrets “plusieurs d’entre vous sont venus me voir pour me dire que ça n’allait pas”.

Parler de son ressenti “j’étais surpris car je n’ai pas forcément senti que ça n’allait pas”.

On met en avant l’objectif de la réunion : ”on s’engage tous à mettre en œuvre ces solutions pour que ça aille mieux."

Si quelqu’un critique, demandez-lui ce qu’il propose à la place.

Si quelqu’un se plaint, répondez “ qu’est-ce que tu peux faire pour que ça change ?”.

Au travers d’un questionnaire simple, le manager peut rebondir, non pas pour juger mais pour ramener ses interlocuteurs à leur position de responsabilité. Le manager ne doit pas être le seul à régler ce qui est en train de mal se passer entre les collaborateurs. 

La bonne position pour animer une réunion de régulation

Il faut adopter une position haute ; tenir la main fermement en début de réunion en exposant les faits et en exprimant ce que que l’on ressent

Ensuite, passer à la position basse ; écouter et noter sans trop prendre la parole. Tout au long de la réunion, le manager ne doit pas hésiter à effectuer des ajustements pour éviter que cela tourne en règlement de compte.

Si le débat dérive, il faut se remettre en position haute ; “j’ai l’impression qu’en ouvrant ce débat, je me mets dans une position qui n’est pas la bonne par rapport à vous”. 

Le manager ne doit pas hésiter à nommer les choses “je pensais qu’on parlait de problèmes qui touchaient l’équipe, mais au final c’est tourné vers moi. On peut les aborder, mais ce n’était pas vraiment ça le contrat de départ.” 

Le pire serait de ne pas agir. Même si les collaborateurs continuent de critiquer, le manager ne doit pas passer son temps à se justifier après qu'il ait pris les choses en main, ça le mettrait position de faiblesse.

Perdre la face, c’est de soi à soi. L'important est ce que le manager fait avec et pour l’équipe.   

 

Le SAV du manager : un podcast de Cadremploi

Chaque semaine, le Service après-vente du manager vous aide à gérer vos dilemmes au boulot. Un podcast-fiction goupillé par la rédaction de Cadremploi avec la complicité de différents spécialistes du sujet.

  

Pour écouter les autres épisodes et s’abonner, rendez-vous sur PippaSpotifySoudcloud ou iTunes

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+